MAP Côte d’Ivoire: le gouvernement examinera l’octroi à l’opposition d’un poste de vice-président à la Commission électorale MAP Côte d’Ivoire/présidentielle : 7 morts dans des heurts près d’Abidjan MAP Nigeria: des hommes armés tuent 20 villageois dans le nord-ouest AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Le PM Hamed Bakayoko échange avec les ambassadeurs des pays membres du Conseil de sécurité AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Dialogue politique: Le gouvernement accède à la demande de restructuration de la CEI formulée par l’opposition AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Présidentielle 2020 : Anoblé explique les enjeux de la candidature de Ouattara aux chefs de communautés de San-Pédro AGP Media/Obsèques feu Ben Daouda Sylla : L’ex-directeur général de l’AGP a regagné sa dernière demeure à Conakry. AGP Labé/ Présidentielle 2020 : les activités toujours paralysées et des blessés enregistrés à l’hôpital régional. APS LE DG DE L’ISRA DÉPLORE LES PERTES OCCASIONNÉES PAR LES BIO AGRESSEURS APS ADOPTION D’UNE SÉRIE DE DÉCRETS RELATIFS AUX ACTIVITÉS PÉTROLIÈRES ET GAZIÈRES

LA HAAC SENSIBILISE LES JOURNALISTES A KARA


  29 Septembre      10        Médias (1447),

   

Kara, 29 sept. (ATOP) – Des professionnels des medias et acteurs des Organisations de la société civile (OSC) de la région septentrionale du Togo ont pris part, les 28 et 29 septembre à Kara, à un atelier de sensibilisation sur le thème « Infox, fake news et presse en ligne : quelle régulation ? ».
La rencontre a été initiée par la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication (HAAC). Elle s’inscrit dans le cadre du Projet de formation et d’appui au secteur de l’audiovisuel et des médias (PROFAMED), un projet mise en œuvre par l’Ambassade de France pour appuyer le secteur des médias du Togo en matière de formation dans le contexte d’une collaboration positive et efficiente.
L’objectif est de sensibiliser les journalistes et acteurs de la société civile sur le phénomène des fake news, leurs méthodes de production, d’utilisation et leur impact sur la société. Il s’agit pour la HAAC, institution régulatrice des médias au Togo, de donner une sonnette d’alarme sur les effets dévastateurs des fake news sur les communautés et d’échanger sur la stratégie à adopter pour définir une mesure coercitive contre ce phénomène qui prend de l’ampleur dans le pays.
Les participants ont été édifiés sur plusieurs modules, à savoir : «Fake news ou Infox : origine, source et impact sur l’information et la société » ; « Anatomie des fake news : Togo et ailleurs » ; « COVID19 et Face news ». Ils ont été également renseignés sur la lutte contre les fake news et la régulation des nouveaux médias et presse en ligne.
Ouvrant les travaux, le président de la HAAC, Télou Pitalounani a indiqué que le choix de ce thème n’est pas un hasard. Pour lui, il fait suite à un constat selon lequel, il y a une certaine déviation de la profession des médias au Togo ces derniers moments. «  La propension de diffuser des messages vers la masse sans en vérifier la source ou la crédibilité ou encore les conséquences n’est que le résultat de l’emprise de plus en plus grande des nouveaux  medias», a-t-il souligné. Selon lui, les journalistes doivent toujours prendre le recul nécessaire face à une histoire dont ils n’ont pas été les témoins vivants puis se souvenir toujours des principes de traitement des informations, notamment la recherche constante de la vérité, de l’objectivité et de l’équilibre. «Le sens critique de chaque acteur de la presse doit être  un bouclier de tous face aux bases d’informations sans source dont font face les professionnels des medias au quotidien », a poursuivi M. Télou. Il a invité les participants à tout mettre en œuvre pour l’atteinte des objectifs assignés.
Le préfet de la Kozah, Col. Bakali Hèmou Badibawu a exprimé sa gratitude à la HAAC et ses partenaires pour cette initiative qui vient soutenir les efforts du gouvernement dans sa lutte contre les fausses informations. A ses dires, c’est pour éviter les fausses nouvelles qu’en cette période de crise sanitaire, le gouvernement communique régulièrement sur les réalités de la pandémie de coronavirus (COVID-19) dans le pays. Le préfet a invité les participants à l’écoute attentive des différentes communications et à une participation active aux travaux pour en tirer profit.
Le coordonnateur du PROFAMED, Djamel Kasmi, a fait savoir qu’ils interviennent sur trois composantes, à savoir les industries culturelles en appui aux medias, la régulation et des ateliers sur les fake news qui font l’objet de cette rencontre. «  Les Fake news est un sujet d’actualité qui est immense et les médias qui ont une responsabilité considérable sur la question, doivent absolument à fond être précis en matière d’éthique et de déontologie », a-t-il insisté.

Dans la même catégorie