AIP La Côte d’Ivoire, la RCA et le Burkina Faso peaufinent le démarrage des activités du projet MACOWECA AIP Les cours ont effectivement repris ce lundi à Tengrela AIP Des universitaires nationaux planchent sur un plan stratégique d’orientation pour l’élaboration d’un contrat de performance Inforpress Futebol/Santiago Sul: Celtic e Académica disputam esta quarta-feira a final da Taça Praia Inforpress Cabo Verde acolhe em Novembro o 41º Fórum Mundial dos Parlamentares para a Acção Global Inforpress Juventude em Marcha/35 anos: Líder enaltece papel do grupo na afirmação do teatro cabo-verdiano a nível internacional GNA GRA Fails to Meet Revenue Targets for 2018 GNA Chiringa wins Inter-Platoon RCC59 Boxing competition GNA Participate in the decision-making process, NCCE urges youth APS POUR LA PROMOTION DE LA QUALITÉ DANS LES INVESTISSEMENTS AGRICOLES

L’Administration fiscale congolaise a encore du chemin à parcourir…, selon Gérard Pointe


  25 Septembre      40        Economie (22913), Finance (3737),

   

Kinshasa, 25 Sept. 2017 (ACP).- M. Gérard Pointe, consultant au ministère des Finances estime que, l’Administration fiscale congolaise a encore du chemin à parcourir pour se conformer aux bonnes pratiques  internationales en matière de gestion de l’impôt et pour se hisser au rang des administrations fiscales performantes.

Dans une étude récente sur « la problématique de l’organisation des administrations fiscales » dont l’ACP s’est procuré une copie, il démontre que  des faiblesses majeures ont été notées dans des nombreux domaines qui pourraient  compromettre fortement la capacité de la Direction générale des impôts à remplir ses missions de manière efficace et efficiente.

L’expert du ministère des Finances relève  dans cette enquête  les principaux domaines de préoccupation   notamment  l’exhaustivité et l’exactitude des données du registre des contribuables qui entachent sa crédibilité, l’insuffisance des initiatives visant à détecter de nouveaux contribuables et à élargir l’assiette fiscale notamment dans le secteur informel, l’absence  d’un véritable  processus  structuré d’identification, d’évaluation et d’atténuation des risques institutionnels et d’incivisme fiscal, l’insuffisance de mécanisme incitatif pour amener les contribuables à procéder  aux  déclarations  volontaires  et spontanées, la gestion  manuelle  des arriérés  d’impôts  et des  remboursements des crédits  de TVA rendant  le suivi et le contrôle  difficiles, l’absence d’un système  comptable automatisé qui garantisse  le contrôle et l’exhaustivité  de l’enregistrement  des recettes  fiscales  et l’insuffisance  des mécanismes  opérationnels de contrôle externe et d’audit interne de l’administration fiscale

Il estime que la DGI dispose du potentiel  nécessaire  pour  relever  le défi  à travers  un meilleur équilibre entre les activités de contrôle , de gestion  globale, d’amélioration  de la qualité  de service à l’usager et de la promotion du civisme  fiscal.

ACP/Fng/Kayu/May

Dans la même catégorie