APS ARACHIDE : À KAOLACK, LA SONACOS EST EN RETARD SUR SES OBJECTIFS DE COLLECTE (DIRECTEUR) APS L’UNICEF OFFRE DES KITS SCOLAIRES À DES ÉLÈVES DE FAMILLES VULNÉRABLES DE ZIGUINCHOR GNA Kotoko moves to third place on league log after beating Dwarfs GNA Ayebeng Memorial Kindergarten Block gets facelift GNA Avoid over enrollment of school pupils- Director of Education GNA Parliament stands down motion to suspend payment of university fees GNA Sandema traders disregard COVID-19 protocols GNA COVID-19 Awareness: NCC calls for support GNA President appoints Akwasi Agyeibi Prempeh as Commissioner of AIB GNA Introduction of COVID-19 vaccines will be based on effectiveness, availability

La profusion des armes a augmenté toutes les formes de violence en Afrique (Président de la Commission de l’UA)


  6 Décembre      16        Politique (14293),

   

Addis-Abeba, 06/12/2020 (MAP) – La profusion des armes et l’absence quasi-totale de leur contrôle ont augmenté toutes les formes de violence en Afrique, a mis en garde dimanche le président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat.

«La profusion des armes et l’absence quasi-totale de leur contrôle ont augmenté toutes les formes de violence : conflits intercommunautaires, extrémisme violent, grand banditisme urbain et rural, braconnage à grande échelle, trafics de tout de genre. Le bruit des armes a rompu l’équilibre social harmonieux, paisible et heureux qui prévalait dans les sociétés africaines», a relevé M. Moussa Faki Mahamat qui intervenait lors du 14eme Sommet extraordinaire de l’UA sur l’initiative faire taire les armes tenu ce dimanche par visioconférence.

Le président de la Commission de l’UA a souligné que les armes causent des dégâts physiques, matériels et psychologiques considérables sur le continent et empêchent tout progrès, tout épanouissement individuel et collectif.

«Les armes étouffent toute énergie créatrice et toute réflexion constructive. Les premières victimes de cette situation sont incontestablement les jeunes et les femmes, véritables leviers de tout développement économique et social», a ajouté M. Moussa Faki Mahamat.

«A la réflexion et l’évaluation, nous devons nous rendre à l’évidence que taire les armes n’est possible que si nous nous attaquons sans faiblesses aux causes profondes de leur utilisation. Ces causes, comme tout le monde le sait, sont les déficiences de l’État dans la gouvernance politique et économique qui se traduit concrètement par l’injustice, l’exclusion, l’extrême pauvreté, la dégradation du système éducatif, voire la carence de services sociaux de base, la corruption et l’absence de dialogue», a-t-il noté.

La dégradation des conditions climatiques, la multiplication des catastrophes naturelles, la propagation des pandémies à l’instar de la covid 19, ont ajouté à leur impact négatif à cet ensemble fragilité, a ajouté le président de la Commission de l’UA.

Le 14eme Sommet extraordinaire de l’Union africaine sur l’initiative faire taire les armes en Afrique, a ouvert dans la matinée par visioconférence ses travaux avec la participation du Maroc.

Placé sous le thème de l’année «Faire taire les armes : créer des conditions propices au développement de l’Afrique», le Sommet extraordinaire de l’organisation panafricaine va réfléchir sur les moyens à même de mettre fin aux conflits sur le continent.

En plus des conflits armés et la menace du terrorisme, de l’extrémisme violent et de la radicalisation, le Continent africain n’est pas à l’abri du séparatisme aggravé par les flux d’armes et financiers illicites, le crime organisé et la cybercriminalité.

Le Sommet extraordinaire de l’organisation panafricaine devrait faire le point sur cette situation qui pèse sur la paix, la sécurité, la stabilité et le développement du Continent.

Dans la même catégorie