Inforpress Santo Antão: Grandes eventos nacionais se associam à fabrica de azulejos para “libertar” Cabo Verde dos plásticos Inforpess Porto Novo: Festas de São João decorrem na normalidade com atenções voltadas para a peregrinação Inforpress Praia: PJ detém subgerente do BCA por suspeita de desvio de 35 mil contos Infopress CPLP promove Conferência de Jovens sobre o Futuro do Trabalho ANGOP Le Président de la République encourage l’équipe nationale de football ANGOP Le PR félicite la journaliste angolaise Luísa Rogério ANGOP CAN2019: L’Angola entre en scène Inforpress Citi.coop perspectiva até 2021 alcançar 2.000 sócios e 3000 clientes e um volume de negócios de 141 mil contos cabo-verdianos Inforpress Brava: Edil elenca ganhos do município nestes 27 anos da sua existência NAN IITA inaugurates mobile App to help farmers control weeds

La gestion participative, l’un des principes majeurs de la gestion des forêts


  20 Avril      50        Développement durable (3820),

   

Brazzaville, 20 AVRIL (ACI) – Le conseiller à l’économie verte et au reboisement, M. Grégoire N’kéoua, a souligné  à Brazzaville, que l’un des principes majeurs de la gestion durable des forêts, est la gestion participative.

Il a dressé ce tableau à l’occasion de l’atelier d’analyse entre le plan national d’investissement REDD+ et la gouvernance forestière. A cet effet, M. N’kéoua a indiqué que «c’est une opportunité pour la société civile de s’approprier cette initiative en termes de concept, d’objectif global spécifique, de résultat attendu de manière que pour les jours qui viennent, la société civile participe de façon effective à la mise en œuvre de ce processus et apporte sa contribution dans le cadre de la mise en œuvre des stratégies nationales REDD+».

Initié par le Forum pour la Gouvernance et les Droits de l’Homme (FGDH) en consultation avec les organisations de la société civile membres des plateformes CACO REDD+ et Gestion Durable des Forêts (PGDF), cet atelier a eu pour but d’identifier les opportunités fournies par le plan national d’investissement REDD+ pour renforcer la gouvernance forestière et en particulier les droits des communautés forestières.

Il a eu également pour l’objectif, de susciter la participation de toutes les parties afin de tirer le maximum des avis de chacun sur la manière dont ces financements seront organisés. «Nous sommes plusieurs acteurs concernés ; les parlementaires, les administrations publiques, le secteur privé, la société civile, etc. C’est un processus qui a été lancé en 2015», a ajouté le conseiller à l’économie verte et au reboisement.

Patronné par l’administrateur général du FGDH, M. Maixent Agnimbat Emeka, cet atelier, bénéficie de l’appui de Fern à travers le projet sous régional intitulé «Collaboration d’ONG en faveur des moyens de subsistance communautaires équitables et durables dans les forêts du Bassin du Congo » qui est mis en œuvre depuis avril 2016 dans cinq pays du Bassin du Congo dont la République du Congo, a-t-on appris.

Dans la même catégorie