GNA Vegetable growers cautioned to apply prescribed agro-chemicals GNA NPP outlines post-COVID transformation agenda GNA Politics is meeting the needs of the people-Prof Opoku-Agyemang GNA STMA inspects temporal market for traders at Takoradi Market Circle MAP Quarante-cinq ans après la Marche verte, des hypothèques sur le conflit artificiel autour du Sahara marocain tombent à la vitesse grand V (Quotidien congolais) AIP Côte d’Ivoire-AIP/Adama Coulibaly offre 10000 kits scolaires aux écoliers du N’zi AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Le siège du RHDP de Béoumi incendié AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Présidentielle 2020: Les forces de l’ordre en renfort à Niakara en vue de la sécurisation du scrutin INFOPRESS Países da CPLP analisam produção estatística no sector da Educação a nível da comunidade INFOPRESS Mundial do Egipto’2021: Xilô é a mascote da selecção de Cabo Verde no Mundial de andebol

JOURNEE MONDIALE DE LUTTE CONTRE LE TERRORISME : LE FTSCD APPELLE LES DIRIGEANTS DU PAYS A PLUS D’ACTIONS CONTRE LA CORRUPTION ET LE TERRORISME


  14 Septembre      11        Securité (1676),

   

Lomé, 14 sept. (ATOP) – Le Forum Togolais de la Société Civile pour le Développement (FTSCD) a organisé, le samedi 12 septembre à Lomé, une conférence de presse axée sur la lutte contre la corruption pour prévenir les actes terroristes pour une paix durable dans les pays.

La rencontre avec la presse est inscrite dans la commémoration de la Journée mondiale de lutte contre le terrorisme, observée le 11 septembre de chaque année en mémoire de l’un des actes de terrorisme les plus marquant de l’histoire, les attentats du 11 septembre 2001 aux USA. Cette journée est l’occasion de se rappeler de ce drame et de renforcer la solidarité internationale dans la lutte contre ce fléau qui n’épargne aucune nation.

La conférence a été animée par le directeur exécutif du FTSCD, Plé Kérim. Dans une déclaration lue par le chargé de communication, Salifou Ibrahim, le FTSCD a déploré les conséquences néfastes du  terroriste sur la paix et le développement des Etats, dénonçant le lien entre la corruption et le terrorisme. Le Forum exhorte la population et les pouvoirs publics à plus d’action contre la corruption et le terrorisme en vue de combattre l’injustice sociale et l’impunité. Les responsables du FTSCD plaident pour une répartition équitable des richesses nationales dans le but de lutter contre la corruption, les inégalités sociales et les discriminations, sources de conflits et de contestations populaires.

Pour le directeur exécutif du FTSCD, la corruption est considérée à juste titre comme un facteur important de fragilisation de la paix et de mise en danger de la stabilité dans le monde. « Bien que les actes de corruption ne soient pas vraisemblablement l’unique cause de déstabilisation d’un pays, ils sont susceptibles d’avoir un fort impact par l’épuisement des ressources publiques et la vulnérabilité des pouvoirs publics qu’ils entrainent, faisant ainsi reculer la confiance de la population dans les institutions qui gouvernent les pays, ce qui, par contrecoup, peut devenir un moteur de confit et alimenter le terrorisme », a-t-il poursuivi. M. Plé a affirmé que nombre de recherches tentent d’établir un lien entre corruption et extrémisme violent. Si ces études doivent, dit-il, encore être approfondies, il est possible d’argumenter que la corruption est à la fois une cause et une conséquence d’un déficit de gouvernance et peut créer ou nourrir les conditions nécessaires à la montée de la radicalisation.

L’orateur a précisé que le Plan d’action pour la prévention de l’extrémisme violent du Secrétaire général des Nations Unies relève que les pays qui  ne parviennent pas à contrôler leur niveau de corruption ont plus de chance de voir une montée de l’extrémisme violent. « Vous conviendrez avec nous que des institutions étatiques telles que la justice, la sécurité, et les secteurs socio-économiques sont les plus vulnérables à la corruption. Les actes de corruption ont souvent le plus d’impact sur les groupes les plus pauvres et les plus vulnérables de la société, en particulier les jeunes. Par conséquent, les sentiments d’injustice, d’iniquité et d’impuissance ressentis par ces groupes fournissent un environnement propice au développement de l’extrémisme violent », a relevé M. Plé.

Pour le président du FTSCD, la promotion d’un leadership efficace et un changement de mentalité au sein des élites politiques sont cruciaux, ainsi que la mise en place d’une justice impartiale, d’une législature et d’agences anti-corruption efficaces.

Dans ce contexte, a-t-il ajouté, l’Agenda de développement à l’horizon 2030 offre un cadre important pour aider les pays à atteindre une plus grande transparence et intégrité dans leur système de gouvernance. Il a salué la mise en place du Comité interministériel de prévention et de lutte contre l’extrémisme violent (CIPLEV), invitant, à l’occasion, la population à promouvoir le vivre ensemble. Pour les questions sécuritaires, il a appelé la population à dénoncer aux forces de sécurité tout comportement suspect pouvant nuire à la stabilité du pays.

Dans la même catégorie