ANP Ouverture à Paris de la 2ème Table Ronde des bailleurs et des partenaires au développement du Niger AMI Colloque à Nouakchott sur les relations Mauritano-Emiraties AMI La Première Dame: Nous devons être fiers de la proximité des services des personnes handicapées et de la mobilisation de ressources de l’Etat dans leur intérêt APS Les Lions peuvent être fiers de leur parcours ,selon Kalidou Koulibaly APS Oumar Pène reçoit le ‘’Prix de l’Excellence’’ de la CEDEAO pour son ‘’engagement’’ APS Plus de 250 milliards de francs CFA alloués au Développement communautaire et à la Solidarité nationale ANP Table ronde de Paris de financement du PDES : Le Niger compte mobiliser plus 10.670 milliards FCFA ANP Le Niger mobilise ses partenaires pour le financement du PDES AIP Un terrain de sport rénové et équipé mis à la disposition de l’orphelinat de Grand-Bassam AIP Point de la situation de la COVID-19 : un seul cas enregistré le 4 décembre 2022

La population sensibilisée au contrôle technique des automobiles


  18 Novembre      31        transport (258),

   

BRAZZAVILLE, 18 NOV (ACI) – La Direction générale des transports terrestres (Dgtt) organise du 17 au 20 novembre des journées portes ouvertes, afin de sensibiliser et d’informer le public sur les problèmes de sécurité routière et leurs impacts socio-économiques.

Ces journées sont organisées dans le cadre de la 11e Journée africaine de la sécurité routière, célébrée le 20 novembre de chaque année. Au Congo, cette journée est placée sur le thème «Le contrôle technique des véhicules automobiles comme obligation permanente pour contribuer à l’amélioration de la sécurité routière».

Selon un document de la Dgtt, en 2021, au Congo, le taux  de décès était en hausse de 11%, comparé à l’année 2020, soit 65 pour 100.000 habitants. Au cours des quatre dernières années, le nombre moyen d’accidents constatés se situait à 2.420 par an, celui des personnes décédées était de 243 par an, tandis que le nombre de blessés était de 2.569 par an.

Cette problématique liée à la sécurité routière, étant une préoccupation dans le monde et plus particulièrement en Afrique, a poussé le Congo à s’investir depuis le début de l’année à renforcer l’activité de contrôle technique et la réglementation sur l’importation et la réception des véhicules.

Le document révèle que toutes ces mesures et actions visent la réduction du nombre et la gravité des accidents de la circulation routière, afin d’atteindre les objectifs de minoration de 50% des accidents de la route d’ici à 2026.

«Pour renforcer la signalisation, d’autres actions sur l’implantation des panneaux, la pose des réflecteurs et l’érection des ralentisseurs sur certaines routes sont attendues par le gouvernement en ce 21e siècle», a dit le directeur général de la Dgtt, M. Sadate Gireste Mandzekele Bokenga.

Dans cette perspective de réduire le nombre des accidents de la route, le Congo a déjà pris des mesures et mené plusieurs actions, entre autres le maillage du territoire congolais en infrastructures de qualité, permettant une circulation plus fluide dans des conditions de confort et de sécurité, ainsi que la prise en compte systématique du volet signalisation dans les nouveaux projets routiers.

De même, le pays a institué, par décret, le permis de conduire et la carte grise informatisés et sécurisés pour lutter contre la falsification de ces titres. Il a aussi adopté la règlementation sur la profession de chauffeur des véhicules de transport public, le comportement humain étant à l’origine de la plupart des accidents constatés dans pays.

Le thème de cette 11e Journée africaine de la sécurité routière s’inscrit dans le cadre du troisième pilier du Plan d’action pour l’Afrique de la décennie pour la sécurité routière 2020-2026, relatif à la sécurité des véhicules.

Cette journée a été instituée par l’Union africaine (Ua) en janvier 2012, a-t-on appris.

Dans la même catégorie