APS Le Sénégal réunit « les conditions » d’un rapatriement de ses biens culturels (Ségolène Royale) ANP Le président de la Banque Islamique de Développement élevé à la dignité de Grand Officier MAP Bulletin quotidien d’informations économiques africaines MAP La communauté marocaine en Afrique du Sud célèbre le 75e anniversaire de la présentation du Manifeste de l’Indépendance MAP Bulletin de l’écologie de l’Afrique MAP « Afrique du Rire » : Abidjan ouvre le bal de la 2è édition APS Les longs métrages fiction fopica « pas encore prêts » pour le fespaco APS Le fopica  »constamment ponctionné », déplore son secrétaire permanent APS Canoë-kayak et aviron : 4 experts en visite d’inspection en perspective des joj MAP Sahara : l’avenir est dans l’autonomie sous souveraineté marocaine et non pas dans l’émiettement

L’artiste musicien Zao fête ses 35 ans de carrière sur scène


  30 Mars      46        Arts & Cultures (2293), Musique (428),

   

Brazzaville, 30 mars 2017 (ACI) – L’artiste congolais de renommée internationale, Casimir Zoba alias Zao, va fêter ses 35 ans de carrière musicale à l’Institut Français du Congo (IFC) de Pointe-Noire, la capitale économique Congolaise, apprend-on de bonne source.

Le style de Zao est caractérisé  avant tout par l’humour. Mais plus qu’un simple amuseur, Zao est un révélateur des maux et des problèmes de son continent. Par le biais du rire et de l’ironie, il fait passer un message politisé et profondément ancré dans son époque.

Né le 24mars 1953 à Goma Tsé-Tsé, dans le département du Pool, Zao a fait de la musique dans une partie de son enfance, puisque son père est un grand amateur de sanza, sorte de petit piano à touches métalliques.

Il a fait son éducation musicale dans les chorales religieuses et les ballets traditionnels dès l’âge de 12 ans. Au lycée, il devient membre de plusieurs groupes et ensembles dont les Adhérents ou les Gloria. Son enthousiasme pour la musique est tel que ses parents trouvent que les études y perdent un peu.

De 1973 à 1975, Zao chante dans la très chrétienne chorale de l’Eglise des Trois Martyrs, histoire de le remettre un peu dans le droit chemin. «La guerre, ce n’est pas bon. Avec elle, tout le monde est cadavéré. » Ainsi chantait Zao en 1984, dans « Ancien Combattant », un air devenu culte, qui aurait pu servir d’hymne au mouvement altermondialiste.

Sorti chez Mélodie, cet album antimilitariste, avec ses chansons à textes et son  «humour noir», connaît un accueil inédit. Le public occidental, réputé réfractaire aux rythmes enlevés du Soukouss ou de la Rumba, se laisse séduire.

Il voyage beaucoup et vend des disques. Son spectacle est accueilli avec bienveillance dans tout l’espace francophone. La presse fait de lui une sorte d’icône, entre Brassens, Fela et Salvador.

Aujourd’hui installé à Brazzaville, il estime avoir été « pressé comme un citron et volé par ses producteurs et amis ». Très amer à propos de ce qu’il considère, à raison, comme « un gâchis », Zao n’a pas pour autant perdu son enthousiasme et sa voix.

Dans la même catégorie