AIP Un accord-cadre de 350 milliards de FCFA pour l’atteinte des ODD en Côte d’Ivoire AIP Les premiers bénéficiaires du fonds COVID de la mine d’Agbaou reçoivent leurs carnets bancaires AIP Le CICG et le RSGCOM renforcent leur collaboration pour une meilleure visibilité des actions gouvernementales AIP Daloa abrite la célébration de la journée mondiale de la lèpre AIP Sidi Touré annonce des réformes dans le secteur des médias AIP Remise symbolique de clés aux acquéreurs des logements de la cité ADO de Yopougon AIP Un député de Daloa sensibilise les élèves au civisme AIP Le Gouvernement rassure sur le renforcement du partenariat gagnant-gagnant AIP Le comité de normalisation de la FIF officiellement installé APS KRÉPIN DIATTA S’ENGAGE POUR CINQ ANS AVEC L’AS MONACO

LA COVID-19 IMPOSA LE TÉLÉTRAVAIL ET L’ENSEIGNEMENT À DISTANCE


  31 Décembre      12        Emploi (263),

   

Dakar, 31 déc (APS) – La limitation des déplacements et des rassemblements dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 a favorisé en 2020 le développement du travail et de l’enseignement à distance, facilités par les Nouvelles technologies de l’information et de la communication.

’’Cette année, si nous avons réussi la continuité pédagogique c’est grâce au numérique. Nous sommes l’un des rares pays à avoir un canal éducation, un canal dédié à l’apprentissage à distance, au téléenseignement’’, a souligné, le 21 décembre, le ministre de l’Education nationale, Mamadou Talla.

En marge du lancement du rapport international PASEC2019 (Programme d’Analyses des Systèmes Educatifs de la Conférence des Ministres des Etats et gouvernements de la Francophonie -CONFEMEN-), M. Talla a salué ’’une expérience très intéressante qui nous a permis de terminer l’année scolaire’’.

L’enseignement à distance a permis aux élèves de ’’continuer les cours’’, non sans difficulté, a confié à l’APS un parent d’élève.

’’L’enseignement à distance a permis aux élèves de continuer les cours mais cela n’était pas évident, j’étais obligé de superviser d’allumer, d’augmenter le son de l’ordinateur pour mon fils qui n’était qu’au Cours Préparatoire (CP), c’était laborieux’’, a expliqué Abou Cissé.

’’On travaillait à la place des enseignants car les enfants n’ont pas la capacité d’être devant un ordinateur concentré pendant une à deux heures de temps pour faire cours’’, a-t-il ajouté.

La lutte contre la Covid-19 a également imposé la pratique du télétravail.

’’Nous avons commencé par étape en donnant aux personnes qui, avec un ordinateur, pouvaient travailler à partir de la maison deux à trois jour de télétravail avant de l’appliquer carrément sur toute la semaine’’, a confié Mme Ndao, responsable des ressources humaines dans une banque de la place.

’’Quand la pandémie était à son paroxysme durant l’Etat d’urgence, nous avons mis en télétravail toutes les personnes vulnérables, les femmes enceintes, les personnes souffrant d’une maladie chronique pour les mettre à l’abri d’une contamination’’, a-t-elle ajouté.

Par contre, a-t-elle noté, ’’certains personnels stratégiques ne pouvaient pas observer le télétravail, cela serait contre-productif pour la banque’’.

Expliquant l’enthousiasme des travailleurs pour le télétravail, le Directeur du Développement du Capital Humain (DDCH) explique ’’les horaires de travail sont très contraignantes pour tout le monde’’.

’’Avec les transports en commun et tous ses aléas, on peut être productif en étant en poste à la maison car on est à l’aise et à l’abri de toute contrainte’’, a expliqué Assane Ndiaye.

’’C’est une bonne chose, c’est une expérience assez intéressante. On peut appliquer le télétravail pour les personnes à risque c’est à dire souffrant de certaines pathologies surtout en cette période de pandémie pour protéger les travailleurs’’, a-t-il dit.

Selon lui, ’’beaucoup de ministères avaient même sorti des notes de service pour limiter le nombre de personnes dans les lieux de travail (…)’’.

Dans la même catégorie