APS FÊTE DU 4 AVRIL : LE PRÉFET DE MBOUR VEUT « UN DÉFILÉ INCLUSIF ET POPULAIRE » AIP Côte d’Ivoire/ SIFCA aux côtés de jeunes mobilisés pour l’environnement et le climat (Communiqué) AIP Côte d’Ivoire/Un militaire abattu par des coupeurs de route à Bouna APS SÉCURISATION DES MARCHÉS : UN PROGRAMME D’URGENCE DE 300 MILLIONS AIP Côte d’Ivoire/ Pose de la première pierre d’une nouvelle maternité à Bonon APS UN SPÉCIALISTE RELÈVE UN « MANQUE CRIARD DE CHIRURGIENS-DENTISTES’’ APS L’ISLAMOPHOBIE PRÉOCCUPE LES MOUVEMENTS ET ASSOCIATIONS ISLAMIQUES DU SÉNÉGAL ET L’OCI MAP Sérénité et esprit positif guident la participation marocaine à la 2ème table ronde de Genève APS LA CAMIS CONDAMNE LES ATTAQUES MEURTRIÈRES DE DEUX MOSQUÉES EN NOUVELLE-ZÉLANDE APS LE STADE LAT-DIOR OBTIENT  »L’HOMOLOGATION PROVISOIRE » DE LA CAF (OFFICIEL)

Jusqu’à 45% de l’énergie consommée au Burkina vient de la Côte d’Ivoire (ministre)


  28 Mai      38        Développement durable (3794),

   

Ouagadougou, 27 mai 2018 (AIB)-Le ministre Bachir Ismaël Ouédraogo a indiqué que le Burkina Faso dépend de 40 à 45% de la Côte d’Ivoire pour sa consommation énergétique et qu’il fallait libéraliser le secteur pour résoudre ce problème.

«Aujourd’hui, nous sommes pratiquement à 300 MW et 120 MW viennent de la Côte d’Ivoire. Nous avons donc 40 à 45% de notre consommation qui vient de la Côte d’Ivoire. Quand un problème survient en Côte d’Ivoire, nous perdons 40 à 45% de notre production. Ce n’est pas soutenable. Il faut pouvoir diversifier», a affirmé Bachir Ismaël Ouédraogo.

Le ministre burkinabè de l’Energie qui s’exprimait le 25 mai 2018 sur sa page Facebook, a ajouté que l’Etat à lui seul, ne peut pas résoudre tous les problèmes.

«Nous allons libéraliser le secteur et permettre à ce que des producteurs indépendants puissent produire et revendre à la Société nationale burkinabè d’électricité (SONABEL) pour qu’ensemble, nous puissions résoudre ce problème parce que le monopole seul de l’Etat, ne peut pas nous permettre de sortir de cela», a écrit encore Bachir Ismaël Ouédraogo.

Rappelons que la loi portant libéralisation du secteur de l’énergie au Burkina Faso, a déjà été votée à l’Assemblée nationale.

Notons aussi que présentement, les grandes villes burkinabè subissent d’importants délestages à cause notamment, de la forte canicule et de la baisse de production de l’énergie hydroélectrique dans les barrages de la Kompienga (Est) et de Bagré (Centre-Est).

ata/ak

Dans la même catégorie