APS MACKY SALL À KAOLACK POUR LANCER LES TRAVAUX DE DRAGAGE DU PORT APS LE PNUD RÉITÈRE SON ENGAGEMENT POUR LE DÉVELOPPEMENT DE L’AFRIQUE MAP Présidentielle en RDC: Report de la visite de la délégation africaine de haut niveau qui devait se rendre lundi à Kinshasa (communiqué) ABP « Un milliard de francs CFA pour soutenir l’écosystème du numérique au Bénin » dixit Mme Aurélie Adam Soulé Zoumarou ABP La santé des populations préoccupe une mission médicale chinoise à Lokossa MAP Attaque dans le Nord du Mali: au moins huit Casques bleus tchadiens tués AIP Côte d’Ivoire: Environ 4 T de drogue et 23 T de divers produits prohibés incinérés à Aboisso ANP 3 Nigériens primés pour leurs projets innovants ANP Appui de la BID de plus 10 milliards FCFA à la filière riz au Niger MAP Attentat de Nairobi: la police arrête la femme et le père du kamikaze

La Commission électrotechnique internationale ouvre son centre régional pour l’Afrique à Nairobi


Rabat, 03 nov. 2015 (MAP) – La Commission électrotechnique internationale a ouvert, lundi à Nairobi, son centre régional pour l’Afrique.

La cérémonie d’ouverture de ce centre s’est déroulée lundi en présence notamment de hauts responsables, du secrétaire général de l’IEC (International Electrotechnical Commission), d’experts du secteur, de membres de l’IEC et de pays affiliés.

« L’IEC, grâce à son Centre régional pour l’Afrique, est là pour apporter la base technique et aider tous les pays africains à mettre en place un accès universel à une énergie électrique durable plus rapidement », a indiqué Frans Vreeswijk, secrétaire général et DG de l’IEC.

Le Centre de Nairobi est à même de former des responsables gouvernementaux et des acteurs de l’industrie aux côtés de la coordination des pratiques dans 48 pays africains qui sont membres, a ajouté le DG de l’IEC.

« Le centre va nous permettre de développer des liens plus étroits avec le continent pour assurer la production d’électricité de qualité et l’utilisation par l’innovation aux côtés de produits électroniques et électriques, » a-t-il dit.

Installé dans le quartier de Westland, à Nairobi, le Centre est la cinquième plateforme à l’échelle mondiale pour la Commission électrotechnique internationale (IEC) qui regroupe 166 pays, représentant 98 pc de la population mondiale et 96 pc de la production mondiale d’énergie.

Le Centre de Nairobi « collaborera étroitement avec la Commission électrotechnique africaine de normalisation (AFSEC) pour promouvoir la participation et la contribution au travail de l’IEC », précise l’IEC dans un communiqué, rendu public à l’occasion.

« En tant que point focal régional pour l’Afrique, le Centre régional pour l’Afrique de l’IEC proposera des formations et un accompagnement pour aider les pays de cette région à adopter et utiliser les Normes internationales et des Systèmes d’évaluation de la conformité de l’IEC », ajoute-t-on.

Basée en Suisse, L’IEC est partenaire du programme « Energie durable pour tous » des Nations unies. Elle fournit, par exemple, un ensemble de Spécifications techniques focalisées sur l’accès à l’énergie hors réseau et, en particulier, à des produits solaires Pico utilisables hors réseau comme des lanternes solaires ou de petits modules solaires. Dans ce contexte, l’IEC fournit les méthodes standardisées pour tester et vérifier le rendement lumineux et d’autres mesures de qualité, qui permettront au final d’instaurer la confiance avec les consommateurs et de contribuer à l’adoption généralisée de ces technologies.

Avec l’ouverture du Centre de Nairobi, un grand pas a été ainsi franchi aujourd’hui vers un meilleur accès à l’énergie électrique, des produits électriques et électroniques plus sûrs et, plus généralement, de meilleures conditions en faveur du développement économique, indique-t-on auprès de l’IEC.

Le « Kenya Bureau of Standards », qui travaille en étroite collaboration avec l’IEC, avait exigé la semaine dernière que toutes les marchandises expédiées vers le Kenya doivent être inspectés au pays d’origine dans le but d’arrêter le flux de marchandises de qualité inférieure et de se débarrasser des produits contrefaits qui continuent à étouffer le continent et le prive de millions de dollars dans le commerce.

FR—BI .
KJ.

Dans la même catégorie