AIB Vacances mouvementées pour Charles Kaboré et ses compatriotes burkinabè à l’étranger AIB Burkina : Après 40 ans d’existence, l’Ecole nationale d’élevage veut davantage diversifier ses filières AIB Burkina : Onze personnes  »décèdent » pendant leur garde à vue (Procureur) GNA Gospel music sensation Yaw Spoky out with single GNA NRCCD to open Model Inclusive School in September GNA e.TV Ghana /Japan Motors open registration for 2019 Corporate Run APS MANSOUR FAYE DÉBALLE UN « PAQUET D’ENGAGEMENTS » SUR DES OUVRAGES À RÉALISER À THIÈS GNA E. African security experts, policymakers urge concerted efforts in conflict resolution GNA U.S. to raise bar for « made in America » products GNA Sudan, South Sudan to address oil flow constraints

L’Administration fiscale congolaise a encore du chemin à parcourir…, selon Gérard Pointe


  25 Septembre      45        Economie (24322), Finance (3799),

   

Kinshasa, 25 Sept. 2017 (ACP).- M. Gérard Pointe, consultant au ministère des Finances estime que, l’Administration fiscale congolaise a encore du chemin à parcourir pour se conformer aux bonnes pratiques  internationales en matière de gestion de l’impôt et pour se hisser au rang des administrations fiscales performantes.

Dans une étude récente sur « la problématique de l’organisation des administrations fiscales » dont l’ACP s’est procuré une copie, il démontre que  des faiblesses majeures ont été notées dans des nombreux domaines qui pourraient  compromettre fortement la capacité de la Direction générale des impôts à remplir ses missions de manière efficace et efficiente.

L’expert du ministère des Finances relève  dans cette enquête  les principaux domaines de préoccupation   notamment  l’exhaustivité et l’exactitude des données du registre des contribuables qui entachent sa crédibilité, l’insuffisance des initiatives visant à détecter de nouveaux contribuables et à élargir l’assiette fiscale notamment dans le secteur informel, l’absence  d’un véritable  processus  structuré d’identification, d’évaluation et d’atténuation des risques institutionnels et d’incivisme fiscal, l’insuffisance de mécanisme incitatif pour amener les contribuables à procéder  aux  déclarations  volontaires  et spontanées, la gestion  manuelle  des arriérés  d’impôts  et des  remboursements des crédits  de TVA rendant  le suivi et le contrôle  difficiles, l’absence d’un système  comptable automatisé qui garantisse  le contrôle et l’exhaustivité  de l’enregistrement  des recettes  fiscales  et l’insuffisance  des mécanismes  opérationnels de contrôle externe et d’audit interne de l’administration fiscale

Il estime que la DGI dispose du potentiel  nécessaire  pour  relever  le défi  à travers  un meilleur équilibre entre les activités de contrôle , de gestion  globale, d’amélioration  de la qualité  de service à l’usager et de la promotion du civisme  fiscal.

ACP/Fng/Kayu/May

Dans la même catégorie