LINA Pres. Weah Tells UNGA Gov’t Ever Determined To Address Liberia’s Socio-economic, Rights Issues ANG Especial 24 de Setembro/Presidente da República reitera que o objectivo comum dos guineenses é “ o desenvolvimento do país” ANG Especial 24 de Setembro/Presidente senegalês declara que almeja partilhar tudo com a Guiné-Bissau GNA Keta Landing Site will come to fruition-Transport Minister GNA Humans need nature to survive – Prof Frimpong Boateng GNA Agona West Security Election committee cautioned against defacing of posters GNA Veep begins two-day working visit to Bono Region GNA O’BKAY releases an epic motivational single featuring Fameye GNA MTN sponsors 100 brilliant but needy tertiary students ANP COVID-19 : CERMES bénéficie des équipements médicaux de 32, 79 millions de FCFA de ORANO

LA DIRECTION DE LA CINÉMATOGRAPHIE VEUT FAIRE RESPECTER LA LOI SUR LES AUTORISATIONS DE TOURNAGE


  12 Septembre      10        Cinéma (152),

   

Dakar, 11 sept (APS) – Le directeur de la cinématographie, Hugues Dias, a réitéré son appel aux producteurs audiovisuels du Sénégal relativement au respect des règlementaires sur les autorisations de tournage de films et autres productions.

Dans une note transmise à l’APS, le directeur de la cinématographie souligne qu’il ne sera plus toléré un tournage de film sans autorisation. Il avertit que la direction de la cinématographie, en relation avec les autorités administratives et sécuritaires compétentes se fera le devoir de faire respecter la loi.

‘’J’attache du prix au respect et à l’application stricte de la réglementation en vigueur’’, a insisté Hugues Dias qui dit avoir constaté que certains producteurs de téléfilms et de séries télévisées tournent sans autorisation de tournage.

Les fautifs s’exposent aux sanctions allant de la confiscation des négatifs ou de la caméra pour un tournage non autorisé à une amende prévue par la loi allant de trois voir dix millions de Francs Cfa pour les longs métrages et les séries et un à cinq millions FCFA pour les courts métrages, a-t-il rappelé.

‘’Il faut maintenant sévir après avoir trop informé, trop sensibilisé, il faut passer à la phase du bâton pour que les mauvais élèves soient punis’’, a-t-il indiqué.

Le directeur de la cinématographie avait déclaré le mois dernier que la plupart des séries sénégalaises décriées pour leurs contenus jugés attentatoires aux bonnes mœurs ne disposaient pas d’une autorisation de tournage, quitus permettant un contrôle a priori de ces productions avant leur sortie.

Dans la même catégorie