GNA Ministry lauds NGOs for their role in curbing illegal mining in Ghana GNA UN Refugee Chief calls for solidarity in response GNA Stakeholders sensitised on referendum on local governance ABP Le CEG d’Athiémé abrite le lancement départemental de l’examen du baccalauréat dans le Mono ABP Lydie Déré Chabi Nah lance la phase écrite du Bac à Natitingou ABP 1.059 candidats affrontent les épreuves écrites du Bac session de juin 2019 au centre du CEG1-Savè AGP Coupe nationale de Guinée : 9e trophée pour Horoya face au CIK MAP Mali : une mission conjointe ONU-UE attendue à Bamako AGP Guinée-Santé : ‘’ Plus de 300 cas de violences sexuelles enregistrés de janvier à juin 2019 et 90% des victimes ont moins de 10 ans ». Dixit Pr. Hassane Bah AGP Gaoual- : Travaux de traitement des points noirs sur la nationale Gaoual-Boké

La question des financements, « une priorité pour assurer la réussite de la COP africaine de Marrakech » (Ségolène Royal)


  7 Octobre      27        Economie (23956), Leadership Africain (801),

   

Paris, 07 oct (MAP) – La question des financements constitue « une priorité pour assurer la réussite de la COP africaine de Marrakech », a affirmé la présidente de la Conférence des Nations unies sur le climat (COP 21), Ségolène Royal.

Présentant jeudi lors d’une conférence de presse, les priorités d’action pour appliquer rapidement les engagements pris lors de la COP 21, alors que le seuil d’entrée en vigueur de l’Accord de Paris a été franchi, Mme Royal a fait savoir qu’elle proposera un ordre du jour ambitieux et précis pour la première réunion des Parties à l’Accord de Paris, qui se tiendra au Maroc.

Elle a aussi expliqué qu’elle entend veiller à la bonne préparation de cette première réunion, qui devra adopter plusieurs décisions d’application (présentation des prochaines contributions, adaptation, financements…).

Mme Royal a en outre indiqué que la France a déjà annoncé qu’elle augmenterait ses financements climat de 3 milliards d’euros par an actuellement à 5 milliards d’euros par an en 2020.

« Moins d’un an après la mobilisation exceptionnelle de décembre 2015, la communauté internationale a de nouveau rendez-vous avec l’Histoire : l’Accord de Paris – 1er accord universel sur le climat – entrera en vigueur le 4 novembre 2016. C’est la première fois qu’un texte international fait l’objet d’une adhésion aussi massive et aussi rapide », s’est-elle réjouie, ajoutant que cette étape décisive prouve l’engagement sans précédent de tous les pays qui ont cru en ce projet de société, ont bousculé leurs gouvernements et se sont engagés à travers l’Agenda des Solutions.

« Elle prouve aussi que l’émergence d’un nouveau modèle de développement est irréversible : face à l’urgence climatique, face à certains conservatismes, les peuples ont compris que la lutte contre le changement climatique est une chance à saisir », a-t-elle encore dit, faisant observer que les dirigeants ont su être à la hauteur de ce changement, au-delà des clivages partisans.

« Ce qui semblait être impossible il y a quelques mois se réalise aujourd’hui. La transition est en marche, c’est le grand signal envoyé par une entrée en vigueur précoce de l’Accord », a poursuivi la présidente de la COP 21, expliquant que partout dans le monde, des preuves concrètes de cette mutation sont visibles.

Elle a, à cet égard, cité une croissance record des énergies renouvelables dans le monde en 2015, avec une augmentation de 25 pc d’énergie solaire en un an et une diminution par deux du prix de l’énergie éolienne en 5 ans, notant qu’en août 2016, plus de 170 grandes entreprises, dont certaines à haute consommation énergétique, se sont engagées à adopter des objectifs de réduction d’émissions conformes à la limite des 2°C de réchauffement.

Mme Royal a aussi relevé que l’Alliance solaire internationale – l' »OPEP de l’énergie solaire’ en zone intertropicale, lancée par la France et l’Inde – se déploie, alors que le Pacte de l’eau rassemble déjà plus de 340 participants à travers le monde.

IH –LB

Dans la même catégorie