APS L’AGENDA VERT AU CŒUR DU PARTENARIAT ENTRE DAKAR ET L’UE (AMBASSADRICE) APS MACKY SALL DEMANDE UN RAPPORT NATIONAL SUR LA SITUATION DES MARCHÉS APS NGAPAROU : INAUGURATION D’UNE ZONE ÉCOLOGIQUE COMMUNAUTAIRE ABP « Chacun des béninois peut être riche de son travail et non de l’argent de nous tous » dixit Patrice Talon ABP La ville de Grand-Popo fait sa toilette pour recevoir le chef de l’Etat ABP L’initiative « Bénin commune connect » au cœur d’une séance d’échange à Avrankou ABP Patrice Talon pour une élection présidentielle ouverte à tous ABP L’UNHCR et le CNR appuient le Ceg Vèdoko en matériel anti-Covid AIP Les nouveaux élèves de sixième du Collège Nanan Boa Kouassi III officiellement intégrés AIP Cote d’Ivoire-AIP/12 nouveaux cas de Covid-19 et 10 guéris

LA REPRESENTATION NATIONALE VOTE DEUX PROJETS DE LOIS


  6 Novembre      13        Politique (13028),

   

Lomé, 6 nov. (ATOP) – L’Assemblée nationale a adopté le jeudi 5 novembre à Lomé, deux projets de lois devant permettre au Togo de mobiliser des ressources substantielles pour le financement du Plan national de développement (PND).

Il s’agit du projet de loi autorisant l’adhésion du Togo aux statuts de la banque asiatique d’investissement dans les infrastructures (AIIB) adoptés le 29 juin 2015 à Pékin en Chine et du projet de loi autorisant l’adhésion du Togo à l’accord portant établissement de la société financière dénommée « Africa Finance Corporation (AFC) », adopté le 28 mai 2007 à Lagos au Nigéria.

Les deux projets de lois ont été adoptés à l’unanimité des députés présents à la 9ème  séance plénière de la 2ème  session ordinaire de l’année, présidée par M. Yawovi Amenyo Adjourouvi, 4ème vice-président de l’Assemblée nationale, en présence du commissaire du gouvernement, le ministre de l’Economie et des Finances, Sani Yaya.

Le 4ème vice-président a affirmé  que  les infrastructures font parties des préoccupations majeures de la plupart des pays et englobent des secteurs divers tels que le transport, les télécommunications, l’énergie ou l’eau. « A la lumière des énormes défis que doivent relever notre pays, il  nous faut participer à la  recherche  et  à  la diversification  des  financements  à  même  de  soutenir notre  ambition  de  faire  du  Togo,  un  hub  logistique  de premier  ordre », a-t-il fait comprendre

Amenyo Adjourouvi, a indiqué qu’en autorisant l’adhésion du Togo aux statuts  de  la banque  asiatique d’investissement dans les infrastructures (AIIB) et à l’accord portant établissement de la société financière dénommée «Africa Finance Coorporation (AFC) », la Représentation nationale est persuadée que la modernisation des infrastructures donnera un élan supplémentaire aux activités économiques dans le pays. A l’issue de ces deux autorisations, nous espérons que le Togo va véritablement bénéficier de l’afflux d’investissements  complémentaires, a-t-il souhaité.

« Par  ce  vote,  vous  venez  de  donner  au  gouvernement,  un outil juridique supplémentaire pour la poursuite de sa  politique  de  développement économique et social », a fait savoir le ministre de l’Economie et des Finances, Sani Yaya. Le ministre a rassuré que « nous élargissons nos sources de financement pour un soutien à l’exécution du Plan  national  de  développement  (PND 2018-2022),  notamment  l’axe relatif à la modernisation du Togo et au renforcement de ses structures, conformément aux ambitions du chef de l’Etat, Faure Gnassingbé».

La  Banque Asiatique  pour l’Investissement dans les Infrastructures (AIIB) est une institution financière multilatérale de développement, créée le 24 octobre 2014 à l’initiative de la République Populaire de Chine, pour répondre aux besoins croissants en infrastructures de ses membres régionaux et non-régionaux. En sa qualité d’institution financière multilatérale dont la mission porte essentiellement sur le développement des infrastructures, la Banque Asiatique pour l’Investissement dans les Infrastructures a pour but de mobiliser les ressources complémentaires nécessaires au financement du développement de ses membres. A ce titre, elle  œuvre  pour  un investissement  adéquat  dans  les  infrastructures  et  d’autres secteurs productifs en  finançant  les  projets  et  programmes  qui contribuent à l’accélération de la croissance économique, avec une attention particulière aux besoins de ses membres les moins avancés, complétant ainsi l’action des banques multilatérales de développement existantes.

Par ailleurs, l’insuffisance d’investissement dans le secteur des infrastructures en Afrique a amené des institutions financières et hommes d’affaires africains à créer la société financière dénommée « Africa Finance Corporation  (AFC) ». L’AFC permettrait de relever  les  défis de  l’insuffisance des infrastructures  en  Afrique  et d’accélérer le développement économique du continent.

Dans la même catégorie