ACP La « FMT » contente de l’organisation du 1er colloque panafricain sur la sensibilisation à l’albinisme. ACP Parution à Kinshasa d’un ouvrage sur l’esprit d’entreprise à l’entrepreneuriat ACP Le ministre d’Etat Rubota pour la desserte des quartiers Urbano- Rural de Ngaliema en eau potable ACP La coopération entre le Japon et la RDC essentiellement basée sur la relance de l’économie ACP 3ème Forum économique et d’affaires Turquie-Afrique : Denise Nyakeru Tshisekedi plaide pour un leadership féminin ANG Presidente da República anuncia inauguração de quatro substações no país em dezembro deste ano ANG Ministro garante que está empenhado na criação de condições para início em Janeiro do próximo da exportação do pescado ANG Coletivo de advogados pede Ministério Público para pronunciar sobre detenção dos líderes sindicais ANG São Tomé e Príncipe acolhe em Novembro a II edição da Cimeira de Negócios da CE-CPLP ANG Vinte e cinco agentes aduaneiros recebem formação sobre técnicas de combate ao contrabando e fraude fiscal

La question du djihadisme était au centre d’une rencontre


  17 Septembre      18        Economie (13499),

   

Bouna, 17 sept 2021 (AIP)- La question du djihadisme était au centre, jeudi 16 septembre 2021, à Bouna, d’un colloque sécuritaire régional ayant pour thème  » Réflexion sur la question de l’extrémisme violent dans la région Bounkani ».

L’objectif de ce colloque, initié par le conseil régional du Bounkani, visait à définir les mécanismes sociaux et économiques permettant de juguler l’extrémisme violent et prévenir la radicalisation de la population jeune de cette partie du pays.

Des recrutements de jeunes par de groupes djihadistes moyennant des sommes oscillant entre 100 000 et 500 000 FCFA ont été enregistrés dans les localités de Tokolokaye, Tougbo, Moussibougou, des localités de la région du Bounkani, situées à la frontière avec le Burkina Faso, note-t-on.

Selon le président du conseil régional du Bounkani, Hien Philippe, face à cette situation de radicalisation qui se manifeste sur le territoire ivoirien, il est plus que urgent d’identifier les facteurs de cette radicalisation et trouver des solutions définitives au regard surtout, du climat d’insécurité ambiant dans cette région.

 »Ce colloque devra nous permettre de sensibiliser nos jeunes et leur dire qu’il n’y a aucun bonheur à participer à une telle œuvre qui n’a pour but que de semer tristesse et désolation », a indiqué M. Hien, à l’ouverture des travaux. Cette rencontre réunit tous les acteurs de la gouvernance locale, les organisations de la société civile (OSC), ainsi que les forces de défenses et de sécurité, directement engagées dans la lutte contre le terrorisme.

Quatre principaux thèmes sont au menu de ce colloque, notamment la situation de la sécurité dans la région, les facteurs favorisant la radicalisation des adolescents et des jeunes, le rôle des technologies de l’information et de la communication (TIC) dans la radicalisation et sa prévention chez les adolescents et jeunes, les mécanismes de prévention, de régulation de l’extrémisme.

L’Afrique de l’Ouest est confrontée à une situation sécuritaire préoccupante en raison des velléités expansionnistes du fondamentalisme religieux salafiste marquée par des attentats perpétrés au Mali, au Burkina Faso et en Côte d’Ivoire. La Côte d’Ivoire fait face depuis 2020 à une infiltration de groupes djihadistes dans sa partie septentrionale, principalement dans la région du Bounkani, frontalière au Burkina Faso.

Dans la même catégorie