APS THIÈS : LES VOYAGISTES PRIVÉS PRÊTS POUR LE HAJJ (COORDONNATEUR) APS UNE ASSOCIATION VEUT PUBLIER UNE BANDE DESSINÉE SUR LES PROBLÈMES ENVIRONNEMENTAUX APS HAJJ : LA DÉLÉGATION GÉNÉRALE AU PÈLERINAGE RENCONTRE LES VOYAGISTES ET DES PÈLERINS DE THIÈS MAP Le Maroc, un partenaire de référence pour l’Andalousie (président du gouvernement andalou) GNA ‘Karela players are aiming at historical achievement’ – Alagidede ACI LA MAIRIE DE BACONGO ORGANISE «UN VILLAGE RÉCRÉATION » EN JUILLET PROCHAIN ACI CONGO: NÉCESSITE DE CRÉER LE TITRE HONORIS CAUSA A UNIVERSITÉ MARIEN NGOUABI GNA Togbe Afede to bury mother June 29 GNA Petroleum Commission secures training for Ghanaian students in Canada GNA NDC Activist calls for fairness in employment opportunities

L’Afrique, un acteur agissant dans le combat planétaire contre les changements climatiques (M. Mezouar)


Rabat, 27/10/2017 (MAP)- L’Afrique est un acteur agissant dans le combat planétaire contre les changements climatiques, a souligné, vendredi à Rabat, le président de la COP22, Salaheddine Mezouar.
Même si l’Afrique est l’un des continents les moins émetteurs de gaz à effet de serre, elle subit de plein fouet les effets des changements climatiques, ce qui exige, aujourd’hui plus que jamais, une démarche commune et une action concertée de l’ensemble des pays africains, a affirmé M. Mezouar à l’ouverture de la réunion parlementaire africaine de concertation, tenue sous le thème « Climat et développement durable, des accords vers l’action: vision des parlementaires africains ».

Relevant que le réchauffement en Afrique est de 5 pc supérieur au réchauffement moyen et que le niveau d’élévation de la mer est aussi supérieur à celui dans les autres régions, M. Mezouar a noté que les impacts se sont accélérés et que face à cette situation, seule la solidarité africaine peut changer la donne.

Pour pallier cette situation, M. Mezouar a appelé à l’action commune des différents acteurs africains, gouvernements, négociateurs, parlements et organisations non gouvernementales, mettant en avant le rôle important du parlement, en tant qu’acteur fondamental qui peut faire pression au niveau national, à travers le contrôle des politiques publiques.

Il a, ainsi, incité les pays africains à s’unir et à mettre fin à la dépendance. « Il est temps d’agir nous-mêmes et d’arrêter de compter sur les autres pour un vrai développement du continent », a-t-il lancé, appelant à évaluer les engagements pour qu’ils soient traduits en actions concrètes.

La masse financière doit être orientée vers des politiques de développement pour faire face aux effets des changements climatiques, a-t-il insisté, soulignant l’importance de reconstruire une stratégie et une démarche africaine adaptées aux spécificités du continent noir.

« La COP 22 a été celle de l’action africaine et nous a permis de placer l’Afrique au centre des préoccupations », a-t-il dit, ajoutant que le Maroc, sous la conduite de SM le Roi Mohammed VI, a œuvré pour que cette présidence africaine soit perçue comme une présidence forte et agissante, en appuyant toutes les initiatives en faveur du développement africain et de la promotion de la coopération Sud-Sud.

Cette réunion, qui a connu la participation de présidents des parlements régionaux et provinciaux africains et de personnalités éminentes du monde politique et diplomatique vise à promouvoir la participation des parlementaires africains dans les instances internationales pour défendre les intérêts stratégiques de leurs pays, formuler des propositions, répandre les bonnes pratiques et examiner les questions en instance, portant sur la contribution des parlementaires dans la mise en œuvre de la convention-cadre des Nations-Unies sur les changements climatiques.

Cette manifestation, marquée par l’adoption de la déclaration de Rabat a permis de coordonner les efforts et à unifier les points de vue à même d’impacter le processus de négociation lors des Conférences des parties ou des réunions bilatérales.

Dans la même catégorie