ANP La construction de l’Echangeur Ali Saïbou permettra d’optimiser l’utilisation de la voie express, selon le Ministre des Finances AIB Etats unis : Le procès de Trump pour «incitation à l’insurrection» débute le 9 février AIB Burkina : L’importation d’énergie du Ghana en hausse de 113% en 2019 (Rapport) AIB Report de l’entrée en vigueur de l’ECO : «Il s’agit d’un aveu d’échec» selon un universitaire AIB Politique et syndicalisme occupent  la Une des quotidiens burkinabè AIB Meilleure journaliste du Burkina: Rabiatou Simporé dédie ses prix aux agents de l’AIB MAP Visionnaire et impitoyable, Lekjaa est l’un des meilleurs administrateurs de football AIB Jonathan Pitroipa quitte Paris FC AIB Report de l’entrée en vigueur de l’ECO : «Il s’agit d’un aveu d’échec» selon un universitaire AIB Burkina : Les fidèles catholiques invités à sauver les médias diocésains

L’ambassadeur du Maroc au Kenya met en avant l’approche panafricaine visionnaire initiée par SM le Roi


  5 Janvier      21        Politique (14450),

   

Rabat, 05/01/2020 (MAP), L’Ambassadeur du Maroc au Kenya, El Mokhtar Ghambou, a mis en avant la Coopération Sud-Sud, approche panafricaine visionnaire initiée par SM le Roi Mohammed VI, dont l’objectif principal est de renforcer l’autonomie et l’autosuffisance du continent en promouvant les relations sociales, économiques et culturelles entre tous les pays africains.

« Après avoir réintégré l’Union africaine en janvier 2017, l’Afrique a eu la chance de redécouvrir le Maroc en tant que pays leader dans des domaines clés », a soutenu M. Ghambou dans un entretien publié mardi par le journal kényan « The Standard ».

Il a affirmé, dans ce cadre, que l’engagement du Maroc à servir l’Afrique, guidé par un esprit gagnant-gagnant, a commencé bien avant son retour à l’Union africaine (UA), ajoutant que le Maroc a pu, au cours des sept dernières années, signer plus de 1 500 accords bilatéraux avec ses partenaires africains, faisant de notre pays le premier investisseur africain en Afrique de l’Ouest et le deuxième sur le continent.

« Le retour du Maroc à l’UA a été un grand pas en avant qui nous a permis d’être un acteur indispensable dans la prise de décision compte tenu de notre expérience et de notre forte contribution financière en tant que membre de l’Union », a tenu à souligner le diplomate marocain.

Interrogé sur les perspectives de la coopération économique entre le Kenya et le Maroc, M. Ghambou a expliqué que les deux pays qui sont leaders de leurs régions respectives ont beaucoup à gagner en mutualisant leurs efforts sur des secteurs clés.

« Nous avons tous les deux une culture libérale, ouverte et diversifiée. Nous sommes deux pays touristiques et agricoles avec des produits différents. Cela offre une opportunité parfaite pour des échanges complémentaires », a-t-il argué, ajoutant que le Kenya pourrait bien bénéficier de la coopération avec le Maroc sur le plan éducatif, sachant que les universités marocaines accueillent chaque année 11 000 étudiants africains, dont 10 000 bénéficient de bourses du gouvernement, y compris les étudiants kényans.

« Les étudiants kényans qui ont poursuivi leurs études au Maroc ont créé une association en 2018 pour inciter davantage d’étudiants kényans à étudier dans nos écoles et universités », a-t-il tenu à rappeler.

Le diplomate marocain a aussi mis en relief les multiples atouts dont dispose le Maroc, notamment ses infrastructures routières, portuaires et aéroportuaires.

« Nous avons deux des plus grandes centrales solaires du monde. Nous avons le train le plus rapide d’Afrique, l’un des plus grands ports de la Méditerranée occidentale, un autre port atlantique est en cours de construction à Dakhla et jusqu’à 1800 réseau de routes et d’autoroutes, a notamment expliqué M. Ghambou.

Dans la même catégorie