INFOPRESS Bailarino Djan Neguim impulsiona criação da Rede de Dança da CPLP Inforpress Bailarino Djan Neguim impulsiona criação da Rede de Dança da CPLP GNA Corruption: Government must pay attention to internal auditing GNA Dr Bawumia is an embodiment of competence– Friends ANG Forças Armadas/Conselho do CEMGFA apela militares a se absterem da política partidária AIP Le gouvernement veut propulser définitivement la Côte d’Ivoire au rang des pays à revenus intermédiaires AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Filets sociaux productifs : la Banque mondiale renouvelle sa confiance en l’Etat ivoirien AIP Côte d’Ivoire-AIP/ La participation du secteur privé annoncé au séminaire gouvernemental Inforpress São Vicente: Problema de escassez de ovos no mercado resolvido só em meados de Maio – director da Sociave Inforpress Santiago Norte: Profissionais de saúde da linha da frente no combate à covid-19 já foram todos imunizados

La dépouille de l’Ivoirienne P. D. Gertrude rapatriée de Tunis à Abidjan grâce à la société civile (Communiqué)


  8 Avril      14        Société (31118),

   

Abidjan, 08 avr 2021 (AIP) – La famille de feu P. D. Gertrude, décédée à la fleur de l’âge en Tunisie le 20 mars 2021, peut désormais faire le deuil de leur chère disparue grâce aux efforts de la société civile car le corps de la défunte a pu être rapatrié en Côte d’Ivoire le 4 avril, rapporte un communiqué de l’Association des Tunisiens en Côte d’Ivoire (aTunCI) transmis à l’AIP, jeudi 08 avril 2021.

Les derniers honneurs lui ont été rendus par sa famille et ses proches le 5 avril lors de son enterrement à Anyama. La jeune dame était partie chercher du travail en Tunisie. Elle prélevait chaque mois une petite somme destinée à l’éducation de sa fillette de cinq ans, restée en Côte d’Ivoire. Elle n’avait jamais raté un seul envoi et attendait avec impatience le jour où elle pourrait rentrer combler de cadeaux sa fille, souligne le communiqué.

P. D. Gertrude a failli être enterrée loin de sa famille en terre étrangère, ses proches n’ayant pas réussi à mobiliser la somme nécessaire au rapatriement funéraire. Saisie par l’Association des Ivoiriens en Tunisie (AIT), l’Association des Tunisiens en Côte d’Ivoire (aTunCI) a immédiatement répondu à cette demande d’entraide en prenant en charge tous les frais de rapatriement.

« Tu m’as permis que j’enterre ma fille dignement, je te remercie beaucoup, Madame », a commenté la mère de la disparue, B. Sylvie, à l’endroit de la présidente d’aTunCI, Intissar Amri. Partagée entre la douleur d’avoir perdu sa fille et le soulagement de lui avoir donné une sépulture au milieu des siens, la mère éplorée comble de bénédictions tous ceux qui lui ont permis de rendre les derniers honneurs dus à la défunte. « Que le Tout-Puissant Dieu vous bénisse, qu’il vous accorde le bonheur et longue vie », lance-t-elle.

« Le rapatriement des dépouilles des citoyens ivoiriens morts à l’étranger dépasse bien souvent les faibles moyens des communautés locales, ce qui nous contraint à rechercher d’autres solutions de financement. Et c’est pour cela que nous avons pris attache avec aTunCI », explique Herman Naounou, président de l’AIT.

« Nous n’avons fait là que notre devoir. Bien que nous ne bénéficiions à ce jour d’aucune subvention et que nous dépendions pour chacune de nos actions des contributions volontaires de nos membres, nous avons immédiatement répondu favorablement à la requête de nos frères et sœurs ivoiriens de Tunisie car aTunCi œuvre, entre autres objectifs, à développer l’amitié entre les deux peuples tunisien et ivoirien », a répondu Intissar Amri.

aTunCi est une association de droit ivoirien qui œuvre au rapprochement des cultures et à l’accompagnement social et culturel de la communauté tunisienne en Côte d’Ivoire. Elle a mené plusieurs actions sociales et culturelles depuis sa création.

Dans la même catégorie