AIP Côte d’Ivoire/ Les résultats de la 24è journée du championnat de ligue 1 MAP Bulletin de l’écologie de l’Afrique AIP La CAF réduit le nombre des clubs ivoiriens en coupes interclubs MAP FIAB-2019 à Essaouira: Focus sur la beauté et l’innovation comme vecteurs de l’économie responsable en Afrique MAP La sécheresse réduirait de 1 point de pourcentage les prévisions de croissance économique du Kenya pour 2019 (Banque centrale) ACP Une marche de soutien au Président de la République suite à l’annulation de la condamnation de Moise Katumbi Chapwe ACP Les prix de la viande, du poisson, du poulet et du sucre en hausse sur le marché kinois ACP L’Agence congolaise de presse dotée d’un lot d’ouvrages ANGOP Artistas de jazz cantam a favor de Moçambique AIP Côte d’Ivoire / Une entreprise va réhabiliter à hauteur de 25 millions de FCFA une école primaire à Grand-Bassam

La 33e Journée du CILSS: Roch Kaboré plaide pour la valorisation des produits forestiers non ligneux


  12 Septembre      27        Environnement/Eaux/Forêts (4097),

   

Ouagadougou, 12 sept. 2018 (AIB) – Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, président en exercice du Comité permanent inter-Etats de lutte contre la sécheresse au Sahel (CILSS), dans sa déclaration à l’occasion de la célébration, ce mercredi, de la 33e journée de l’institution, a plaidé pour la valorisation des produits forestiers non ligneux.

Dans sa déclaration, le président Kaboré a rappelé que la 33ejournée du CILSS est placée sous le thème: «L’importance des produits forestiers non-ligneux dans le renforcement de la sécurité alimentaire et nutritionnelle, et des moyens d’existence des ménages vulnérables au Sahel et en Afrique de l’Ouest».

Selon lui, «le choix de ce thème participe d’une volonté manifeste de valoriser ces produits naturels issus de nos terroirs et d’impulser une dynamique régionale à leur production, leur transformation et leur commercialisation».

Le chef de l’Etat burkinabè dont la déclaration a été diffusée sur les antennes de la radio nationale, a expliqué que les produits forestiers non ligneux ont toujours joué un rôle très déterminant dans le régime et les habitudes alimentaires des populations du sahel et de l’Afrique de l’ouest.

«Sur les plans alimentaire et nutritionnel, leur disponibilité dans nos pays correspond, en général, à la période préoccupante de soudure où les stocks céréaliers sont à leur plus bas niveau et où la ressource en eau se fait rare », a indiqué Roch Marc Kaboré.

Et de souligner que les chaines de valeur de certains produits forestiers non ligneux à haute valeur nutritive provenant des espèces tel que le Néré, le Baobab, le tamarinier, le karité et bien de dizaines d’autres, requièrent une attention particulière de nos pays et de nos producteurs».

Pour lui, ces produits constituent de filières intéressantes, sources de revenus et de création d’emplois, avec des maillons de collectes et de transformation occupés à 80% par les femmes.

Le président Kaboré regrette que «bien que ces produits forestiers non ligneux soient disponibles et constituent des sources importantes de protéines, de fibres et de vitamines, ils sont peu valorisés dans nos différents systèmes d’alimentation».

«En effet, leur utilisation est fortement limitée par de multiples obstacles, notamment des pesanteurs d’ordre socio-économique et culturel», a-t-il argumenté.

A l’entendre, en choisissant ce thème pour commémorer la 33ejournée de l’institution, le CILSS a voulu donner une réponse à une préoccupation de toujours, celle de renforcer la résilience de nos populations sahéliennes et ouest-africaines face aux crises alimentaires et nutritionnelles récurrentes.

Le président en exercice du CILSS a insisté sur «la nécessité de veiller à la préservation de nos écosystèmes, principales sources des produits forestiers non ligneux».

«Cela passe nécessairement par la mise en place de politiques vigoureuses de conservation de la nature », estime M. Kaboré qui pense que «c’est aussi une des manières de remplir nos engagements internationaux vis-à-vis des accords multilatéraux sur l’environnement, notamment les conventions internationales sur le changement climatique, la biodiversité et la lutte contre la désertification».

Le CILSS a été créé le 12 septembre 1973 à la suite des grandes sécheresses qui ont frappé le Sahel dans les années 70.

Il regroupe de nos jours, 13 Etats membres dont huit Etats côtiers (Bénin, Côte d’ivoire, Gambie, Guinée, Guinée-Bissau, Mauritanie, Sénégal, Togo), quatre Etats enclavés (Burkina Faso, Mali, Niger, Tchad) et un Etat insulaire (Cap Vert).

Le président Roch Marc Christian Kaboré assure la présidence tournante du CILSS, depuis le 18e sommet des chefs d’Etat de l’institution, tenu en février 2018 à Niamey au Niger.

Dans la même catégorie