AGP Ouverture de la 21ème réunion du Comité d’orientation d’Afritac Centre à Libreville AGP Coupe de la Ligue LINAFP : 6 clubs de D1 et 10 de D2 pour débuter Le Gabon présent à la Conférence ministérielle africaine sur l’appui de l’Union africaine (UA) au processus politique de l’ONU sur le différend régional au sujet du Sahara ACP Entretiens entre le Président Félix Tshisekedi et ses homologues du Rwanda, du Togo et de l’Ethiopie ACP Les entrepreneurs congolais apportent leur soutien au Président Félix Tshisekedi ACP Echange sur les enjeux de l’intégration des réfugiés dans les communautés d’accueil LACS/PROMOTION ET SAUVEGARDE DE LA CULTURE GUIN : DES COMPETITIONS INTER-ECOLES DE DANSES TRADITIONNELLES ET D’ART CULINAIRE ORGANISEES ATOP ORIENTATION SCOLAIRE ET PROFESSIONNELLE DES ELEVES :  LA JCI-TOGO ET JCI-ANEHO SOLIDARITE ONT ECHANGE AVEC  LES ELEVES DU CSPP D’ANEHO ATOP JOURNEE INTERNATIONALE DES VICTIMES DE L’ESCLAVAGE: LES JOURNALISTES EDIFIES SUR CETTE PRATIQUE INHUMAINE ANP Reconstitution des ressources du fonds mondial au centre d’un entretien du 1er ministre avec des députés UE

Kalle Jeff affecté par le départ des musiciens de l’African Jazz en 1963


  11 Février      91        Arts & Cultures (2423), Musique (449), Photos (20697),

   

Kinshasa, 11 Fév. 2017 (ACP).-Le départ des musiciens de l’African Jazz en  1963, a affecté  le chanteur congolais, joseph Athanase Kabasele Tshamala alias Grand Kallé, décédé vendredi 11 février 1983 raconte un ancien député national qui a requis l’anonymat.

Selon lui, les « élèves » devenus aguerris, murmuraient en privé que le patron du groupe ne joue pas franc jeu avec eux. En clair, ils estiment être payés en monnaie de singe. En 1963, Kallé voit ses musiciens le quitter. Kassanda, Tabu Ley, De­chaud…. vont créer l’orchestre African Fiesta. Tabu Ley et Kassanda vont à leur tour se brouiller deux ans plus tard. Jeef Kabasele recrute des musiciens de Vox Africa : Bombenga, Damoiseau, Casino Mutshipule… sont heureux d’évoluer aux côtés de Grand Kallé : L’orchestre African Jazz est de nouveau au top. Comme les bonnes choses ne durent pas ? En 1967, Bombenga, Damoiseau et consorts se séparent de Kallé. Ce dernier tente vainement de faire revenir Bombenga à la raison. « Si  l’époque, Kallé m’avait acheté une parcelle, j’aurais dû rester » dira plus tard Bombenga a qui voulait l’entendre.

Un nouveau départ

Les partants vont recréer l’orchestre Vox Africa. Kallé, lui, recrute d’autres artistes musiciens. Dans le lot, on peut citer Matthieu .Nkouka et Rolly. Les nouvelles recrues s’adaptent rapidement au style de l’orchestre African Jazz. Le maestro est content de ses ouailles. Mais quatre ans plus tard, Matthieu Nkou­ka, Rolly…, claquent la porte et créent l’orchestre Volcan ni Beto Ba. Excédé, déçu, Kabasele ne comprend pas pourquoi ses jeunes frères se montrent toujours ingrats envers lui. Seul, Peu enclin à glorifier le pouvoir de l’époque, il « s’exile » à l’extérieur du pays, ou Il connaît tout de même le triomphe, après plusieurs tentatives de relancer sans succès son African, Jazz, Kabasele.  En France où il rencontre Don Gonzalo, Manu Dibango, Essous Jean Serge et Edo Clarl, avec qui, il mettra sur pied l’Orchestre African Team, qui accueillera plus tard Kwamy et Mujos. En juillet 1980, la maladie commencera à le terrasser mettant sa santé en doute. C’est 11 Février 1983 à l’âge de 53 ans, que Joseph Athanas Kabasele Tshaiamala a tiré sa révérence, laissant une veuve et sept enfants ainsi que ses nombreux fanatiques éparpillés dans toute l’Afrique et dans le monde entier.

ACP/Kayu/KGD

Dans la même catégorie