APS ARRIVÉE DE LA DÉPOUILLE DE PAPE BOUBA DIOP, DÉBUT DE LA CÉRÉMONIE NATIONALE D’HOMMAGE APS RASSEMBLEMENT CITOYEN CONTRE LE PAIEMENT DE ’’FRAIS DE SCOLARITÉ NON DISPENSÉS’’, SAMEDI APS SYSTÈME DE PROTECTION SOCIALE : DES ‘’PROGRÈS’’ ET DES ‘’DÉFIS’’ À RELEVER, SELON UNE ÉTUDE APS PAPE BOUBA DIOP ÉLEVÉ AU TITRE DE GRAND OFFICIER DANS L’ORDRE NATIONAL DU LION ACP Appel de l’inspecteur urbain de l’Agriculture/ Mwene Ditu à planter les arbres fruitiers ACP Kasaï Oriental : lancement du projet « FEED Future RDC » sur la gestion de la chenille d’automne ACP Ituri : la perception de la taxe sur le reboisement à l’intérieur de la province par le FFN constitue de crimes économiques ACP Tshopo : pas de gilet de sauvetage lors de la traversée entre les deux rives du fleuve Congo ACP Remise du matériel énergétique don du ministre du développement rural aux trois radios communautaire du kwilu. ACP Covid-19 : 149 nouveaux cas confirmés en une seule journée du jeudi, un record depuis juin dernier en RDC

« LA PROBLEMATIQUE DE LA TERRE AU TOGO » AU CENTRE D’UNE CONFERENCE-DEBAT


  26 Octobre      13        Agriculture (1745),

   

Lomé, 26 oct. (ATOP) – L’institut de pédagogie religieuse Saint Paul de Lomé, en partenariat avec la fondation Hanns Seidel, a organisé une conférence-débat sur « La problématique de la terre au Togo », le samedi 24 octobre au centre Christ Rédempteur à Lomé.
Initiée à l’intention des étudiants de l’institut et des leaders d’opinion intervenant dans le règlement des litiges fonciers, cette rencontre a permis de les former sur la citoyenneté responsable, d’informer les participants sur leurs droits successoraux et de les amener à comprendre la notion d’équité genre, surtout dans le domaine foncier au Togo.
Les participants ont suivi trois communications, à savoir, « la problématique des droits successoraux et de l’équité genre au Togo ; La question de la terre au Togo et l’accès à la terre et ses conséquences juridiques et sociales ».

Dans la première communication, le directeur général de l’Urbanisme et de l’Habitat, Dakey Koffi Kouma propose au gouvernement de faire une large diffusion des mécanismes de gestion de la succession, pour que même le vieillard ou le jeune homme qui vit dans un milieu rural sache qu’il n’est pas automatiquement héritier et qu’il y a des procédures et normes à respecter avant de l’être.
Le professeur Michel Goeh-Akué, orateur de la communication « La question de la terre au Togo » a indiqué que la terre, un élément important dans la gestion des biens communautaires, doit être encadrée par l’Etat, pour permettre un mieux vivre des citoyens. « Nous pensons que la question de la terre au Togo peut être résolue, si dans la formulation du nouveau code foncier, l’Etat impliquait les acteurs des sciences humaines », a ajouté le professeur.
Pour expliquer la 3ème communication « accès à la terre et ses conséquences juridiques et sociales », Me Mireille Aouissa-Adjaho, a expliqué que le nouveau code a prévu des règlements à l’amiable des litiges fonciers au niveau des chefs traditionnels, avant qu’on ne porte le problème au niveau des juridictions en cas de non satisfaction d’une partie. Elle a insisté sur la vulgarisation de ce code puisque les ventes continuent d’être faites dans l’ignorance des textes en vigueur. « Ce qui est très important à retenir par les propriétaires terriens est l’immatriculation du terrain avant sa vente », a poursuivi l’avocate. Elle a ajouté que le nouveau code foncier accorde également une place prépondérante à l’équité genre en ce qu’il donne le droit à la femme d’hériter de la terre au même titre que les hommes et d’en disposer comme bon lui semble.

Dans la même catégorie