GNA Tears flow as court remands alleged secessionists GNA Deputy Trade Minister launches second edition of Ghana Women Entrepreneurs Summit GNA Shelter for Domestic Violence survivors to be ready by close of year GNA Secessionist Activities: NPP urges unity to address challenge GNA Public Universities stand to benefit from payroll migration MAP Le président kényan exhorte le Trésor Natoinal à maintenir inchangé le taux d’imposition sur le revenu à 25 pc AGP N’Zérékoré/politique: Le ministre de l’Administration du territoire sensibilise sur la paix et l’unité nationale AGP Siguiri/Infrastructure : Inauguration d’une salle polyvalente pour les jeunes de Kintinian AGP Politique/PUP : Naissance du mouvement Contéisme APS CONCOURS « BUSINESS ACADEMY » : DEUX MILLIARDS POUR LA 2E ÉDITION

Kasaï Oriental : tenue à Mbuji-Mayi d’une conférence-débat sur le thème « les politiques publiques en RDC, cas du secteur agricole »


  16 Septembre      4        Agriculture (1519),

   

Kinshasa, 16 Septembre 2020 (ACP).- La faculté des sciences agronomiques de l’Université officielle de Mbuji-Mayi (UOM) a organisé mercredi, dans la salle du cinquantenaire de cet établissement de l’Enseignement supérieur et universitaire, une conférence-débat qui a pour thème « Les politiques publiques en République démocratique du Congo (RDC), cas du secteur agricole ».

 

Le Pr Hilaire Kabuya Tshilobo, animateur de cette conférence, a mis un accent particulier sur la politique agricole nationale, au regard de toutes les préoccupations en terme de conflits fonciers enregistrés dans beaucoup de villages, notamment la perturbation climatique touchant la terre, considéré comme principal support de l’agriculture.

 

Il a affirmé que les problèmes liés à la recherche, à la formation agricole et aux infrastructures, doivent être pris en compte, tout en jetant un regard critique des politiques publiques en RDC de l’époque coloniale, postcoloniale et actuelle.

 

Le Pr Kabuya a soutenu qu’il y a dichotomie entre les organes de l’Etat et les chefs coutumiers qui ne considèrent pas la loi Bakajika et qui continuent à s’approprier la terre. D’où la nécessité de convoquer une table-ronde ou les états généraux de l’agriculture, regroupant toutes les 26 provinces en vue de trouver des solutions aux problématiques frénatrices du développement de ce secteur.

Dans la même catégorie