AIP Visite d’Etat dans la Marahoué: Zuénoula réclame « un plan Marshall » pour son développement AIP L’UNICEF s’engage à réduire les inégalités entre l’homme et la femme AIP Visite d’Etat dans la Marahoué : Plaidoyer pour un appui technique et financier aux femmes du vivrier de Zuénoula AIP Alassane Ouattara invite les jeunes au travail pour consolider la paix AIP Identification: Le DG de l’ONECI à Bouaké pour s’enquérir de la situation de l’opération sur le terrain AIP Le secrétaire d’État chargé du service civique vante les mérites de son département AIP Des blogueuses se forment à la prévention des discours de haine sur les réseaux sociaux AIP La coordination RHDP du Kabadougou lance sa précampagne AIP Deux comités de veille et de prévention des conflits installés à Bondoukou AGP Liga : Luis Suarez quitte le FC Barcelone pour l’Atlético.

La CEDEAO demande « des solutions fortes » pour « une sortie de crise rapide » au Mali


  27 Juillet      4        Politique (11367),

   

Abidjan, 27 juil 2020 (AIP)- Le président en exercice de la Communauté économiques des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), Mahamadou Issoufou a demandé, lundi 27 juillet 2020 qu’il y ait des « solutions fortes » pour une « sortie de crise rapide » au Mali  » à l’occasion d’un sommet extraordinaire.

« Nous devons donc sortir de ce sommet extraordinaire avec des solutions durables et des décisions fortes, à même de garantir la stabilité du Mali et donc de la région », a déclaré M. Issoufou, estimant que « le temps presse et les risques sont grands » dans son discours d’ouverture au sommet virtuel de l’organisation.

Il a poursuivi pour rappeler que le Mali avait failli tomber entièrement aux mains des groupes jihadistes en 2012 et qu’un effondrement de l’Etat aurait des conséquences graves non seulement pour le Mali, mais aussi pour « tous ses voisins et même au-delà », le Niger et le Burkina Faso, étant également confrontés à des violences jihadistes.

« La situation nous interpelle tous, mais elle interpelle au premier chef tous les Maliens. Cette situation exige d’eux un sursaut national. Elle exige l’union sacrée de tous les Maliens. Nous avons le devoir d’en créer les conditions », a-t-il ajouté.

Les efforts de la CEDEAO pour résoudre la crise au Mali se sont trouvés jusque là vains. Le mouvement de contestation du 5 juin réclame toujours la démission du président Ibrahim Boubacar Keïta.

Dans la même catégorie