ANP Journée mondiale de l’eau : Rendre cette ressource accessible à tous d’ici 2030 AIP La ville de Casablanca est un hub de la Smart City en Afrique (Dg Casa Events) AIP Une convention signée pour l’achat de 200.000 t de noix de cajou origine Côte d’Ivoire AIP Un groupe vietnamien veut implanter une usine de transformation de l’anacarde en Côte d’Ivoire AIP Côte d’Ivoire: Félix Anoblé exhorte les acteurs des PME à plus de professionnalisme MAP Le Maroc, l’OCDE et le Conseil mondial de l’eau s’associent en faveur de la sécurité de l’eau en Afrique AIP La Côte d’Ivoire obtient son ticket pour la coupe du monde de la boulangerie MAP Bulletin quotidien d’informations économiques africaines MAP Bulletin de l’écologie de l’Afrique MAP Revue de la Presse Quotidienne Internationale Africaine (RPQI-Afrique)

Kenya: le système électronique devant être utilisé lors de la prochaine présidentielle ne sera pas prêt avant le 17 octobre (OT-Morpho)


  19 Septembre      44        Développement durable (3795),

   

Rabat, 19/09/2017 (MAP), La société française spécialisée dans la biométrie et la sécurité numérique « OT-Morpho » a annoncé, lundi, que son système électronique devant être utilisé pour la nouvelle élection présidentielle au Kenya, prévue le 17 octobre prochain, après l’invalidation par la Cour suprême du scrutin du 8 août dernier, ne sera pas prêt à cette date.

L’entreprise française a expliqué que le système de transmission des résultats (RTS) et les 45.000 tablettes utilisées pour l’identification biométrique des électeurs lors du scrutin du 8 août doivent faire l’objet d’une nouvelle « installation » des systèmes en vue du nouveau scrutin.

Toutefois, cette tâche nécessite « une masse de travail très importante, qui ne peut être achevée d’ici au 17 octobre », a soutenu la société dans un communiqué, notant avoir adressé une lettre, lundi, à la Commission électorale indépendante (IEBC) en vue de lui « rappeler » ces informations déjà transmises « précédemment ».

« OT-Morpho », filiale du groupe français Safran rachetée en mai par le groupe Oberthur Technologies, a par ailleurs réitéré qu’un audit interne a conclu que son système électronique « n’a pas été piraté » et n’a montré « aucune trace d’activité suspecte » lors du scrutin invalidé.

Le candidat de l’opposition Raila Odinga, qui avait saisi la Cour suprême pour contester la victoire du président Uhuru Kenyatta, avait affirmé que le système de transmission des résultats a été piraté.

La firme française a ainsi fait part de sa « volonté » à participer « au plus vite » à un audit externe, tout en rappelant que le jugement complet et détaillé de la Cour suprême, qui doit préciser les irrégularités ayant entaché le scrutin, n’est pas encore connu et doit être rendu d’ici à vendredi.

Le système électronique est utilisé lors des élections au Kenya pour l’identification biométrique des électeurs et la transmission des résultats.

Dans la même catégorie