APS FAN ZONE DE LA PROMENADE DES THIESSOIS : SOUS LES RAFALES D’AIR FRAIS, DES SUPPORTERS POUSSENT L’ÉQUIPE À LA VICTOIRE APS SENEGAL/DAGANA: 30.000 PERSONNES ONT DES DIFFICULTÉS D’ACCÈS À L’EAU POTABLE APS KALIDOU KOULIBALY :  »NOUS AVONS MONTRÉ DU BEAU JEU » MAP L’intégration régionale en Afrique reste « faible », selon l’IIRA MAP Plus d’un milliard USD de projets à financer au 7è Africa CEO Forum (organisateurs) LINA ALJA Urges Pres. Trump To Extend DED For Liberians In US ACP Bakambu envoie la RDC à la phase finale de la CAN 2019 ACP La stratégie « Mettre fin à la Tuberculose d’ici 2030 » reste la seule arme de la RDC contre cette maladie LINA New ‘Timing’ Reform Agreed At Freeport To Break Trade Barriers ACP Le Président Félix Tshisekedi encourage les Léopards

La science et la technologie, indispensables pour aller vers le développement socio-économique (ministre)


  5 Avril      33        Science (536), Téchnologie (909),

   

Saly-Portudal (Mbour), 5 avr 2018 – (APS) – La science et la technologie sont indispensables pour tendre vers le développement socio-économique de l’Afrique a affirmé, jeudi à Saly-Portudal (Mbour), le ministre Burkinabé de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’innovation, le professeur Alkassoum Maïga.

« Le développement socio-économique ne peut être possible sans l’appui de la science ou si on n’a pas le paquet technologique qu’il faut pour permettre à ceux qui sont dans l’espace de production et de transformation d’améliorer leurs pratiques » a notamment indiqué M. Maïga.

Le ministre Burkinabé présidait l’ouverture de l’atelier régional de restitution des conclusions de la seconde évaluation des Centres nationaux de spécialisation (CNS) du Programme de productivité agricole en Afrique de l’Ouest (PPAAO), à l’initiative du Conseil ouest et centre africain pour la recherche et le développement agricoles (CORAF).
« Le rôle fondamental de la science et de la technologie dans l’attente des objectifs de développement a été rappelé et réaffirmé dans la position commune africaine sur le programme de développement pour l’après 2015. C’est ainsi qu’une organisation panafricaine a identifié ces deux éléments comme piliers des priorités de développement de l’Afrique », a souligné Pr Maïga.

Selon lui, cette orientation a été renforcée au niveau continental par l’adoption de la stratégie de la science, de la technologie et l’innovation pour l’Afrique (STISA 2014-2024) de l’Union africaine (UA).

Au niveau régional, a ajouté le ministre Burkinabé, la politique de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) en matière de science et technologie (ECOPOST-2012-2022) a été adoptée pour « insuffler une transformation économique structurelle » des pays en vue d’un « développement inclusif » axé sur l’homme.

« Tout comme dans les autres pays de la sous-région, le Plan national de développement économique et social (PNDES) du Burkina Faso considère la recherche et l’innovation comme un des leviers essentiels au développement socio-économique des pays à travers son objectif stratégique de promouvoir la recherche et l’innovation au service de la transformation structurelle de l’économie » a dit Alkassoum Maïga.

« En décidant d’unir leur intelligence, leur valeur et leur force à travers une mutualisation des ressources humaines et financières, nous sommes persuadés que les chercheurs et agents de développement de nos différents pays trouveront des solutions visant l’amélioration de la productivité de notre agriculture » a fait noter le professeur Maïga.

D’après lui, c’est en cela que le Burkina Faso apprécie la responsabilité que lui a confiée la sous-région, en lui donnant le leadership de sa recherche sur les fruits et légumes à travers le Centre national de spécialisation (CNS-FL).

Aussi, s’emploie-t-il à créer toutes les conditions propices à la réussite de cette mission régionale a-t-il ajouté.

ADE/PON

Dans la même catégorie