GNA Major Mahama: My brother was not among the alleged ‘killers’-witness GNA Government Committed to Building Educational Infrastructure- MCE GNA IYes Foundation donates to Lil Win’s GMIS ACP Visite de travail à Kinshasa du secrétaire général de FICR ACP Le gouvernement appelé à créer un écosystème entrepreneurial incitatif pour les jeunes entrepreneurs ACP Eugène Diomi Ndongala libéré sous conditions GNA Vodafone Ghana launches 4G to provide faster data services GNA Ghana’s macroeconomic outlook better than five years ago – IMF GNA Environmental disaster crawling into UWR « As you sow, so shall you reap » AIP Salon du livre de Paris 2019 : La Côte d’Ivoire explique l’absence du stand Pavillon des lettres d’Afrique

L’AFRIQUE DOIT ROMPRE AVEC LA « SUBORDINATION CULTURELLE » (HAMADY BOCOUM)


  15 Mars      19        Arts & Cultures (2412), Culture (2049),

   

Dakar, 14 mars (APS) – Le professeur Hamady Bocoum, directeur du Musée des civilisations noires de Dakar, a insisté jeudi sur l’importance pour le continent africain de rompre avec la subordination culturelle, voire intellectuelle afin d’imposer son leadership.

« L’Afrique a besoin de leadership. Elle doit, pour l’imposer, rompre avec la subordination dans les domaines intellectuels, culturels, associatifs entre autres », a-t-il souligné lors d’une conférence consacrée à « l’apport du genre à la culture ».

« Il nous faut construire des modèles sur la question du genre en mettant en avant nos différences de perception et d’approche », a-t-il ainsi préconisé non sans évoquer le rôle joué par des femmes dans l’histoire africaine.

« Ne gagnerions-nous pas davantage à convoquer des éléments pouvant nous permettre de trouver des solutions innovantes tout en gardant notre identité et éviter toute provocation ? », s’est interrogé le directeur du MCN.

Pour Bocoum, il est nécessaire d’accorder la priorité aux choses importantes, positives dans les rapports entre l’homme et la femme afin de garantir et pérenniser la constitution et la construction de la cellule familiale.

Citant l’exemple de l’Europe, Hamady Bocoum, a évoqué dans ce continent une rivalité sur la question du genre cristallisée autour de l’individu.  Chez nous, il y a certes une rivalité, mais elle se manifeste simplement sur les attitudes, les façons de faire, suivant que l’on soit un homme ou une femme. Elles se terminent au sein de la famille, a-t-il laissé entendre.

Pour sa part, Awa Wade, spécialiste des questions de genre, a estimé que cette notion est basée sur des inégalités non biologiques.  « Il s’agit d’inégalités construites par la société qui font que souvent les femmes sont confinées à des rôles bien déterminés », a expliqué l’enseignante-chercheure à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis (UGB).

Elle a ajouté : « l’approche genre est davantage basée sur l’identification et l’analyse des différenciations en vue d’apporter des correctifs nécessaires ».

La conférence, organisée au Musée des civilisations noires de Dakar, consacre le lancement des activités de la cellule genre du ministère de la Culture. Le ministre Abdou Latif Coulibaly a pris part aux débats.

FKS/AKS/ASB

Dans la même catégorie