ACP Les relations bilatérales entre la RDC et la Grande Bretagne sont au beau fixe ACP Excellentia : 57 lauréats bénéficiaires de Bourse de la deuxième édition ACP Arrivée à Kinshasa d’un Envoyé spécial du gouvernement belge AGP Boké-Mines: Signature d’un protocole accord entre la délégation syndicale et la Direction générale de la CDM-Chine AGP Koubia : Plusieurs infrastructures réalisées par les fils du terroir et le gouvernement AGP Boké-Économie: ouverture de la session budgétaire de la Commune urbaine AIP Côte d’Ivoire – AIP/ Législatives 2021 : le candidat du RHDP à Dualla-Massala appelle à l’union des cadres AIP Côte d’Ivoire-AIP/Inter/Kamala Harris : La première vice-présidente des Etats-Unis (Portrait) AIP Côte d’Ivoire-AIP/ CEI : des commissaires centraux issus de l’opposition réintègrent l’institution ATOP LE CHEF DU GOUVERNEMENT APPELLE LA POPULATION A SA RESPONSABILITE

Laurent Gbagbo « envisage » de rentrer en Côte d’Ivoire en décembre


  4 Décembre      16        Politique (14285),

   

Abidjan- L’ex-chef de l’Etat ivoirien Laurent Gbagbo, qui a annoncé vendredi avoir obtenu deux passeports, « envisage » de rentrer en Côte d’Ivoire au cours du mois de décembre.

« Il envisage de rentrer en Côte d’Ivoire au cours du mois de décembre », a fait savoir son avocate Me Habiba Touré dans un communiqué, ajoutant que M. Gbagbo a demandé au secrétaire général du Front populaire ivoirien (FPI), formation politique qu’il a fondée, de contacter les autorités compétentes en vue d’organiser son retour « dans la quiétude ».

Réagissant à la délivrance de ses deux passeports, un ordinaire et un diplomatique, M. gbagbo a « salué un acte qui va dans le sens de l’apaisement » et a demandé aux autorités ivoiriennes « de faire encore un pas de plus vers la décrispation du climat socio-politique ».

Laurent Gbagbo est en liberté conditionnelle à Bruxelles après avoir été acquitté de crimes contre l’humanité en première instance par la Cour pénale internationale (CPI). Un appel est toujours à l’examen.

M. Gbagbo, 75 ans, avait été arrêté à l’issue de la crise post-électorale de 2010-2011, causée par son refus de reconnaitre la victoire d’Alassane Ouattara à la présidentielle et transféré à la CPI en 2011. Cette crise a fait 3.000 morts, selon des chiffres officiels.

Dans la même catégorie