AIP Bientôt un festival culturel pour le District des Lacs APS Le complexe sportif Mohamed IV, un bijou à la pointe de la modernité AIB Burkina/Education : La CEB Fada N’Gourma n°1 tient son premier conseil de l’année 2023. AIB FESPACO 2023 : Installation du comité national d’organisation fort d’une soixantaine de membres AIB Coopération : Le sous-secrétaire d’Etat américain pour l’Afrique de l’Ouest échange avec le président Traoré ANP Sport : Le Grand Stade d’Agadir au Maroc, une infrastructure sportive prometteuse APS Koungheul : des nouveaux bacheliers demandent leur orientation dans des universités publiques APS L’Algérie appelle à la construction d’infrastructures d’envergure régionale en Afrique APS ‘’Bësup Sétal’’ : Kolda accueille la13e édition ce samedi APS Ziguinchor : le nouveau directeur du CROUS prône le dialogue et la concertation avec les acteurs de la communauté universitaire

La stratégie nationale de connectivité ouvre une nouvelle ère dans le secteur des TIC


  25 Novembre      6        Technologie (778),

   

Kinshasa, 25 novembre 2022(ACP).- L’atelier d’élaboration de la stratégie nationale de connectivité dans le secteur de l’éducation en RDC, ouvre une ère nouvelle dans le secteur des technologie de l’information et Communication (TIC) par la collaboration avec le secteur de l’Education nationale, dans le but de contribuer efficacement à l’épanouissement de la jeunesse, des corps enseignants, des chercheurs et autres acteurs de l’éducation du pays, », a déclaré Augustin Kibassa, ministre des PT-NTIC, lors dudit atelier tenu.

« Le Président de la République Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, Chef de l’Etat, a consacré tout un pilier à l’Education qui constitue son cheval de bataille. Pour le mettre en exergue, le Chef de l’Etat a mis sur pied le plan national du numérique dont tire notre atelier d’aujourd’hui, qui s’inscrit dans le cadre de l’introduction de la connectivité dans les programmes de formation et d’enseignement à tous les niveaux », a dit le ministre.

Ce Plan a aussi mission «  De promouvoir la culture de recherche et d’innovation dans les institutions académiques et autres, bref la construction d’un réseau national de recherche, interconnectant les universités, les grandes écoles, les institutions de recherche et les services nationaux de documentations et d’archivage », a déclaré le ministre des PTNTIC.
Parlant du rôle de son ministère à l’ère des TIC, KibassaMaliba a fait savoir que   le ministère qu’il a l’honneur de diriger, est un secteur technique et transversal qui porte les supports de transmission à distance des données et des connaissances pour le développement et le bien-être de l’homme dans la société.

« Ma mission à la tête dudit Ministère revêt un caractère particulier à cause des multiples défis auxquels nous sommes appelés à relever. Il s’agit notamment de connecter toute l’étendue de la République à fibre optique pour améliorer l’accessibilité aux services des télécommunications, de faire entrer la RDC de plain-pied dans la société mondiale de l’information et d’accroitre de manière significative la contribution des télécommunications « TIC » au développement économique et social du pays faisant bénéficier ainsi aux opérateurs économiques aux services publics et aux ménages », a-t-il souligné.

Croissance du taux de pénétration

Pour Augustin KibassaMaliba, les réseaux et les services de télécommunications en République démocratique du Congo ont connu une très forte croissance depuis le début de la décennie en termes de nombre de clients et de chiffre d’affaires, principalement grâce au très fort développement de la téléphonie mobile, porté par les investissements des opérateurs privés.

Le taux de pénétration aux services des télécommunications mobiles est évalué à 50%, soit un taux d’accroissement annuel de 6% avec une couverture de la population de 75% (2G), 50% (3G), 40% (4G).

Ceci s’explique notamment par le fait que les opérateurs n’investissent plus suffisamment dans la 2G mais plus dans la 4G, compte tenu de l’évolution rapide de la technologie et des besoins en connectivité large bande avec l’internet ».

A ce jour, le dernier rapport du 2ème trimestre 2022   ,note une évolution croissante des taux d’accessibilité entre 2019 et 2022, de la manière ci-après : le taux de pénétration de la téléphonie mobile est passé de 42% à 50%, soit 47.000.000 d’abonnements au service ; le taux de pénétration de l’internet mobile est passé de 19% à 24% soit 26.000.000 d’abonnements au service », a-t-il renchéri.

A l’heure actuelle, les TIC constituent un facteur déterminant du développement et aussi de la compétitivité dans le secteur de l’Education grâce à la possibilité qu’offre la connectivité nationale à fibre optique dans le secteur de l’Education, la jeunesse, les apprenants, les corps enseignants, aux chercheurs et autres acteurs du secteur de bénéficier d’une connexion fiable.

Pour KibassaMaliba, la jeunesse, les apprenants, les corps enseignants, les chercheurs et autres acteurs devront apprendre à se doter de plus en plus d’outils « TIC », particulièrement pour avoir accès à l’internet et disposer ainsi de toute l’information dont ils ont besoin.

Ces travaux des deux jours, soit du 23 ou 24 novembre, ont connu la participation de plusieurs personnalités dont le représentant de l’UNESCO, le président de l’Autorité de régulation de la poste et des télécommunications.

Dans la même catégorie