MAP SM le Roi préside la cérémonie d’inauguration de l’écosystème du Groupe PSA au Maroc, une nouvelle illustration de l’excellence du « Made in Morocco » INFORPRESS INSP garante que a mortalidade infantil no período neonatal não é alarmante mas sim um desafio – INSP INFORPRESS Jorge Santos considera que o Tribunal de Justiça da CEDEAO é um instrumento privilegiado para proteger os cidadãos INFORPRESS Ministro do Turismo defende trabalho articulado entre Governo e privados para que cruzeiristas gastem mais no país ANP Mécanisme d’évacuation d’urgence des réfugiés : plus de 1300 évacués de la Libye au Niger réinstallés (HCR) AIB Les archivistes, les documentalistes et les bibliothécaires dénoncent les difficiles conditions de travail AIB Le président du Faso Roch Kaboré « ne semble pas comprendre que la réconciliation nationale est la seule voie de salut pour le Burkina Faso » (Yacouba Isaac) AIB Burkina : Le président Kaboré reçoit un rapport sur la libre circulation des personnes et des biens ACI CONGO: NÉCESSITE POUR LES ETATS D’HARMONISER LES POLITIQUES POUR FAIRE RÉGNER LA SÉCURITÉ ACI CONGO: CÉLÉBRATION DU 25EME ANNIVERSAIRE DU PARTENARIAT POUR LA CONSERVATION DU PARC NOUABALE-NDOKI

La Banque mondiale va octroyer dix millions de dollars au gouvernement centrafricain


  1 Avril      75        Finance (3780), Photos (21108),

   

Bangui,1 Avril  (ACAP)- Le représentant de la Banque Mondiale, Robert Boujaoude, et le ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération, Félix Moloua, ont signé, samedi 31 mars 2018 à Bangui, une convention de financement d’un montant de 10 millions de dollars destinés à la mise en œuvre du projet de gouvernance des ressources naturelles (PGRN), notamment dans les secteurs minier et forestier.

L’objectif de ce projet  est de  renforcer la gouvernance  et les capacités  dans les  secteurs  forestier et minier tout en permettant  aux populations les plus pauvres  de tirer des opportunités  concrètes  et des avantages  économiques  des ressources naturelles du pays, a indiqué Robert Boujaoude.

Il a souligné que la République Centrafricaine dispose  d’atouts majeurs  au  premier rang  desquels  figurent ses ressources naturelles  considérables  dont la gestion  efficace  permettrait de contribuer de manière significative  au développement socio-économique du pays.

Une exploitation rationnelle  des ressources forestières et minières, deux secteurs majeurs de l’économie, permettrait non seulement  d’offrir des emplois  en zones rurales, mais également  d’améliorer  les recettes de l’Etat, a-t-il ajouté.

Cependant, a-t-il déploré, la crise de 2012-2013 a durablement  affecté la productivité  de ces deux secteurs  dont la contribution  au Produit Intérieur Brut (PIB) est passée de 11% dans les  années 2000  à 4% en 2016.

Le ministre des Eaux, Forêts  Chasses  et  Pêches, Lambert Moukové Lissane,  a précisé que  dans le secteur forestier, le projet va appuyer  le ministère des Eaux et Forêts, Chasses et Pêches  dans  ses moyens  de fonctionnement et de contrôle sur le terrain afin  que l’administration puisse  assurer  pleinement  sa mission de gestionnaire  des ressources forestières du pays, soutenir  les communautés  forestières  du Sud-ouest dans l’identification, la planification  et le financement d’actions prioritaires de développement.

Pour le ministre des Mines et de la Géologie, Léopold Mboli  Fatrane,  le secteur minier comporte une forte composante  institutionnelle concernant le Ministère de l’Energie, des Mines et de l’Hydraulique, amené à aligner  le cadre réglementaire et institutionnel  régissant  l’exploitation  minière en République Centrafricaine  par les meilleurs  pratiques internationales et mener à bien ses fonctions en renforçant les capacités  et outils disponibles.

« Le projet mettra en œuvre des activités de formalisation dans le secteur  minier, artisanal  afin de générer plus de transparence dans les  recettes fiscales pour le  gouvernement et de revenus pour les communautés  rurales.

Ainsi, des petites subventions viendront soutenir les artisans miniers dans leurs moyens de production tout en  encourageant  et en félicitant le respect des exigences  d’enregistrement et de  déclaration » .

Le ministre de  l’Economie;  du Plan  et de la Coopération, Félix  Moloua, a  exprimé la reconnaissance des autorités centrafricaines à la Banque Mondiale qui ne cesse  de soutenir la République Centrafricaine dans ses efforts de reconstruction.

Il convient de préciser que la signature de cette convention intervient 48 avant l’entrée en fonction du nouveau Directeur des Opérations de la Banque mondiale pour la RCA, Jean-Christophe Carret.

Basile Rébéné/ACAP

Dans la même catégorie