AIP Sortie officielle du mouvement « les jeunes motivés de Zozoribougou » à Korhogo AIP Des OSC du Bounkani renforcent leurs capacités sur le concept et les outils de la redevabilité sociale AIP COVID-19: 16 nouveaux cas et 52 guéris le 22 septembre 2020 AIP La région de la Marahoué, capitale de la Côte d’Ivoire le temps d’une visite d’État APS COVID-19 : LA QUASI-TOTALITÉ DES CHEFS DE MÉNAGES APPLIQUENT AU MOINS UN GESTE BARRIÈRE (ÉTUDE) APS UN PROTOCOLE SANITAIRE ÉLEVÉ SUR LA LIGNE MARITIME ZIGUINCHOR-DAKAR (COMMANDANT) APS CASAMANCE : UN PROJET D’ÉNERGIE SOLAIRE CIBLE 21.000 FEMMES RURALES (PROMOTEURS) APS RÉMUNÉRATION SUR COPIE PRIVÉE : LA COMMISSION REMET SA DÉCISION À LA TUTELLE APS PLAIDOYER POUR ’’UN RÔLE ACTIF’’ DES FILLES ET DES FEMMES DANS LA GESTION DES RESSOURCES ÉNERGÉTIQUES APS PERTES D’EMPLOIS, DIMINUTION DE REVENUS : LA MAJORITÉ DES MÉNAGES IMPACTÉE PAR LA CRISE SANITAIRE (ANSD)

LA RUMEUR, UN FREIN À LA LUTTE CONTRE LES PANDÉMIES (MÉDECIN)


  26 Août      9        Santé (7413),

   

Dakar, 26 août (APS) – Les rumeurs dont celle faisant de la Covid-19 une maladie imaginaire peuvent constituer un frein à l’exécution des programmes de santé et à la lutte contre les pandémies, estime le médecin Ousmane Guèye, chef du Service national de l’éducation et de l’information pour la santé (SNEIPS).

« La rumeur est un frein à la lutte contre la pandémie de Covid-19. (…) Les rumeurs ont beaucoup impacté la lutte contre le coronavirus. On peut donner comme preuve l’accentuation du déni de la maladie… », a dit M. Guèye en marge d’un atelier de « finalisation » d’un guide de « gestion des rumeurs ».

Des « programmes du ministère de la Santé ont eu à souffrir de la rumeur. On peut citer le cas du Programme élargi de vaccination », a précisé le directeur du SNEIPS.

En raison de l’obstacle que constitue la rumeur pour les programmes de santé, « ce document devrait exister depuis le début de la pandémie » de Covid-19, a dit Ousmane Guèye, parlant du guide étant l’objet de l’atelier auquel ont pris part des téléopérateurs des centres d’appels et des journalistes.

Ce document a été élaboré dans le cadre de la lutte contre la pandémie de Covid-19 au Sénégal.

« Le déni n’est rien que le fait de ne pas reconnaître cette maladie. Il est donc important d’avoir ce guide pour permettre de surveiller, de vérifier et de gérer la rumeur sous toutes ses formes », a souligné le chef du SNEIPS, un établissement placé sous la tutelle du ministère de la Santé et de l’Action sociale.

« Nous aimerions même avoir un registre de dimension nationale et sous-régionale, qui permettrait d’anticiper, chaque fois qu’il y a une épidémie ou un fléau qui entrave la bonne marche d’un Etat… », a ajouté M. Guèye.

Au Sénégal, a-t-il assuré, « nous avons voulu anticiper le plus vite possible, parce que cette gestion des rumeurs, si on la réussit, nous allons venir à bout de cette [pandémie de Covid-19] ».

Selon lui, l’Organisation ouest-africaine de la santé et l’Organisation mondiale de la santé s’organisent pour anéantir l’effet de la rumeur sur leurs programmes.

« Nous ne pouvons pas occulter la gestion des rumeurs en ce qui concerne la Covid-19 », a souligné Mouhamadou Lamine Baldé, le coordonnateur national du projet « Breakthrough Action », mis en œuvre au Sénégal par l’Agence des Etats-Unis pour le développement international.

« C’est dans ce cadre que nous avons accompagné et soutenu le SNEIPS pour l’élaboration de ce document qui va servir de référence pour les journalistes, les téléopérateurs, entre autres usagers. Nous espérons que ce guide sera utile pour tous les usagers », a ajouté M. Baldé.

Dans la même catégorie