APS LE GUINÉEN NABY KEITA LOUE LES QUALITÉS HUMAINES DE SADIO MANÉ APS « UN HOMME DE SON TEMPS’’ : UN LIVRE HOMMAGE AU PR ASSANE SECK APS CAN 2019 : RETROUVAILLES ENTRE LES ANCIENS BLEUETS KALIDOU KOULIBALY ET THOMAS FONTAINE ANP Le Ministre des Affaires Etrangères de Monaco au cabinet du Chef de l’Etat APS SENEGAL/ACCÈS À L’EAU POTABLE: LE DG DE LA SONEES RASSURE LES POPULATIONS DU GANDIOL APS LE MAIRE DE FOUNDIOUGNE ANNONCE L’ARRIVÉE DE DEUX BATEAUX-TAXIS APS ‘’UN STÉRÉOTYPE RACISTE’’, SELON BOUBACAR BORIS DIOP AGP Gabon: Les DCAF s’imprègnent des nouvelles procédures de gestion du Budget de l’Etat AIP Côte d’Ivoire/ Bruno Koné dédie près de 5 millions de FCFA aux œuvres sociales en faveur de la jeunesse de Kouto MAP L’Afrique, premier bénéficiaire des investissements directs marocains (M. Elalamy)

L’Afrique du sud et le Nigeria, deux grandes économies africaines en perte de vitesse


  30 Août      18        Economie (22789), Leadership Africain (797),

   

Rabat, 30 août 2016 (MAP) – L’Afrique du sud et le Nigeria, deux économies qui comptent parmi les plus puissantes du continent africain, font face à des difficultés accrues, résultats de l’incertitude politique et de la chute des cours des matières premières sur les marchés internationaux.

Au Nigeria, les analystes attendent la sortie mercredi d’un rapport gouvernemental sur l’état de l’économie de ce pays, désormais classé premier en Afrique en terme de Produit Intérieur Brut (PIB).

Des analyses publiées dans la presse nigériane estiment que le rapport devra confirmer la contraction du PIB nigérian pour le deuxième trimestre consécutif, laquelle contraction intervient dans le sillage de la baisse des rentrées pétrolières du Nigeria.

Pour sa part, l’Afrique du sud, qui même en évitant de justesse une récession au deuxième trimestre de l’année en cours, est plombée par une croissance anémique aux retombées sociales et politiques très graves.

L’incertitude politique accentue les problèmes économiques de ce pays qui peine à renouer avec ces années fastes ayant suivi le démantèlement du régime de l’apartheid en 1994.

Cette incertitude s’est aggravée la semaine dernière suite à la convocation du ministre des Finances, Gordhan Pravin, par une unité d’élite de la police sud-africaine, dans le cadre d’une affaire d’espionnage.

« Les deux pays (le Nigeria et l’Afrique du sud) sont clairement inscrits dans une trajectoire de déclin », indique Manji Cheto, vice-président du cabinet Teneo Intelligence, expliquant que l’incertitude politique représente un frein majeur à la croissance en Afrique du sud.

Dans le cas du Nigeria, l’analyste estime que les politiques adoptées par le gouvernement d’Abuja en réaction à la chute des cours des produits pétroliers risquent de ne pas donner les résultats escomptés.

Pour sa part, Sizwe Nxedlana, économiste-en-chef au sein de First National Bank (FNB, basée à Johannesburg), indique que les deux pays sont en train de trouver le moyen de contrer l’impact du déclin des prix des matières premières.

« L’Afrique du sud peut trouver un certain réconfort dans la diversité de son tissu économique par rapport au Nigeria, où le pétrole est la première source de revenu », ajoute l’analyste.

Dans la même catégorie