AIP Côte d’Ivoire-AIP/ 31 nouveaux cas de Covid-19 et 29 guéris APS LANCEMENT D’UNE CELLULE D’ÉTUDES ET DE RÉFLEXION AU SERVICE DE MÉDINA BAYE AGP Gabon/Koulamoutou: La SBL en soutien aux agriculteurs locaux AGP Gabon: Le bilan et les performances de la Comilog et Setrag présentés à Ali Bongo Ondimba AGP Gabon: La hiérarchie du PDG imprégnée des opportunités de la décentralisation GNA Film Classification Committee to safeguard the public interest in content viewership GNA Fishmongers to receive small loans under Coastal Development Authority ANGOP Covid-19: Angola chega a 5.114 infecções

MISE EN ŒUVRE DES ACTIVITES DE L’ONG SANTE INTEGREE : DES ASC DE LA KERAN FORMES A KARA


  1 Septembre      4        Santé (7516),

   

Kara, 1er sept. (ATOP) – Une cinquantaine d’Agents de Santé Communautaire (ASC) de la préfecture de la Kéran sont en formation initiale, du 31 août au 19  septembre à Kara, sur la stratégie Prise en charge intégrée des maladies de l’enfant au niveau communautaire (PCIME-C) et en santé maternelle dans le district sanitaire de la Kéran.

Organisée par  l’ONG internationale Santé Intégrée (SI), cette formation  s’inscrit dans le cadre du programme de renforcement du système de santé à la base au niveau communautaire. Elle permettra d’amener ces acteurs de santé communautaire à adhérer à la vision de l’ONG Santé Intégrée, celle d’assurer les soins de santé premières et de qualité à tout le monde. Il s’agit aussi de transmettre aux ASC du district sanitaire  de la Kéran, des connaissances aussi  théoriques que pratiques  par rapport à la prise en charge des maladies des enfants âgés de deux mois à 5 ans  en matière des pathologies récurrentes chez ces derniers, notamment le paludisme,  la pneumonie,  la diarrhée,  la toux, et la malnutrition, ainsi que  des femmes enceintes.

La PCIME est une approche intégrée de la santé qui est axée sur le bien-être de l’enfant dans sa globalité. Elle vise à réduire la mortalité, la morbidité et les incapacités et à améliorer la croissance et le développement des enfants de moins de cinq ans. Elle comporte à la fois des éléments préventifs et curatifs à mettre en œuvre autant par les familles et les communautés que par les établissements de santé.

La stratégie PCIME favorise l’identification précise des maladies de l’enfant en consultation externe, garantit un traitement adapté et combiné pour toutes les principales maladies. Elle  renforce également les conseils destinés à ceux qui s’occupent des enfants et accélère le processus de recours pour les enfants gravement malades.

Durant les 3 semaines, les participants vont acquérir  des compétences,  entre autres,  les techniques d’identification des femmes enceintes et leur prise en charge, le dépistage du paludisme (TDR)  et la planification familiale, pour leur permettre d’exercer aisément leur mission. Ces ASC apprendront également comment se comporter et comment garder la confidentialité dans la prestation des services.

Le directeur régional de la Santé Kara, Dr. Agoro Sibabi, en ouvrant les travaux,  a remercié l’ONG SI pour les actions multiformes, particulièrement celles liées à la santé de la mère et de l’enfant, mises en œuvre dans l’intérêt des communautés. «  Depuis son implantation au niveau de la région de la Kara, l’ONG a commencé essentiellement par la mise en œuvre des activités liées au VIH  en essayant de voir comment aider l’Etat togolais pour réduire la mortalité en matière des interventions au sein des communautés », a-t-il rappelé. Le directeur affirme qu’un travail de fond est en cours pour harmoniser toute la documentation pouvant servir d’outil de travail aux ASC. Dr Agoro a invité chaque participant au respect des mesures barrières à la pandémie de coronavirus (COVID-19) et à tirer profit de cette formation afin d’offrir des soins de qualité aux communautés de base.

Le directeur médical de l’ONG SI à Kara, Dr. D’kenkou Komlan Nabissan, a indiqué que  l’ONG intervient déjà dans les préfectures de la Kozah, Bassar et Dankpen. Pour lui, l’implication des ASC constitue un maillon clé dans l’exécution du programme de renforcement du système de santé à la base communautaire que prône SI depuis 2015. Il a rappelé que les ASC sont identifiées de façon volontaire et participative dans les communautés et leur donner une capacité d’intervention s’avère très indispensable pour bien accomplir leur travail.

Dans la même catégorie