GNA Madina Divisional Police confirms assassination of investigative journalist GNA Political Parties’ Fund: Afari-Gyan blames NDC and NPP Inforpress São Vicente: Embaixador da Índia perspectiva “caminho brilhante” nas relações económicas Índia/Cabo Verde Inforpress Santo Antão: Criadores “aliviados” com anúncio do Governo de priorizar Porto Novo com novo plano de emergência Inforpress Pintura mural na Clínica Godente incita a campanha do aleitamento materno NAN Nigeria joins PAPU to celebrate PAN African Post Day NAN Anambra govt. to establish Art, Craft Village NAN Corps member to rehabilitate 20 ex-convicts in Osun NAN UNICEF laud journalists for promoting public health AIP Côte d’Ivoire/ Des vendeurs de drogue interpellés à Soubré

La gestion participative, l’un des principes majeurs de la gestion des forêts


  20 Avril      41        Développement durable (3775),

   

Brazzaville, 20 AVRIL (ACI) – Le conseiller à l’économie verte et au reboisement, M. Grégoire N’kéoua, a souligné  à Brazzaville, que l’un des principes majeurs de la gestion durable des forêts, est la gestion participative.

Il a dressé ce tableau à l’occasion de l’atelier d’analyse entre le plan national d’investissement REDD+ et la gouvernance forestière. A cet effet, M. N’kéoua a indiqué que «c’est une opportunité pour la société civile de s’approprier cette initiative en termes de concept, d’objectif global spécifique, de résultat attendu de manière que pour les jours qui viennent, la société civile participe de façon effective à la mise en œuvre de ce processus et apporte sa contribution dans le cadre de la mise en œuvre des stratégies nationales REDD+».

Initié par le Forum pour la Gouvernance et les Droits de l’Homme (FGDH) en consultation avec les organisations de la société civile membres des plateformes CACO REDD+ et Gestion Durable des Forêts (PGDF), cet atelier a eu pour but d’identifier les opportunités fournies par le plan national d’investissement REDD+ pour renforcer la gouvernance forestière et en particulier les droits des communautés forestières.

Il a eu également pour l’objectif, de susciter la participation de toutes les parties afin de tirer le maximum des avis de chacun sur la manière dont ces financements seront organisés. «Nous sommes plusieurs acteurs concernés ; les parlementaires, les administrations publiques, le secteur privé, la société civile, etc. C’est un processus qui a été lancé en 2015», a ajouté le conseiller à l’économie verte et au reboisement.

Patronné par l’administrateur général du FGDH, M. Maixent Agnimbat Emeka, cet atelier, bénéficie de l’appui de Fern à travers le projet sous régional intitulé «Collaboration d’ONG en faveur des moyens de subsistance communautaires équitables et durables dans les forêts du Bassin du Congo » qui est mis en œuvre depuis avril 2016 dans cinq pays du Bassin du Congo dont la République du Congo, a-t-on appris.

Dans la même catégorie