MAP COM2019: Focus sur les politiques budgétaires, le commerce intra-africain et le secteur privé à l’ère du numérique MAP L’Afrique abrite le plus grand nombre de déplacés internes (Vice-secrétaire générale de l’ONU) ANGOP PR considera Cuito Cuanavale património da África Austral APS CONTRE MADAGASCAR, ALIOU CISSÉ PROMET DE METTRE  »LA MEILLEURE ÉQUIPE POSSIBLE » APS LA RÉPONSE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES REQUIERT L’IMPLICATION DE TOUS LES ACTEURS (VICE-MINISTRE POLONAIS) APS MACKY SALL INVITÉ À ŒUVRER POUR  »UNE SOCIÉTÉ SANS ENFANT MENDIANT, NI DÉFICIENTS MENTAUX EN ERRANCE (…) ». MAP Mali: au moins une cinquantaine de civils tués dans l’attaque d’un village peul ACP RDC: Le secrétaire de l’OIF s’entretien avec les femmes entrepreneures ACP La TICAD souligne l’importance des infrastructures de base dans le développement de la RDC ACP RDC: Démarrage des opérations de contrôle de l’application du SMIG dans le secteur du commerce

La BAD et l’Institut africain des sciences mathématiques prospectent les moyens d’accroître les investissements dans la R & D en Afrique


  24 Mai      42        Photos (20693), Science (536), Téchnologie (909),

   

-.ES: Hicham LOURAOUI.-

Busan (Corée du Sud), 24/05/2018 (MAP), Le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) et l’Institut africain des sciences mathématiques (AIMS) ont convenu de joindre leurs efforts pour étudier les moyens de renforcer l’éducation et la recherche dans les sciences, la technologie, l’ingénierie et les mathématiques en Afrique.

A cet effet, Jennifer Blanke, vice-présidente de la Banque chargée de l’agriculture et du développement humain et social à la BAD, et Thierry Zomahoun, président et directeur général de l’AIMS, ont signé à Busan (Corée du Sud) une lettre d’intention de collaboration qui offrira la possibilité de mobiliser des ressources destinées à développer la R&D en la matière.

Signée en marge des Assemblées annuelles 2018 de la BAD, cette lettre a également pour objectif de renforcer les qualifications avancées en sciences, en technologie et en innovation ainsi que les connaissances nécessaires pour conduire l’économie moderne sur le continent africain.

« Les mathématiques et la science jouent un rôle essentiel dans la promotion du développement humain et de l’innovation en Afrique », a souligné Mme Blanke, se félicitant de ce partenariat qui vise à trouver des solutions africaines aux défis africains.

« Nous sommes en train de parler de la mutation de l’Afrique et c’est pour nous une passion qui anime notre institut. Ce que je crois personnellement, c’est que rien n’est possible sans les individus », a, de son côté, dit M. Zomahoun.

Selon la BAD et l’AIMS, l’un des résultats possibles de cette lettre pourrait être la mise en place d’un programme de partenariat BAD-AIMS destiné à renforcer l’expertise en sciences mathématiques en Afrique. Ce programme serait chargé de contribuer au développement d’une communauté africaine jeune et solide de scientifiques et de technologues de classe mondiale.

Créé en septembre 2003, l’Institut africain des sciences mathématiques constitue un réseau panafricain de centres d’excellence permettant aux étudiants africains les plus doués de devenir les innovateurs qui mèneront le continent vers l’autosuffisance scientifique, éducative et économique.

Tenues du 21 au 25 mai à Busan (Corée du Sud), les Assemblées annuelles 2018 de la BAD se focalisent principalement sur l’accélération de l’industrialisation de l’Afrique, l’une des cinq priorités stratégiques de l’institution panafricaine, et constitueront une occasion pour les responsables issus des différents pays du contient pour échanger entre eux et avec les responsables sud-coréens sur cette thématique.

Dans la même catégorie