AGP Des bulldozers attendus dans les zones inondables MAP SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan préside à Kénitra la cérémonie de sortie de la 19è promotion du Cours supérieur de défense et de la 53è promotion du Cours État-Major MAP Honoris United Universities accompagne 54 jeunes femmes entrepreneures du continent africain AGP Bientôt une usine d’assemblage et de montage de tablettes AGP Kankan-Education :1680 candidats à l’examen de sortie des écoles professionnelles session 2019. AGP Assemblée nationale : Adoption du projet de loi relatif à l’usage des armes par la gendarmerie nationale. ANP Journée mondiale contre la drogue 2019 : destruction d’importants stocks des stupéfiants Konni ANP Le Niger veut réduire le taux de prévalence basée sur le genre de 28,4% à 15,4% d’ici 2021 ANG Dois golos em três minutos dão triunfo aos Camarões contra a Guiné-Bissau na abertura do grupo F ANG Bissau acolhe ateliê sobre redução de capturas de tartarugas e aves marinhas na Sub-Região

« LA CRSE EST NEUTRE » (PRÉSIDENT)


  9 Juin      45        Développement durable (3820),

   

Saly Portudal, 9 juin(APS) – La commission de régulation du secteur de l’électricité (CRSE) travaille dans la neutralité dans le choix des sources de production d’énergies, a assuré vendredi à Salty-Portudal, son président, Ibrahima Amadou Sarr.

« La commission de régulation du secteur de l’électricité est neutre » dans le choix des sources d’énergies, a dit M. Sarr qui s’exprimait en marge d’un atelier de formation des membres du collectif des journalistes économiques au Sénégal (COJES) et des associations de défense des consommateurs.

« Le premier critère sur le choix des producteurs est une assurance d’un taux de rentabilité normal pour les gens qui ont accepté d’investir dans le secteur. Il faut reconnaître que c’est la loi qui donne la priorité aux énergies renouvelables », a-t-il précisé.

Ainsi, dans le cadre de la revente, s’il y a deux types d’énergie, l’on favorise celle produite par une source d’énergie renouvelable, a-t-il dit.

Il est revenu sur le coût élevé de l’électricité en milieu rural, lié à la « non disponibilité » du réseau et à la disparité des habitations. C’est ce que explique, dit-il, que les concessionnaires locaux investissent beaucoup pour pouvoir alimenter correctement les populations en électricité.

« L’Etat impose à la CRSE d’assurer à ces opérateurs un taux de rentabilité normal par rapport à ces investissements », a signalé le président de la CRSE.

« Aujourd’hui, dans le cadre du programme d’urgence communautaire pour le développement (PUDC), l’Etat a réussi a amené l’infrastructure mais les populations refusent de s’abonner car se disant ne pas comprendre cet écart sur les tarifs », a expliqué Ibrahima Amadou Sarr.

Face à cette situation, le chef de l’Etat a décidé une harmonisation du tarif de l’électricité au niveau national en prenant celui de SENELEC comme référence, a indiqué M. Sarr.

« On est en train de travailler sur le projet d’avenant parce que les concessionnaires disent que le premier pas à faire est de leur garantir les compensations nécessaires pour aller à cette harmonisation », a confié M. Sarr.

SBS/OID/ASB

Dans la même catégorie