AGP Sports-Scandale : Des sanctions exigées contre Amadou Diaby GNA National service personnel urged to venture into livestock rearing GNA Former MCE, five others file nominations for Hohoe NDC parliamentary primaries GNA Government committed to improve living conditions in rural areas – DCE GNA NPP leadership urged to work to protect existing parliamentary seats GNA Volta NDC to vet 63 aspirants for parliamentary primaries GNA Vegetable sellers lament over lack storage facilities for preservation AGP Gabon : Lee White visite les usines de transformation du bois de Port-Gentil AGP Gabon : Le Secrétariat exécutif du PDG en tournée nationale sous le sceau de la cohésion et de l’unité AGP Championnat national D3 : Panthères Christ Roi et Moanda FC débutent bien

L’Afrique, une part d’à peine 5 PC dans le commerce mondial de poissons (ONG)


Rabat, 18 juin 2015 (MAP) – Le continent africain, exportateur de poissons il y’a quelques années, est devenu importateur et sa part dans le commerce mondial de poissons ne dépasse guère, actuellement, les 5 PC, a indiqué le secrétaire exécutif de l’ONG « Réseau sur les Politiques de Pêche en Afrique de l’Ouest » (REPAO), M. Papa Gora Ndiaye.

L’Afrique qui était exportateur de poissons pour la période 1985-2010, il est devenu un importateur net en volume depuis 2011, a précisé M. Ndiaye qui s’exprimait mercredi à Saly Portudal à l’ouverture d’un atelier sur « les stratégies de développement des échanges de produits halieutiques en Afrique dans un contexte de libéralisation du commerce mondial ».

En plus de sa participation limitée aux échanges globaux de poisson, le commerce intra-régional des produits halieutiques en Afrique est également faible car, il se situe autour de 11 PC du total des échanges du continent entre 2007 et 2011, a poursuivi le secrétaire exécutif du Repao, dont les propos ont été relayés jeudi par l’agence « APA ».

« En dépit de ses indéniables potentialités de développement, plusieurs goulots d’étranglement, que sont le déficit en infrastructures, la qualité des services, les obstacles tarifaires et non tarifaires, la faiblesse des circuits commerciaux, les exigences en matière de normes des produits et de contrôle sanitaire et la lourdeur des procédures administratives, handicapent l’essor et la promotion du commerce des produits halieutiques en Afrique », a pour sa part indiqué, Abdelouaed Benabbou, secrétaire exécutif de la la Conférence Ministérielle pour la Coopération Halieutique entre les Etats africains riverains de l’Océan Atlantique (COMHAFAT).

Promouvoir le commerce des produits halieutiques en Afrique, c’est libérer son potentiel, lui donner un plus grand rôle dans la création des richesses, la lutte contre la pauvreté et l’amélioration de la sécurité alimentaire, a-t-il dit.

De son coté, le secrétaire général du ministère sénégalais de la pêche et de l’économie maritime, Moussa Ly, a relevé que 12,3 millions d’Africains dépendent d’une manière ou d’une autre de la pêche, notant qu’en Afrique, les ressources halieutiques jouent un rôle fondamental dans la sécurité alimentaire et la lutte contre la pauvreté car.

Initié par le Réseau sur les Politiques de Pêche en Afrique de l’Ouest (REPAO) en partenariat avec la Conférence Ministérielle pour la Coopération Halieutique entre les Etats africains riverains de l’Océan Atlantique (COMHAFAT), l’atelier de Saly vise à engager la réflexion sur des pistes d’actions à recommander aux décideurs au niveau des Etats, des partenaires commerciaux et des Communautés Economiques Régionales, pour un programme d’assistance technique qui sera conçu et soumis à la COMHAFAT pour appui et mise en œuvre.

Les modalités de partenariat et de financement du programme de renforcement des capacités des femmes dans le commerce intra et inter régional seront également discutées et un plan d’action sera élaboré dans ce sens.

Selon la FAO, la production mondiale des pêches de capture et d’aquaculture a atteint un record en 2013 avec 160 millions de tonnes dans le monde, alors qu’au même moment, la valeur des exportations mondiales a aussi atteint un record de 136 milliards de dollars US, soit une hausse de 5 PC par rapport à 2012.

HA—BI.

Dans la même catégorie