MAP Guinée: libération d’un responsable syndical, revendication majeure des grévistes MAP Qualifications JO-2024 (3è tour retour): La sélection marocaine féminine de football confirme face à son homologue tunisienne (4-1) MAP Sénégal: le gouvernement adopte un projet de loi d’amnistie des faits liés aux violences survenues entre 2021 et 2024 (officiel) MAP La méningite tue au moins 20 élèves dans le nord-est du Nigeria MAP Qualifications JO-2024 (3è tour retour): La sélection nationale féminine de football bat son homologue tunisienne (4-1) et se qualifie au 4è et dernier tour AIP François Olivier Gosso nommé directeur exécutif de l’Association africaine de l’eau et de l’assainissement AIP Le ministère des Affaires étrangères s’investit pour une mise en œuvre optimale de son budget 2024 AIP Lutte contre le paludisme: vers la consolidation des résultats de 2023 dans l’Indénié-Djuablin AIP Des experts en génie civil s’inspirent de l’expérience du LBTP en matière de revêtements routiers AIP Valentine’s day : les participants instruits sur l’harmonie dans le couple lors de la 2ème édition

La dégradation des sols au Burkina compromet l’avenir des générations actuelles et futures (BUNASOLS)


  5 Décembre      61        Environnement/Eaux/Forêts (6304),

 

Ouagadougou, 5 dec.2022 (AIB)-Le Directeur général du Bureau national des sols (BUNASOLS), Dr Mamoudou Traoré, a affirmé lundi, que les sols sont de plus en plus menacés par la dégradation, toute chose qui compromet, un meilleur avenir pour les générations actuelles et futures.

«Les sols sont de plus en plus menacés de nos jours par divers facteurs liés à l’intervention de l’homme et aux changements climatiques», a déclaré lundi le Directeur général du Bureau national des sols (BUNASOLS), Dr Mamoudou Traoré.

M. Traoré s’exprimait lors de la commémoration de la journée mondiale des sols (JMS), placée sous le thème «les sols, à l’origine des aliments».

D’après lui, la dégradation des sols se traduit par la réduction ou l’élimination des fonctions des sols et de leurs aptitudes à soutenir des services écosystémiques qui sont essentiels au bien-être des populations.

«Si le sol est une composante essentielle du système naturel et un facteur vital pour le bien-être humain, il convient de constater avec moi qu’il est une ressource non renouvelable ou du moins qui ne se renouvelle pas à l’échelle d’une vie humaine. Pourtant il suffit d’une fraction de seconde pour perdre cette ressource vitale dans un endroit donné», a renchéri le représentant du Représentant Résident de la FAO au Burkina Faso, Ibrahim Ouédraogo.

Il a assuré que son institution ne ménagera aucun effort pour soutenir la célébration continue de la JMS au Burkina Faso.

En février 2018, le DG de la FAO José Graziano Da Silva, en visite au Burkina Faso, a affirmé que la dégradation touchait un 1/3 des sols soit 9 millions d’hectares productives avec une progression annuelle estimée à 360 mille hectares.

Le DG de BUNASOLS a ajouté que la commémoration de la JMS permettra de débattre des questions sur la gestion durable des sols afin d’assurer un avenir meilleur pour les générations actuelles et futures.

Le ministre en charge de l’Agriculture Dénis Ouédraogo a indiqué que  environ deux millions de personnes ont été touchées par l’insécurité alimentaire en 2021 au Burkina Faso.

Le ministre a souhaité des propositions de solutions pratiques pour améliorer de manière proactive la santé des sols et assurer une croissance durable du secteur agricole au Burkina Faso.

«La volonté politique de donner suffisamment à manger, en qualité et durablement aux populations du Burkina Faso est clairement affichée par les autorités nationales. Cette volonté est exprimée par le Chef de l’Etat, son Excellence Ibrahim Traoré  et déclinée dans le Plan Stratégique de la Transition», a rappelé le ministre Ouédraogo.

Dans la même catégorie