APS THIÈS : LES VOYAGISTES PRIVÉS PRÊTS POUR LE HAJJ (COORDONNATEUR) APS UNE ASSOCIATION VEUT PUBLIER UNE BANDE DESSINÉE SUR LES PROBLÈMES ENVIRONNEMENTAUX APS HAJJ : LA DÉLÉGATION GÉNÉRALE AU PÈLERINAGE RENCONTRE LES VOYAGISTES ET DES PÈLERINS DE THIÈS MAP Le Maroc, un partenaire de référence pour l’Andalousie (président du gouvernement andalou) GNA ‘Karela players are aiming at historical achievement’ – Alagidede ACI LA MAIRIE DE BACONGO ORGANISE «UN VILLAGE RÉCRÉATION » EN JUILLET PROCHAIN ACI CONGO: NÉCESSITE DE CRÉER LE TITRE HONORIS CAUSA A UNIVERSITÉ MARIEN NGOUABI GNA Togbe Afede to bury mother June 29 GNA Petroleum Commission secures training for Ghanaian students in Canada GNA NDC Activist calls for fairness in employment opportunities

La planification et la programmation locales, essentielles pour le développement durable de l’Afrique (panel)


  21 Novembre      23        Développement durable (3819),

   

Marrakech, 21/11/2018 (MAP) – La planification et la programmation locales figurent parmi les outils essentiels pour réaliser les objectifs du développement durable des villes africaines, ont souligné, mercredi à Marrakech, les participants à un atelier organisé dans le cadre du Sommet Africités (20-24 novembre).

Ces planification et programmation permettent aux conseils des villes et gouvernements locaux de définir les grandes lignes du développement des agglomérations, d’élaborer des programmes répondant aux attentes des habitants et de chercher les financements pour la mise en œuvre des projets arrêtés, ont indiqué les intervenants lors de cet atelier sur « les stratégies de planification et de programmation locales ».

Ils ont, par la même, recommandé l’implication de toutes les catégories sociales dans la planification locale, la prise en compte du volume des ressources financières locales disponibles et non point de se tourner vers les financements extérieurs, la mise en place de programmes et projets réalistes et le renforcement des compétences locales et centrales pour la concrétisation de ces projets, appelant l’Etat à consacrer entre 5 et 6 % du PIB aux infrastructures dans les villes.

Dans ce contexte, Mohamed Sefiani, président du Conseil de la commune urbaine de Chefchaouen, également Président du Forum mondial des villes intermédiaires, a invité les responsables de ces villes à inscrire dans leurs programmes de développement urbain les questions du changement climatique et les Objectifs du développement durable (ODD) de l’ONU, dévoilant l’expérience de la vision 2030 de Chefchaouen, qui a été partagée avec plusieurs villes africaines.

De son côté, Touhami Raheim, représentant de « Cities Alliance » dans la région MENA, a fait part du soutien apporté par l’organisation pour la promotion des compétences de neuf collectivités locales en Tunisie en vue d’élaborer leurs plans de développement stratégique.

Pour sa part, Peters Adrian, responsable de la planification stratégique du Durban (Afrique du Sud), a mis l’accent sur l’importance de la planification urbaine avec l’implication de toutes les parties (autorités centrales, locales et société civile) afin de réaliser les objectifs d’intégration sociale, du progrès économique environnemental durable.

De même, le Maire de la ville Ouagadougou et président de l’AMBF, Armand Roland Pierre Beouinde, a présenté la vision de développement de la capitale burkinabè à l’horizon 2027 et les défis de l’urbanisation rapide de la ville, dont la superficie a été multipliée par 40 et ses habitants par 8 en moins de 60 ans, consistant notamment à encadrer l’extension urbaine, la croissance démographique, l’emploi des jeunes et des femmes, le transport, l’accès aux services de base, l’assainissement et la pression sur les ressources naturelles.

Dans la même catégorie