ANG Defesa/Ministro diz que o ponto fraco das Forças Armadas é gestão dos recursos humanos ANG Moçambique/UE pede investigação a alegações “extremamente chocantes” da AI ANG Justiça/LGDH exige adoção de medidas para pôr fim às práticas que põe em causa a paz social GNA Human activities along White Volta contributed to flooding – Engineer GNA NPP’s good works will win the December elections – DCE GNA COVID-19: MTN Ghana Foundation supports two hospitals in UER GNA Don’t abandon your books, GES Director urges BECE graduates GNA Government called to amend Tax Avoidance Law GNA Airport will impact the local economy- Togbe Afede Inforpress Beto Dias dá o pontapé de partida nos concertos ‘online’ da SCM a favor de autores e artistas

LACS / COVID 19 : LES TENANCIERS DE BARS CONVIES AU RESPECT DES MESURES BARRIERES


  3 Septembre      33        Santé (7349),

   

Aného, 3 sept.  (ATOP)  – Le  président du Comité local de gestion de la riposte de la pandémie de coronavirus (CLGR-COVID-19) de la préfecture des Lacs, le préfet des Lacs, Daté Bénissan-Tétévi,  a effectué du 1er au 3 septembre, une tournée d’information et de sensibilisation pour convier les tenanciers et les propriétaires de débit de boisson des quatre communes sur le strict respect des mesures barrières et autres dispositions prises par le gouvernement pour bloquer la pandémie de coronavirus (COVID-19)..

Cette tournée se situe dans le cadre des préparatifs de la cérémonie de prise de la pierre Sacrée « Kpessosso », édition 2020, le 10 septembre prochain. Elle a pour objectif d’informer les tenanciers et les propriétaires de débit de boisson sur les nouvelles dispositions que les autorités togolaises ont prises en vue combattre efficacement la propagation du COVID-19 dans les villes et préfectures qui accueillent des événements culturels ou traditionnels. Cette démarche vise également à inviter les maires des différentes communes à intensifier la sensibilisation sur le respect des mesures barrières et à renforcer la surveillance de veille dans leur ressort territorial.

Que ce sort à Anfoin, Aklakou, Agbodrafo ou Aného, les échanges ont porté sur l’impérieuse nécessité du respect des gestes d’hygiène édictés par le gouvernement, l’interdiction des manifestations ou réjouissances populaires, le bouclage de la préfecture des Lacs et la fermeture des bars à partir du 3 septembre jusqu’à nouvel ordre.

Le préfet a rappelé  à ses interlocuteurs que les manifestations publiques de la fête de Kpessosso de cette année n’auront pas lieu compte tenu de la crise sanitaire que traverse le pays. Il a présenté la situation épidémiologique sur les plans international et national et invité les populations au respect des mesures barrières. Il s’agit, entre autres, du port obligatoire de cache-nez, du lavage régulier des mains à l’eau et au savon ou l’utilisation de la solution hydro-alcoolique, l’éternuement dans le pli du coude, le respect de la distanciation sociale d’au moins 1m  et l’arrêt des poignées de mains, accolades et embrassades.

  1. Daté Bénissan-Tétévi a lu à l’assistance le contenu de l’arrêté interministériel relatif aux conditions de déplacement des personnes à l’intérieur des zones accueillant des événements traditionnels ou culturels. Il s’agit du bouclage systématique de la préfecture des Lacs et de la soumission obligatoire aux mesures d’hygiène. Le président du comité local de riposte a insisté sur l’interdiction formelle de la célébration des fêtes, la fermeture des bars et des débits de boisson, l’arrêt des attroupements, des rassemblements, des pique-nique et autres.

Le représentant du pouvoir central  a précisé que tout contrevenant à ces dispositions est passible de sanction conformément à la loi en vigueur. Il a demandé à ses interlocuteurs de signaler l’arrivée de tout voyageur en vue de le faire dépister car il y a des asymptomatiques qui peuvent propager la maladie au sein des communautés. M. Daté Bénissan-Tétévi a demandé aussi le renforcement des mesures sécuritaires au niveau des frontières, du fleuve Mono et des lagunes.

Les maires ont exprimé leur reconnaissance au préfet pour sa démarche. Ils ont signifié qu’il n’existe aucun vaccin et médicament pour traiter cette maladie. Le seul remède aujourd’hui, ont-ils affirmé, est de respecter les gestes barrières et les dispositions du gouvernement. Ils ont demandé aux participants de faire une large diffusion des informations reçues.

Dans la même catégorie