APS FOOTBALL : LES COUPES DU SÉNÉGAL POUR LES FEMMES ET LES JEUNES REPORTÉES À LA SAISON 2021-2022 APS LUTTE CONTRE L’INFERTILITÉ : LE SÉNÉGAL RECOURT À LA PROCRÉATION MÉDICALEMENT ASSISTÉE INFOPRESS Bailarino Djan Neguim impulsiona criação da Rede de Dança da CPLP Inforpress Bailarino Djan Neguim impulsiona criação da Rede de Dança da CPLP GNA Corruption: Government must pay attention to internal auditing GNA Dr Bawumia is an embodiment of competence– Friends ANG Forças Armadas/Conselho do CEMGFA apela militares a se absterem da política partidária AIP Le gouvernement veut propulser définitivement la Côte d’Ivoire au rang des pays à revenus intermédiaires AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Filets sociaux productifs : la Banque mondiale renouvelle sa confiance en l’Etat ivoirien AIP Côte d’Ivoire-AIP/ La participation du secteur privé annoncé au séminaire gouvernemental

Lancement à Kinshasa de la première session de formation sur la lutte contre la traite des personnes


  24 Février      19        Société (31118),

   

Kinshasa, 24 Fév. 2021 (ACP).- L’Agence pour la prévention et la lutte contre la traite des Personnes (APLTP) en partenariat avec l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) a lancé mardi dans la salle de conférence de la Monusco, dans la commune de la Gombe, la première session de formation initiale des acteurs de première ligne sur la lutte contre la traite des personnes, considérer comme les points focaux.

La coordonnatrice de l’APLTP, Cécile Rebecca Kasanda Meta qui a ouvert cette formation dans le but de doter à ces derniers, les notions de base sur les principaux éléments législatifs liés à ce phénomène, une documentation de référence qui leur permettront d’identifier les victimes et de collecter les informations devant alimenter la base des données.

Elle a, à cet effet souligné que cette formation permettra à ces acteurs de connaître le cadre juridique international relatif à la traite, les accords régionaux relatifs à ce phénomène ainsi que les dispositions légales existantes qui sanctionnent certaines formes de traite des personnes en RDC ».

Mme Kasanda a, promis de recourir à ces acteurs comme points focaux et de les associer à certaines rencontres sur la traite des personnes dont le Forum des acteurs qui se réunissent deux fois par an afin de combattre ensemble tout en signalant que la RDC a enregistré des avancées significatives dans ce domaine.

Quelques réalisations de l’APLTP

Par ailleurs, Mme Kasanda Meta a énuméré quelques actions déjà réalisées par sa structure notamment la mise en place des deux organes fonctionnels de l’APLTP qui sont la production et la validation d’un plan stratégique de lutte contre la traite des personnes pour 5 ans.

La production et la transmission du premier rapport annuel sur la traite des personnes au Conseil des droits de l’homme et au département d’État américain, la production de quelques émissions radio et télévisées, l’élaboration et la validation d’un avant-projet de Loi portant prévention et répression de la traite des personnes font également parties des réalisations de cette organisation.

La représentante du chef de mission de l’OIM, Esthiwahyu Husnur, a pour sa part félicité l’APLTP pour les différentes actions menées dans le cadre de la lutte contre la traite des personnes promettant ainsi un accompagnement solide dans la mise en œuvre des stratégies nationales de lutte contre ce fléau.

Elle a également rappelé que l’OIM met en œuvre des interventions de lutte contre la traite des personnes en accord avec les principes des droits de l’homme depuis plus de 20 ans. Pendant ce temps de Covid-19, la représentante du chef de mission de l’OIM a appelé à l’adaptation des stratégies de la lutte à la nouvelle crise sanitaire mondiale.

« Aujourd’hui, la communauté de lutte contre la traite doit évoluer et s’adapter à cette nouvelle crise en trouvant des moyens novateurs d’identifier les tendances, de repérer les vulnérabilités et d’aider ces cas tout en promouvant les droits de l’homme et la prévention des violences ainsi que rechercher des voies sûres et viables pour ceux qui continueront d’immigrer », a conclu Mme Husnur.

Dans la même catégorie