APS MONDIAL U19 : LE DRAPEAU NATIONAL REMIS AUX LIONCEAUX DU BASKET APS POUR UNE DÉCENTRALISATION DES ACTIVITÉS DU CENTRE SÉNÉGALO-ALLEMAND D’INFORMATION À L’EMPLOI APS CONTRAT D’AFFERMAGE DE L’EAU : LA SDE VA SAISIR LA COUR SUPRÊME ANGOP UE disponibiliza 12 milhões de Euros para Programas de resiliência ANGOP Angola e os EUA retomam acordo sobre comércio ANGOP Bispos angolanos rezam missa no túmulo de Nsaku Ne Vunda APS INVESTISSEMENTS : LE GOUVERNEMENT INVITE LE PRIVÉ A PRENDRE LE RELAIS DE L’ETAT (MINISTRE) APS GREENPEACE DIT HALTE À L’INDUSTRIE DE FARINE ET DE L’HUILE DE POISSON APS LES ÉCHANGES COMMERCIAUX ENTRE DAKAR ET PÉKIN PORTÉS À PLUS DE 1500 MILLIARDS CFA EN 2018 (AMADOU HOTT) GNA Ministry lauds NGOs for their role in curbing illegal mining in Ghana

La BAD, un parfait exemple de l’intégration régionale (président ivoirien)


Par: Malika Mojahid

Rabat, 26 mai 2015 (MAP) – La Banque Africaine de Développement (BAD) constitue un parfait exemple de l’intégration régionale à travers ses actions pour le développement économique et l’éradication de la pauvreté, a affirmé le président de la Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara.

« La BAD contribue significativement au renforcement de la compétitivité des économies des pays africains, à la facilitation de l’accès aux services de santé et d’éducation et à l’industrialisation de l’Afrique », a relevé M. Ouattara lors de l’ouverture officielle des assemblées annuelles de la BAD, organisées du 25 au 29 mai à Abidjan.

L’institution financière africaine joue également un rôle dans la lutte contre la pauvreté et le chômage et la facilitation de l’intégration des jeunes dans le tissu économique, a relevé le président ivoirien, qui a appelé à adapter les systèmes éducatifs au marché du travail, en se focalisant sur la formation professionnelle, la formation continue et l’accompagnement des jeunes.

Par ailleurs, M.Ouattara a mis l’accent sur l’importance de diversifier les ressources de financement afin d’assurer un développement économique pérenne du continent africain, soulignant qu’une « Afrique unie peut relever les défis de développement ».

Ainsi, le président a pointé du doigt les fragilités du continent, relatives notamment à l’assurance d’un environnement propice aux acteurs privés, la diversification des secteurs de production et l’insuffisance des services sociaux, notamment l’éducation et la santé.

Intervenant par la même occasion, le président de la BAD, Donald Kaberuka, a relevé la nécessité d’attirer de nouveaux financements tout en portant un intérêt à l’innovation, à la déréglementation de l’énergie et à l’intégration régionale.

Mettant l’accent sur le rôle des infrastructures pour l’intensification des échanges, M. Kaberuka a noté que la BAD a accordé une importance primordiale à ce secteur avec plus de 28 milliards de dollars, suivi du secteur de l’énergie (11 milliards de dollars) et du transport (11 milliards de dollars).

En effet, le président de la BAD a appelé les pays africains à mettre en place des politiques de développement, afin de mobiliser les partenaires financiers.

Les travaux des 50ème assemblées annuelles de la Banque Africaine de développement (BAD) se sont ouverts, mardi à Abidjan, sous le thème « L’afrique et le nouveau paysage mondial ».

La séance d’ouverture s’est déroulée devant d’éminentes personnalités, dont Alassane Ouattara et des présidents du Niger, Mahamdou Issoufou, du Gabon, Ali Bongo, du Bénin, Thomas Boni Yayi, du Liberia, Ellen Johnson Sirleaf et du Mozambique, Filipe Nyusi.

Ces assemblées annuelles, les premières depuis le retour de la BAD à son siège d’Abidjan en 2014, seront marquées par l’élection du nouveau président de la Banque, la célébration du 50e anniversaire de la BAD et l’accueil du Soudan du Sud en tant que 80e membre de la Banque.

Plus de 2.500 participants ont pris part à ce rendez-vous annuel, organisé du 25 au 29 mai, afin d’examiner les performances de la Banque et du continent et se pencher sur les programmes, positions et priorités de l’avenir.

La cérémonie a été aussi marquée par la présence de responsables gouvernementaux, de cadres de la BAD et d’experts nationaux et étrangers.

MM—ES.
LC.

Dans la même catégorie