AIP Côte d’Ivoire / Le ministre Sidi Touré annonce une évaluation trimestrielle du Programme social du gouvernement AIP Côte d’Ivoire/ Vers un encadrement des potières de Katiola par le centre céramique AIP Côte d’Ivoire/ Vingt ans de prison ferme pour les braqueurs d’Adjouan (Aboisso) AIP Côte d’Ivoire / L’encadrement des jeunes et des femmes entrepreneurs, une nécessité (Esmel Essis) MAP Marathon International de Marrakech: plus de 9.000 coureurs à la 30è édition MAP Attentat de Nairobi: Quatre employés de l’hôtel DusitD2 tués et 3 autres blessés (DG) MAP Onze suspects liés à l’attentat terroriste de Nairobi arrêtés par la police kényane (Presse) MAP Elections en RDC : l’UA demande « la suspension de la proclamation des résultats définitifs » GNA Madina Divisional Police confirms assassination of investigative journalist GNA Political Parties’ Fund: Afari-Gyan blames NDC and NPP

La Banque mondiale dévoile son plan stratégique 2018-2022 pour l’Ethiopie


  29 Novembre      43        Economie (21990), Finance (3696),

   

Rabat, 29 nov 2017 (MAP) – Le Groupe de la Banque mondiale a dévoilé, mardi à Addis-Abeba, son plan stratégique pour l’Ethiopie sur la période 2018-2022 portant notamment sur la promotion de la transformation structurelle et économique.

Le cadre de partenariat pour l’Éthiopie est aligné sur le deuxième plan quinquennal de Croissance et de Transformation (GTP-II) 2015-2020 dans le but général est d’atteindre le statut de pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure d’ici 2025, a déclaré la directrice régionale de la Banque mondiale en Ethiopie, Carolyn Turk, citée par l’Agence éthiopienne de presse.

Selon la responsable, le principal domaine d’intervention de la Banque est la promotion de la transformation structurelle et économique par l’amélioration de la productivité.

Le succès de l’Éthiopie dans la réalisation de la transformation structurelle et économique dépendra du maintien des taux de croissance économique enregistrés durant la dernière décennie en stimulant la productivité et la compétitivité et en trouvant des solutions durables pour le financement des infrastructures, a-t-elle ajouté.

Soutenir une politique institutionnelle responsable et lutter contre la corruption est également l’autre domaine dans lequel la Banque a l’intention de s’engager dans son plan stratégique pour l’Ethiopie.

Bien que le gouvernement ait mis en place plusieurs mécanismes « formels » de feedback au niveau local et pour des services spécifiques, des investissements supplémentaires dans des mécanismes de responsabilisation et de transparence sont nécessaires, selon la directrice régionale de la Banque mondiale en Ethiopie.

Et de souligner que la Banque aspire à ce que le pays réalise beaucoup de ses objectifs, citant l’amélioration de la productivité agricole de 23% pour les femmes exploitantes agricoles et chefs de famille, la protection de 14 millions d’âmes contre l’insécurité alimentaire et l’augmentation du nombre de personnes pour l’accès à des sources d’eau et aux services sanitaires de base de 20 et 43 pc, respectivement.

A l’exception de la faible performance dans certains secteurs, la plupart des indicateurs économiques indiquent que l’économie éthiopienne fait son chemin dans un environnement plus sain.

Le premier Growth and Transformation Plan (GTP-I) s’est achevé en 2015. Son bilan met en lumière les capacités de bonne gouvernance économique, et des réalisations remarquables en termes d’infrastructures (60% des objectifs réalisés). Deux objectifs n’ont toutefois été que partiellement atteints, à savoir le décollage du secteur manufacturier et la hausse des exportations.

Le deuxième Plan de Croissance et de Transformation 2015-2020 s’inscrit dans la continuité du GTP I. Au plan macroéconomique, il entend maintenir une croissance à deux chiffres dans un « environnement économique stable ».

Au cours de l’année fiscale éthiopienne (juillet 2015/juin 2016) la croissance a atteint 6,5%, un résultat moins bon que l’année précédente (10,2%) mais qui place toujours l’Ethiopie parmi les économies dont les taux de croissance sont les plus élevés au monde. Il a par ailleurs été obtenu alors que le contexte international était globalement moins porteur et que la sécheresse a considérablement pesé sur la production agricole.

Dans la même catégorie