ANGOP Angola perde na estreia da Cosafa APS ORGANISATION ET NOUVELLES ORIENTATIONS DE LA SN-APS, AU MENU D’UN ATELIER À SALY APS UN ÉLU LOCAL VANTE LES AVANTAGES DE LA COOPÉRATION DÉCENTRALISÉE DANS LA CAPTATION DE RESSOURCES APS LE BOS DU PSE SATISFAIT DU DÉROULEMENT DES TRAVAUX DE L’AGROPOLE-CENTRE APS AFROBASKET U18 : VICTOIRE DU SÉNÉGAL SUR LE MALI (80-78) ANGOP Covid-19: Angola reporta 132 novos casos e 55 recuperados GNA Volta EC prepares venue to host regional collation centre ANP Niger: Le gouvernement fixe les modalités de calcul et de recouvrement des redevances de l’ARST ANP Niger : Démission des membres du Gouvernement et de certaines personnalités candidats aux élections législatives du 27 décembre prochain GNA Volta EC prepares venue to host regional collation centre

JUSTICE : « LA RÉCURRENCE DES CRISES PEUT PORTER ATTEINTE AU CLIMAT DES AFFAIRES’’, SELON INNOCENCE NTAP


  20 Novembre      5        Société (25584),

   

Saly-Portudal (Mbour), 20 nov (APS) – La récurrence des problèmes dans le secteur de la justice peut nuire au climat des affaires, avertit la présidente du Haut Conseil du dialogue social (HCDS), Innocence Ntap Ndiaye.
« La récurrence des problèmes dans le secteur de la justice peut porter atteinte au climat des affaires. Et c’est l’un des impacts négatifs des crises dans le secteur de la justice », a-t-elle notamment dit.
S’entretenant avec l’Agence de presse sénégalaise (APS) et le quotidien national Le Soleil, elle a rappelé que la justice est considérée comme « un secteur prioritaire » pour la mise en place d’un cadre adapté de dialogue social.

« La justice était un secteur identifié comme prioritaire pour la mise en place d’un cadre adapté de dialogue social. Depuis, nous n’avons pas pu mettre en place ce cadre à cause des changements institutionnels », a-t-elle dit lors de cet entretien réalisé à la fin d’une session de formation des membres du HCDS sur la médiation.

Selon la présidente du Haut conseil du dialogue social, l’impact de ce secteur sur le climat des affaires est « extrêmement important ».

Elle a précisé que le véritable problème dans la mise sur pied du cadre tient au nombre de greffiers et de magistrats devant le composer.
« Nous avons buté sur cette question, mais avec les crises qu’on a connues cette année, notamment celle du Syndicat des travailleurs de la justice (SYTJUS) et aujourd’hui l’affaire du juge Souleymane Téliko, j’ai demandé à ce que les deux représentants du ministère de la Justice à cette formation puissent porter notre voix auprès de l’autorité pour que nous puissions trouver une solution dans ce secteur », indiqué Mme Ndiaye.
Elle estime que le conflit entre le SUTJUST et la tutelle peut avoir un impact négatif sur les flux d’investissements vers le Sénégal.

Dans la même catégorie