ANP Dernière décade du mois de Ramadan: Nuit du destin (laylatoul Qadr) et Préparatifs d’Aid El Fitr à Niamey AGP Gabon/Retraite complémentaire obligatoire: certains salariés restent pessimistes AGP Gabon : Un gabonais interpellé à Oyem avec cinq pointes d’ivoire APS LIGUE 1 : L’AS PIKINE NOUVEAU LEADER APS L’OMVG LANCE SON PLAN DIRECTEUR DE DÉVELOPPEMENT INTÉGRÉ APS MATAM : ’’BEAUCOUP D’AVANCÉES’’ SUR LES INDICATEURS (IA) APS LE CEMGA ENCOURAGE LES MILITAIRES DU 22ÈME BATAILLON À ’’DÉVELOPPER LA POLYVALENCE’ APS UNIVERSITÉ IBA DER THIAM : UN DÉLAI DE SIX MOIS ANNONCÉ POUR TERMINER LES CHANTIERS ANP Élections du maire de Maine Soroa (Diffa): Ibrahim TANDJA du MNSD-Nassara élu maire de la ville ANP D’importantes pluies avec des risques d’inondations sont attendues au Niger en 2021 (Prévisions)

Lancement d’un projet de droit à l’éducation inclusive des jeunes filles à l’école


  9 Décembre      49        Education (4797),

   

Abidjan, 06 déc (AIP)- L’Inspectrice générale du ministère de l’éducation nationale, Bakayoko Marie, véronique a procédé au lancement d’un projet de droit à l’éducation inclusive des jeunes filles à l’école.

Cette cérémonie de lancement qui a eu lieu, jeudi, au lycée moderne des jeunes filles de Yopougon a été couplée avec la remobilisation de la campagne « Zéro grossesse » en milieu scolaire.

Mme Bakayoko a exhorté les jeunes filles venues de plusieurs établissements secondaires de la commune de Yopougon à être les portes-parole de ce projet qui s’inscrit dans le cadre de la politique de l’école pour tous. Elle les a conseillés de n’avoir que pour seul objectif, la réussite dans les études. Tout en appelant les parents à redoubler de vigilance dans le suivi de leur enfant.

Ce projet du droit à l’éducation inclusive est une initiative du ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle (MENETFP) appuyée par le Canada et le Fonds des nations-unies pour la population (UNFPA).

Il vise à accompagner le MENETFP à renforcer l’accès des jeunes filles à l’éducation en adressant leurs facteurs de vulnérabilité sociales, économiques liées aux inégalités de genre et la non-valorisation de la fille dans la société, note-t-on.

Pour le représentant résident de l’UNFPA en Côte d’Ivoire, Caspar Peel l’autonomisation de la femme est le facteur clé pour réduire les inégalités et les violences à l’endroit des filles et des femmes. Et l’éducation est cette « arme forte » pour conduire ces dernières à l’éducation.

Même son de cloche pour l’ambassadrice du Canada en Côte d’Ivoire,  Julie Shouldice, estimant que l’appui de son pays à hauteur de 3,45 milliards de FCFA pour maintenir les filles à l’école est « un signal fort »qui démontre de la volonté du Canada à accompagner les autorités ivoiriennes afin de positionner la femme au cœur du développement.

Au total, ce sont plus d’un million d’élèves dont 723 525 filles et 444 548 garçons repartis en 3502 établissements du primaire et du secondaire et 500 filles et 50 garçons issus de la formation processionnelle qui bénéficieront de ce projet.

Dans la même catégorie