APS FAN ZONE DE LA PROMENADE DES THIESSOIS : SOUS LES RAFALES D’AIR FRAIS, DES SUPPORTERS POUSSENT L’ÉQUIPE À LA VICTOIRE APS SENEGAL/DAGANA: 30.000 PERSONNES ONT DES DIFFICULTÉS D’ACCÈS À L’EAU POTABLE APS KALIDOU KOULIBALY :  »NOUS AVONS MONTRÉ DU BEAU JEU » MAP L’intégration régionale en Afrique reste « faible », selon l’IIRA MAP Plus d’un milliard USD de projets à financer au 7è Africa CEO Forum (organisateurs) LINA ALJA Urges Pres. Trump To Extend DED For Liberians In US ACP Bakambu envoie la RDC à la phase finale de la CAN 2019 ACP La stratégie « Mettre fin à la Tuberculose d’ici 2030 » reste la seule arme de la RDC contre cette maladie LINA New ‘Timing’ Reform Agreed At Freeport To Break Trade Barriers ACP Le Président Félix Tshisekedi encourage les Léopards

La Gambie sollicite une restructuration de sa dette au Club de Paris


  18 Novembre      52        Economie (22902), Finance (3737),

   

Rabat, 18 nov 2017 (MAP) – Le nouveau gouvernement de Gambie a lancé un appel au Club de Paris et à l’ensemble de ses créanciers pour restructurer sa lourde dette, afin de disposer d’une marge de manœuvre pour lancer un plan de développement, a indiqué son ministre des Finances Amadou Sanneh.

« Nous lançons un appel à tous, au Club de Paris ainsi qu’aux créanciers bilatéraux et multilatéraux », a déclaré à la presse le ministre Amadou Sanneh, en déplacement à Paris et qui a participé jeudi à un forum organisé par le Club de Paris, qui regroupe des créanciers publics, dont des pays comme la France, les Etats-Unis, l’Allemagne ou le Japon.

« La dette représente actuellement 120% de notre PIB. Elle est très élevée et c’est la raison pour laquelle nous demandons une restructuration », a ajouté le ministre, qui a souligné que son gouvernement avait hérité du régime précédent cette dette évaluée à 1 milliard de dollars.

« Nous n’avons pas de marge de manœuvre budgétaire. Mais nous avons toujours des défis comme fournir de l’électricité à nos citoyens, ainsi que des routes et des infrastructures », a ajouté M. Sanneh.

« Notre dette est insoutenable (…). Le service de la dette accapare une part énorme des ressources de l’Etat, ne laissant qu’une marge de manœuvre budgétaire minime pour le financement requis des infrastructures cruciales et du capital humain », a estimé le gouvernement dans sa présentation de son plan de développement.

Dans la même catégorie