APS VERS LA MISE EN PLACE D’UN CENTRE AÉRÉ ET D’UN HÔPITAL DE L’UMEFP APS SRAJ : LE SÉNÉGAL VEUT S’APPUYER SUR « L’ENCADREMENT » ET LA « BONNE APS LE PAIS PRÉSENTÉ AU COURS D’UN CDD À NIORO ACP Ministère du Budget : deux grandes performances à l’actif de Pierre Kangudia ACP Deux millions des tonnes des frets par an attendues du trafic entre le pont Kinshasa-Brazzaville d’ici à 2025 ACP L’ouvrage « Plaidoyer pour la bonne gouvernance et le développement » porté sur les fonts baptismaux APS KAOLACK : DES PROJETS POUR 144 MILLIARDS DE FCFA ENTRE 2012 ET 2018 APS PÊCHE ARTISANALE : UNE ACADÉMIE POUR RENFORCER LES RELATIONS AVEC LE MONDE DE LA RECHERCHE APS SITUATION ALIMENTAIRE : AUCUN DÉPARTEMENT N’EST EN PHASE DE CRISE, SELON LE SE/CNSA ACP Déploiement des Kits électoraux de la CENI au Kwango et au Kwilu

La croissance économique de la RDC projetée à 3,8% en 2018, selon la Banque Mondiale


  12 Septembre      35        Economie (21002), Photos (19781),

   

Kinshasa, 12 sept 2018(ACP).- Le bureau de la Banque mondiale en RDC a présenté mercredi son rapport de suivi de la situation économique de la République démocratique du Congo sous le thème : « améliorer la dépense de la santé pour renforcer le capital humain, et assurer une croissance inclusive », projetant à 3,8%, la croissance économique du pays en 2018.

Selon ce rapport, la croissance économique de la RDC pourra atteindre 4,4% à l’horizon 2020, du fait qu’elle est soutenue par une progression des activités des industries extractives en liaison avec des marchés internationaux des matières premières, et l’augmentation de la production minière.

Toutefois, le rapport relève que des risques croissants liés essentiellement aux situations imprévisibles des prix internationaux des produits miniers, et à la détérioration du climat politique domestique pèsent lourdement sur ces perspectives prometteuses.

A cet effet, le rapport préconise que le gouvernement accorde la priorité, à court terme et moyen terme, à l’accroissement substantiel de la mobilisation des recettes intérieures par une meilleure exploitation du potentiel fiscal du pays.
Cette mobilisation des recettes intérieures permettra de renforcer la résilience macroéconomique, et d’accroître les dépenses en soutien à une croissance accélérée et pro-pauvre.

Partant des données fiscales, la Banque Mondiale estime que l’écart pour les grands impôts d’Etat s’élèverait à 5,2% du produit intérieur brut (PIB). Un renforcement du cadre institutionnel de gestion des dépenses fiscales qui contribuent à près de la moitié de l’écart fiscal, s’avère nécessaire à travers la mise en place d’une unité fiscale qui sera chargée d’assurer le suivi, le contrôle et d’élaborer une stratégie de rationalisation et de réduction de ces dépenses. ACP/Fng/DNM/Kji

Dans la même catégorie