NAN NDLEA arrests 178 drug offenders, secures 29 convictions in Sokoto APS Un partenariat public-privé préconisé au bénéfice de la santé en Afrique APS Ségolène Royal :  »L’Afrique doit valoriser son potentiel technologique » AIP Côte d’Ivoire: La mairie d’Adiaké menace de retirer 85 lots à des acquéreurs AIP Côte d’Ivoire/ Environ 2500 du Béré attendus au congrès constitutif du RHDP AIP Côte d’Ivoire/ Vers la mise en place de points focaux pour le développement de la région du Gbêkê AIP Côte d’Ivoire: L’illettrisme à la base de la vente de produits périmés dans le Worodougou et le Béré (DR Commerce Séguéla) AIP Côte d’Ivoire: L’amélioration des conditions de vie de la femme au centre d’une consultation à Oumé NAN Nigeria to access $100m Indian loan to develop nationwide broadband connectivity APS Des activistes prônent des  »réformes institutionnelles indispensables pour renforcer les normes démocratiques »

La plupart des devises africaines ont perdu plus de 20 % de leur valeur entre 2013 et 2016 (Coface)


  7 Mai      34        Economie (21994), Finance (3696),

   

Rabat , 07/05/2018 (MAP) – La plupart des devises africaines ont perdu plus de 20 % de leur valeur entre 2013 et 2016, selon une récente étude de Coface sur les risques de change et des réserves en Afrique.

Sous le choc de la baisse des cours des matières premières, la plupart des devises africaines ont perdu plus de 20 % de leur valeur entre 2013 et 2016 avec des conséquences directes sur les entreprises qui devaient faire face à une accélération de la hausse des prix des produits importés, une augmentation de la dette libellée en devise et des coûts plus élevés pour les transactions internationales, indique la Compagnie française d’assurance pour le commerce extérieur dans un communiqué.

Outre les mouvements des devises, les pressions sur les changes ont aussi eu pour conséquence des crises de liquidités, la mise en place de contrôles de capitaux ou de licences d’importations qui ont perturbé les opérations des entreprises.

Coface explique que l’année 2017 a vu le mouvement de dépréciation s’atténuer, en particulier en Afrique australe notamment en Afrique du Sud, en Zambie, et au Mozambique, où une relative stabilisation du cours des devises a été possible grâce au régime de change flottant et à l’amélioration des balances commerciales.

Sur la base de l’indice de pression des changes EMPI, l’étude montre qu’entre 2016 et 2017 les tensions ont également diminué dans les pays disposant d’un régime de change moins flexible, par exemple, dans l’Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine.

Coface est un spécialiste de l’assurance-crédit, la gestion des risques et l’économie mondiale. Les services et solutions du Groupe protègent et aident les entreprises à prendre les décisions de crédit nécessaires pour renforcer leur capacité à vendre sur leurs marchés nationaux et d’exportation.

Dans la même catégorie