Infopress CPLP promove Conferência de Jovens sobre o Futuro do Trabalho ANGOP Le Président de la République encourage l’équipe nationale de football ANGOP Le PR félicite la journaliste angolaise Luísa Rogério ANGOP CAN2019: L’Angola entre en scène Inforpress Citi.coop perspectiva até 2021 alcançar 2.000 sócios e 3000 clientes e um volume de negócios de 141 mil contos cabo-verdianos Inforpress Brava: Edil elenca ganhos do município nestes 27 anos da sua existência NAN IITA inaugurates mobile App to help farmers control weeds ANP Sommet UA 2019: une vaste opération de salubrité au musée national de Niamey parrainée par DR Malika Issoufou ANP La Guinée soutient à la candidature du Président Issoufou Mahamadou à la présidence de la CEDEAO AIB Crise CDP : Eddie Komboïgo propose de ramener le BPN à 600 membres

Jusqu’à 45% de l’énergie consommée au Burkina vient de la Côte d’Ivoire (ministre)


  28 Mai      42        Développement durable (3820),

   

Ouagadougou, 27 mai 2018 (AIB)-Le ministre Bachir Ismaël Ouédraogo a indiqué que le Burkina Faso dépend de 40 à 45% de la Côte d’Ivoire pour sa consommation énergétique et qu’il fallait libéraliser le secteur pour résoudre ce problème.

«Aujourd’hui, nous sommes pratiquement à 300 MW et 120 MW viennent de la Côte d’Ivoire. Nous avons donc 40 à 45% de notre consommation qui vient de la Côte d’Ivoire. Quand un problème survient en Côte d’Ivoire, nous perdons 40 à 45% de notre production. Ce n’est pas soutenable. Il faut pouvoir diversifier», a affirmé Bachir Ismaël Ouédraogo.

Le ministre burkinabè de l’Energie qui s’exprimait le 25 mai 2018 sur sa page Facebook, a ajouté que l’Etat à lui seul, ne peut pas résoudre tous les problèmes.

«Nous allons libéraliser le secteur et permettre à ce que des producteurs indépendants puissent produire et revendre à la Société nationale burkinabè d’électricité (SONABEL) pour qu’ensemble, nous puissions résoudre ce problème parce que le monopole seul de l’Etat, ne peut pas nous permettre de sortir de cela», a écrit encore Bachir Ismaël Ouédraogo.

Rappelons que la loi portant libéralisation du secteur de l’énergie au Burkina Faso, a déjà été votée à l’Assemblée nationale.

Notons aussi que présentement, les grandes villes burkinabè subissent d’importants délestages à cause notamment, de la forte canicule et de la baisse de production de l’énergie hydroélectrique dans les barrages de la Kompienga (Est) et de Bagré (Centre-Est).

ata/ak

Dans la même catégorie