ANP Assemblée nationale : Une délégation du groupe d’Amitié parlementaire Türkiye- Niger reçue par le 1er vice-président de l’institution ANP Niger : Ouverture à Niamey d’un Forum National sur l’organisation du Hadjj et de la Oumra APS Le Collectif des associations islamiques appelle à ‘’l’esprit de dépassement ‘’ MAP Kenya: l’expérience marocaine dans la lutte contre le crime organisé mise en avant devant l’Association des procureurs africains AIP Les jeunes du Hambol magnifient Alassane Ouattara AIP Le Vice-président Tiémoko Meyliet inaugure la nouvelle agence COOPEC de Tafiré AIP Des élèves et leurs enseignants célébrés au Collège Diéty Félix de Danané Inforpress Portugal: IPB comemora 40 anos com atribuição de Medalha de Mérito Internacional aos municípios de Cabo Verde AIP Le maire de Bangolo appelle à l’union des cadres RHDP du Guémon autour des idéaux du président Ouattara Inforpress Porto Novo/Capital Cabo-verdiana da Juventude: Nações Unidas enaltecem esta “excelente iniciativa”

La dégradation des sols au Burkina compromet l’avenir des générations actuelles et futures (BUNASOLS)


  5 Décembre      14        Environnement/Eaux/Forêts (4991),

   

Ouagadougou, 5 dec.2022 (AIB)-Le Directeur général du Bureau national des sols (BUNASOLS), Dr Mamoudou Traoré, a affirmé lundi, que les sols sont de plus en plus menacés par la dégradation, toute chose qui compromet, un meilleur avenir pour les générations actuelles et futures.

«Les sols sont de plus en plus menacés de nos jours par divers facteurs liés à l’intervention de l’homme et aux changements climatiques», a déclaré lundi le Directeur général du Bureau national des sols (BUNASOLS), Dr Mamoudou Traoré.

M. Traoré s’exprimait lors de la commémoration de la journée mondiale des sols (JMS), placée sous le thème «les sols, à l’origine des aliments».

D’après lui, la dégradation des sols se traduit par la réduction ou l’élimination des fonctions des sols et de leurs aptitudes à soutenir des services écosystémiques qui sont essentiels au bien-être des populations.

«Si le sol est une composante essentielle du système naturel et un facteur vital pour le bien-être humain, il convient de constater avec moi qu’il est une ressource non renouvelable ou du moins qui ne se renouvelle pas à l’échelle d’une vie humaine. Pourtant il suffit d’une fraction de seconde pour perdre cette ressource vitale dans un endroit donné», a renchéri le représentant du Représentant Résident de la FAO au Burkina Faso, Ibrahim Ouédraogo.

Il a assuré que son institution ne ménagera aucun effort pour soutenir la célébration continue de la JMS au Burkina Faso.

En février 2018, le DG de la FAO José Graziano Da Silva, en visite au Burkina Faso, a affirmé que la dégradation touchait un 1/3 des sols soit 9 millions d’hectares productives avec une progression annuelle estimée à 360 mille hectares.

Le DG de BUNASOLS a ajouté que la commémoration de la JMS permettra de débattre des questions sur la gestion durable des sols afin d’assurer un avenir meilleur pour les générations actuelles et futures.

Le ministre en charge de l’Agriculture Dénis Ouédraogo a indiqué que  environ deux millions de personnes ont été touchées par l’insécurité alimentaire en 2021 au Burkina Faso.

Le ministre a souhaité des propositions de solutions pratiques pour améliorer de manière proactive la santé des sols et assurer une croissance durable du secteur agricole au Burkina Faso.

«La volonté politique de donner suffisamment à manger, en qualité et durablement aux populations du Burkina Faso est clairement affichée par les autorités nationales. Cette volonté est exprimée par le Chef de l’Etat, son Excellence Ibrahim Traoré  et déclinée dans le Plan Stratégique de la Transition», a rappelé le ministre Ouédraogo.

Dans la même catégorie