MAP L’engagement du Maroc en matière de coopération Sud-Sud est guidé par une Vision Royale clairvoyante plaçant l’élément humain au cœur des préoccupations APS UN LYCÉE À GÉNÉRATION FOOT POUR MIEUX METTRE EN EXERGUE ’’LA DIMENSION ÉDUCATIVE DU SPORT’’ ACP Une délégation de l’U.E reçue par le Président Félix-Antoine Tshisekedi APS MODERNISATION TITRES DE TRANSPORTS : LES PREMIÈRES CARTES GRISES NUMÉRISÉES REMISES À LEURS DÉTENTEURS APS PARIS : UNE SCULPTURE DE BRONZE EN HOMMAGE AU SCULPTEUR OUSMANE SOW APS FEMMES ET SCIENCE : LES DOCTORANTES SÉNÉGALAISES INVITÉES À PARTICIPER AU PROGRAMME L’ORÉAL/UNESCO AIB Burkina : naissance d’un parti pro-Kaboré AIB Burkina : une organisation de la société civile accuse le pouvoir de vouloir sa liquidation AIB Bertrand Traoré incertain, 3 autres joueurs forfaits contre la Mauritanie APS PLAIDOYER POUR UNE RÉFORME DU SECTEUR DE L’HYDRAULIQUE

« LA CRSE EST NEUTRE » (PRÉSIDENT)


  9 Juin      35        Développement durable (3795),

   

Saly Portudal, 9 juin(APS) – La commission de régulation du secteur de l’électricité (CRSE) travaille dans la neutralité dans le choix des sources de production d’énergies, a assuré vendredi à Salty-Portudal, son président, Ibrahima Amadou Sarr.

« La commission de régulation du secteur de l’électricité est neutre » dans le choix des sources d’énergies, a dit M. Sarr qui s’exprimait en marge d’un atelier de formation des membres du collectif des journalistes économiques au Sénégal (COJES) et des associations de défense des consommateurs.

« Le premier critère sur le choix des producteurs est une assurance d’un taux de rentabilité normal pour les gens qui ont accepté d’investir dans le secteur. Il faut reconnaître que c’est la loi qui donne la priorité aux énergies renouvelables », a-t-il précisé.

Ainsi, dans le cadre de la revente, s’il y a deux types d’énergie, l’on favorise celle produite par une source d’énergie renouvelable, a-t-il dit.

Il est revenu sur le coût élevé de l’électricité en milieu rural, lié à la « non disponibilité » du réseau et à la disparité des habitations. C’est ce que explique, dit-il, que les concessionnaires locaux investissent beaucoup pour pouvoir alimenter correctement les populations en électricité.

« L’Etat impose à la CRSE d’assurer à ces opérateurs un taux de rentabilité normal par rapport à ces investissements », a signalé le président de la CRSE.

« Aujourd’hui, dans le cadre du programme d’urgence communautaire pour le développement (PUDC), l’Etat a réussi a amené l’infrastructure mais les populations refusent de s’abonner car se disant ne pas comprendre cet écart sur les tarifs », a expliqué Ibrahima Amadou Sarr.

Face à cette situation, le chef de l’Etat a décidé une harmonisation du tarif de l’électricité au niveau national en prenant celui de SENELEC comme référence, a indiqué M. Sarr.

« On est en train de travailler sur le projet d’avenant parce que les concessionnaires disent que le premier pas à faire est de leur garantir les compensations nécessaires pour aller à cette harmonisation », a confié M. Sarr.

SBS/OID/ASB

Dans la même catégorie