ABP Bientôt un nouveau code pétrolier pour règlementer le secteur pétrolier au Bénin ABP 36,5 milliards F Cfa pour la protection de la côte à l’Est de Cotonou et la viabilisation du site de construction logements sociaux à Abomey-Calavi ABP Signature à Malanville d’un accord de partenariat entre la FNEN-DADDO et l’ASPEB sur la transhumance transfrontalière. AIB Acquittement  de Laurent Gbagbo et procès du putsch manqué, en vedettes dans la presse burkinabè Inforpress Inforpress e Instituto Camões rubricam protocolo de cooperação para aprimoramento e capacitação profissional da agência Infropress Restauração da Capela Gótica da Igreja de Nossa Senhora do Rosário arranca em Fevereiro e será concluída em Dezembro de 2019 Inforpress Futebol: Fabrício Duarte apita jogo de apuramento da Taça das Confederações AGP Le président Ali Bongo de retour au Maroc pour sa convalescence Inforpress Fogo: Segunda fase de reabilitação do Complexo Educativo Eduardo Gomes Miranda inaugurada na sexta-feira AIB Le Burkina veut améliorer la qualité de son climat d’affaire

La Gambie sollicite une restructuration de sa dette au Club de Paris


  18 Novembre      46        Economie (21983), Finance (3696),

   

Rabat, 18 nov 2017 (MAP) – Le nouveau gouvernement de Gambie a lancé un appel au Club de Paris et à l’ensemble de ses créanciers pour restructurer sa lourde dette, afin de disposer d’une marge de manœuvre pour lancer un plan de développement, a indiqué son ministre des Finances Amadou Sanneh.

« Nous lançons un appel à tous, au Club de Paris ainsi qu’aux créanciers bilatéraux et multilatéraux », a déclaré à la presse le ministre Amadou Sanneh, en déplacement à Paris et qui a participé jeudi à un forum organisé par le Club de Paris, qui regroupe des créanciers publics, dont des pays comme la France, les Etats-Unis, l’Allemagne ou le Japon.

« La dette représente actuellement 120% de notre PIB. Elle est très élevée et c’est la raison pour laquelle nous demandons une restructuration », a ajouté le ministre, qui a souligné que son gouvernement avait hérité du régime précédent cette dette évaluée à 1 milliard de dollars.

« Nous n’avons pas de marge de manœuvre budgétaire. Mais nous avons toujours des défis comme fournir de l’électricité à nos citoyens, ainsi que des routes et des infrastructures », a ajouté M. Sanneh.

« Notre dette est insoutenable (…). Le service de la dette accapare une part énorme des ressources de l’Etat, ne laissant qu’une marge de manœuvre budgétaire minime pour le financement requis des infrastructures cruciales et du capital humain », a estimé le gouvernement dans sa présentation de son plan de développement.

Dans la même catégorie