MAP Revue de la presse quotidienne internationale africaine (RPQI-Afrique) GNA Ghana soldiers reach out to South Sudanese Secondary School GNA Anglican Men’s Fellowship Roundup weeklong celebration in Bolga ANG “A justiça pode tornar mais perigosa se o sistema político continuar instável”, diz Bastonário de Ordem dos Advogados ANG “Uma mulher à testa da nação guineense terá sensibilidade para problemas reais do povo “, diz Nancy Schwartz ANG “A Índia vai ter a sua Embaixada em Bissau no próximo ano”, diz o Embaixador ACP Le parti politique « ARC Originale » prend acte de pardon du député Charles Naweji ACP Echange entre la CENCO et le Sous-secrétaire d’Etat adjoint des USA aux Droits de l’homme ACP L’examen par la Cour constitutionnelle des contentieux de l’élection à la députation nationale évoqué à la Présidence AGP Boké-SMD-Winning :45 personnes indemnisées à plus de 3 milliards GNF

L’AFD consacre 50% de ses engagements à l’étranger en 2016 à l’Afrique (rapport)


  11 Septembre      65        Economie (23945), Finance (3778),

   

Rabat, 11/09/2017 (MAP) – L’Agence française de développement (AFD) a consacré 50% de ses engagements à l’étranger en 2016 à l’Afrique, soit 3,9 milliards d’euros (Md€), situant ainsi le continent africain au cœur de son action.

« Le continent africain est en train d’inventer des solutions inédites pour affronter les défis de la planète, qu’ils soient démographiques, sociaux, environnementaux ou économiques. L’Afrique est et reste au cœur de l’action de l’AFD », a souligné l’Agence dans son rapport d’activité de 2016.

Selon le rapport, l’Afrique concentre la très grande majorité (85%) des subventions et des bonifications de taux d’intérêt accordés par l’AFD à l’étranger.

« Education, formation, eau, accompagnement de la révolution numérique ou encore développement des énergies renouvelables sont les priorités de l’AFD. Un Fonds commun avec la Caisse des dépôts, doté de 600 millions d’euros de fonds propres, a été notamment lancé en 2016 pour financer de grands projets d’infrastructures, principalement en Afrique », a fait savoir la même source.

En 2016, l’AFD a atteint un engagement global record de 9,4 milliards d’euros (Md€), en progression de 13% par rapport à 2015, avec plus de 600 projets de développement.

Cet engagement a porté sur plusieurs domaines d’action, à savoir l’ »eau et assainissement », les « transports » et le « financement du secteur privé », avec une part de 14% chacun, suivis par l’ »énergie propre » (13%), la « ville durable » (12%), l’ »agriculture durable et sécurité alimentaire » (10%), l’ »aide plurisectorielle », l’ »environnement et ressources naturelles » (6%), l’ »éducation »(4%) et la « santé » (3%).

Selon le rapport, les financements de l’AFD ont pris plusieurs formes : les prêts aux Etats (3,9 Md€), les prêts aux entreprises et aux collectivités (3,9 Md€), les subventions (1,1 Md€) et les garanties et participations (0,5 Md€).

Afin de répondre aux nouveaux enjeux, l’Agence a dû recourir à davantage de ressources, à savoir les emprunts sur les marchés (5 Md€), les emprunts auprès de l’Etat (0,5 Md€), les crédits budgétaires alloués par l’Etat français (0,8 Md€), ainsi que les ressources déléguées, principalement par les institutions européennes (0,5 Md€), relève le rapport.

Ainsi, l’AFD précise que 50% des sommes engagées à l’étranger le sont en Afrique, 50% des financements ont des co-bénéfices en matière de lutte contre le dérèglement climatique, 50% des projets initiés en 2016 favorisent l’égalité femmes-hommes, 50% des engagements se font dans les pays de l’Organisation de la francophonie (OIF) et dans les territoires francophones, 50% sont consacrés aux activités « non souveraines » (les collectivités territoriales et les ONG) et 50% des engagements sont menés en co-financement avec des partenaires.

S’agissant de la répartition géographique des activités de l’AFD, le document indique que le continent africain se positionne en tête avec 3,9 Md€, suivi de l’Amérique latine et Caraïbes (1,37 Md€), de l’Asie et du pacifique (1,36 Md€), de l’Outre-mer (1,59 Md€) et du Proche Moyen-Orient (0,74 Md€).

L’AFD ambitionne, par ailleurs, d’atteindre près de 13 milliards d’euros d’engagements annuels en 2020.

« Pour réaliser cet objectif très ambitieux, nous avons besoin de davantage de partenaires. Nous devons travailler avec tous ceux qui veulent aider, investir et prendre des risques aux côtés des acteurs du sud », estime le Directeur général de l’AFD, Rémy Rioux, cité par le rapport.

Selon lui, l’AFD « se déploie et se renforce » à travers sa présence dans plus de cent pays et son ambition d’explorer de nouveaux secteurs (la gouvernance, les industries culturelles et créatives, l’enseignement supérieur et la recherche, le numérique, l’économie sociale et solidaire, et l’action extérieure des collectivités locales).

Dans la même catégorie