MAP Le Nigeria signale 22 cas mortels de diphtérie depuis décembre 2022 MAP Nouakchott abrite fin février le Forum économique maroco-mauritanien MAP Côte d’Ivoire-Maroc : Une coopération excellente et une symbiose absolument parfaite entre les diplomaties des deux pays (diplomate) MAP Coupe Davis/Groupe Mondial II : Le Maroc affronte la Côte d’Ivoire les 4 et 5 février à Abidjan MAP Le Pape François condamne de « cruelles atrocités » en RDC « qui couvrent l’humanité de honte » ACP Kibali Gold Mine paie 1,2 milliard USD des taxes et redevances en 2022 ACP La RDC et le Congo Brazzaville pour la valorisation de leurs patrimoines touristiques ACP Classement « Transparency International » : la RDC gagne trois points dans la lutte anticorruption ACP La chine conserve la place du premier investisseur étranger en RDC ANP Niger : Une délégation de ministres Néerlandais au Cabinet du Président de la République

L’Afrique doit être « une championne du libre-accès à l’information scientifique », estime Pr Bakayoko-Ly Ramata


  4 Mai      39        Science (484), Technologie (777),

   

Abidjan, 04 mai 2022 (AIP)- L’ex-ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Pr Bakayoko-Ly Ramata, a expliqué la recommandation de l’UNESCO sur la Science ouverte en vue d’une large prise en compte de ce concept par les Etats-membres plaidant pour que l’Afrique devienne « une championne du libre accès à information scientifique ».

« La Science ouverte a été l’objet d’une recommandation de l’Unesco et il revient maintenant aux pays africains d’œuvrer afin d’être des champions dans la démocratisation et la diffusion du savoir. Et des rencontres comme la conférence du WACREN sont des espaces d’échanges de qualité sur des problématiques scientifiques de l’heure », a-t-elle affirmé.

Selon un communiqué du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique transmis mercredi 04 mai 2022 à l’AIP, Pr Ly-Ramata s’exprimait le 28 avril lors de la 7ème édition de la Conférence annuelle du Réseau d’éducation et de recherche de l’Afrique de l’ouest et du centre (WACREN) sur le thème « La Science ouverte en Afrique – Relier les points » à l’université Félix Houphouët-Boigny de Cocody.

Cette rencontre scientifique, axée principalement sur le numérique, a réuni en présentiel et en ligne, un parterre de personnalités et d’experts du monde universitaire au nombre desquels les représentants d’une vingtaine de pays partenaires du WACREN, le ministère ivoirien de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique et ses institutions universitaires et de recherche (notamment l’université virtuelle de Côte d’Ivoire), et la Délégation permanente de la Côte d’Ivoire auprès de l’UNESCO.

La conférence inaugurale, prononcée par Mme Bakayoko-Ly Ramata, a été l’occasion pour elle de présenter la Science ouverte comme un concept, un mouvement visant à accroître, à l’ère du numérique, la diffusion du savoir au profit du citoyen lambda à travers le libre accès aux publications, données et résultats scientifiques, ainsi qu’à des logiciels, ressources pédagogiques et technologiques libres.

« Notre monde est aujourd’hui un village planétaire et la recommandation de l’Unesco faite lors de la 41e conférence générale de l’organisation, offre un cadre consensuel aux communautés de chercheurs, organismes de financement de la recherche et organismes de recherche pour faire aboutir des projets fondés sur des principes d’ouverture, de transparence », a commenté Pr Bakayoko-Ly, Déléguée permanente de la Côte d’Ivoire auprès de l’UNESCO.

En témoigne la mobilisation internationale contre la pandémie de la Covid-19 qui « a bien fait comprendre la nécessité, voire l’urgence, de favoriser un accès équitable à l’information scientifique, de faciliter le partage des connaissances, des données de recherche et de renforcer la collaboration scientifique pour répondre aux impératifs mondiaux et accroître la résilience des sociétés », a-t-elle dit, encourageant « la confiance dans la science en mettant celle-ci à la portée de tous via des canaux crédibles ».

Pour elle, l’Afrique a clairement montré son engagement – comme la Côte d’Ivoire – à ne pas rester en marge de la révolution technologique en reliant les points pour le réseautage des pays de l’Afrique de l’Ouest et du Centre et les mettre en relation avec les autres réseaux régionaux ( UbutuNet Alliance, ASREN) et internationaux (Giant et Internet 2) avec comme objectif de construire des communautés de pratique et de renforcer les services locaux et nationaux pour soutenir la Science ouverte et la recherche.

Enfin, par-delà les infrastructures et les spécialistes du numérique, il s’agit d’ouvrir plus grand la porte du savoir afin que tous les corps de métiers se sentent partie prenante et intégrante dans la diffusion de la science et de ce point de vue « le WACREN est un puissant outil au service de la Science ouverte en Afrique », a soutenu l’oratrice.

Dans la même catégorie