ABP Bientôt un nouveau code pétrolier pour règlementer le secteur pétrolier au Bénin ABP 36,5 milliards F Cfa pour la protection de la côte à l’Est de Cotonou et la viabilisation du site de construction logements sociaux à Abomey-Calavi ABP Signature à Malanville d’un accord de partenariat entre la FNEN-DADDO et l’ASPEB sur la transhumance transfrontalière. AIB Acquittement  de Laurent Gbagbo et procès du putsch manqué, en vedettes dans la presse burkinabè Inforpress Inforpress e Instituto Camões rubricam protocolo de cooperação para aprimoramento e capacitação profissional da agência Infropress Restauração da Capela Gótica da Igreja de Nossa Senhora do Rosário arranca em Fevereiro e será concluída em Dezembro de 2019 Inforpress Futebol: Fabrício Duarte apita jogo de apuramento da Taça das Confederações AGP Le président Ali Bongo de retour au Maroc pour sa convalescence Inforpress Fogo: Segunda fase de reabilitação do Complexo Educativo Eduardo Gomes Miranda inaugurada na sexta-feira AIB Le Burkina veut améliorer la qualité de son climat d’affaire

La BADEA a investi 30 milliards de FCFA en Côte d’Ivoire ces cinq dernières années (Ministre du Plan)


  9 Septembre      32        Economie (21983), Finance (3696), Photos (20289),

   

Abidjan, 09 sept (AIP)- La Côte d’Ivoire a bénéficié, au cours de ces cinq dernières années, d’un appui de  plus de 60 millions $ (soit environ 30 milliards de francs CFA) de la Banque arabe pour le développement économique en Afrique (BADEA), a révélé, samedi,  la ministre ivoirienne du Plan et du Développement, Kaba Nialé, à l’ouverture de la réunion ministérielle de haut niveau de sur la stratégie 2030 de cette institution, à Abidjan.

Cet important appui financier de cette banque arabe, a expliqué la ministre du Plan et du Développement, a servi d’investissements dans plusieurs domaines notamment les infrastructures routières et agricoles, la formation professionnelle, l’eau potable, le renforcement des capacités et l’assistance technique.

« Si la Côte d’Ivoire se porte bien, c’est en partie grâce à la BADEA. Elle compte sur le soutien de la banque pour  nourrir ses ambitions en vue d’être une économie émergente en 2020. Notre crédo à tous, d’ici 2030, est de faire face au défi qu’apportent la mondialisation et l’intégration de nos économies, le changement climatique, l’innovation technologique, l’éducation, la santé, etc », a-t-elle interpellé.

Face au taux d’exécution des travaux financés  qui reste en deçà des attentes de des populations qui sont les premiers bénéficiaires des projets à réaliser, le ministre du Plan et du développement ivoirien a plaidé pour un rapprochement de la BADEA de ses pays partenaires d’Afrique à l’instar des autres institutions financières.

Pour cela, au nom de ses pairs du continent, elle a souhaité la présence de représentants permanents  et la création de bureaux locaux et régionaux dans les pays bénéficiaires afin de garantir une coordination plus efficace des parties prenantes des projets, une visibilité plus accrue des produits et services de la banque, et une meilleure connaissance de nos environnements.

Une vingtaine de personnalités (ministres, techniciens et experts) prend part à la réunion ministérielle de haut niveau sur la stratégie 2030 de la BADEA qui s’achève ce dimanche. Il s’agit pour les dirigeants de cette institution bancaire, après 40 ans de partenariat avec l’Afrique, de faire le bilan, recueillir les propositions de ses pays afin de mieux élaborer ladite stratégie.

fmo

Dans la même catégorie