GNA Reopening of schools: Booksellers bemoan low patronage of products APS LIGUE 1 : LES ‘’AFRICAINS’’ TEUNGUETH FC ET JARAAF CONFIRMENT GNA GLOWA schools twenty adolescent girls, five patrons in leadership roles. APS LE SEPT DONNE UN NOUVEAU VISAGE AU CFP DE THIÈS APS COVID-19 : 342 NOUVEAUX CAS POSITIFS ET 144 GUÉRIS, CE SAMEDI GNA WATICO puts in measures to ensure safety of students GNA COVID-19: Nurse dies in Bolgatanga GNA COVID-19: Business as usual at funeral grounds GNA NGO donates GH¢ 11,000.00 worth clothing to Sunyani Central Prison APS VERS LA MISE EN PLACE D’UN CENTRE DE FORMATION POUR LES JEUNES NON DIPLÔMÉS DE LOUGA

Justice/Affaire 200 milliards GNF : Des associations de Presse condamnent la convocation de trois journalistes.


  7 Décembre      18        Société (27338),

   

Conakry, 07 déc. (AGP)-Dans une déclaration rendue publique dimanche, 06 décembre 2020, les associations guinéennes de Presse condamnent la convocation de trois journalistes par la justice, suite une plainte déposée par la ministre de l’Enseignement Technique, Zénab Dramé, accusée de détournement de 200 milliards GNF.

 

Six associations de Presse ont condamné la démarche de la dame Zénab Dramé et ont fait savoir quelles défendront par tous les moyens légaux de la liberté de Presse.

 

Voici le contenu de la déclaration :

 

‘’Les Associations de presse AGUIPEL, URTELGUI, AGEPI, REMIGUI, UPLG ont été surprises d’apprendre que les journalistes, Youssouf Boundou Sylla de Guineenews ; Ibrahima SoryTraoré de Guinee7 et Moussa Moise Sylla de l’Inquisiteur, ont reçu une « citation à comparaitre devant le tribunal correctionnel » de Kaloum, pour le 15 décembre 2020.

 

Cette « convocation » fait suite à la requête de Madame Zénab Dramé, ministre de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle qui accuse ces journalistes des faits de « diffamation » sur sa personne.

 

Les Associations de presse soutiennent les journalistes « convoqués » et condamnent les agissements de Mme Dramé, qui n’a pas attendu les conclusions de l’enquête ouverte par le procureur pour détournement de deniers publics, suite aux révélations de la presse, pour porter plainte contre les journalistes pour « diffamation », comme si, elle était déjà blanchie par la justice.

 

En tout état de cause, les Associations de presse rappellent que les lanceurs d’alerte et les dénonciateurs de corruption et infractions assimilées doivent bénéficier d’une protection spéciale de l’Etat contre les actes de représailles ou d’intimidation, selon l’article 100 de la Loi /L2017/041/AN du 4 juillet 2017 portant Prévention, Détection et Répression de la Corruption et des Infractions Assimilées.

 

Elles considèrent que la démarche de la Ministre est une manœuvre dilatoire pour empêcher l’instruction en cours pour détournement de deniers publics et une action d’intimidation de la presse.

Dans la même catégorie