ANP Validation technique d’une étude pour la réhabilitation de l’ANP pour quelque 542 millions de FCFA ANGOP Funérailles de Jonas Savimbi ont lieu en Juin ANGOP L’Angola compte sur le soutien du Portugal dans le secteur de l’aquaculture ACI LES FIDELES DE L’EGLISE CATHOLIQUE EXHORTES A GARDER LA DIMENSION DE LA PRIERE CONFIANTE ET SILENCIEUSE ACI LE GOUVERNEMENT INVITE A SURMONTER LA CRISE FINANCIERE ACI LE GUICHET UNIQUE, GAGE DE LA TRACABILTE DES RECOUVREMENTS DES RECETTES MUNICIPALES ABP Message à la Nation après les législatives du Président Talon. ABP 36 députés donnent naissance au groupe parlementaire « Bloc Républicain » ANP Niger: Le chef de l’État préside une réunion du Conseil National de Sécurité (CNS) NAN Sokoto Assembly passes bill to establish rent, tenancy control commission

Le 3è One Planet Summit ouvre ses travaux à Nairobi avec la participation du Maroc


Rabat, 14/03/2019 (MAP)- La 3è édition du One Planet Summit, réunion internationale sur les changements climatiques, a ouvert ses travaux, jeudi matin à Nairobi, sous l’égide des présidents français Emmanuel Macron et Kényan, Uhuru Kenyatta.

Cette session de haut niveau rassemble des chefs d’État, des ministres ainsi que des représentants des secteurs de la finance et des affaires, des administrations locales, de la société civile et de la jeunesse de plusieurs pays, dont le Maroc.

Le Maroc est représenté à ce premier sommet régional par la Secrétaire d’Etat chargée du développement durable, Nezha El Ouafi et l’Ambassadeur du Royaume au Kenya, El Mokhtar Ghambou.

Le sommet doit aborder deux questions principales, à savoir la promotion des énergies renouvelables et le renforcement de la résilience, de l’adaptation et de la biodiversité.

Conçue comme une journée entière de conversations à haut niveau et de mobilisation de coalitions en faveur de l’action pour le climat et l’environnement en Afrique, la manifestation se tient juste avant l’ouverture du segment de haut niveau de la 4ème Assemblée générale des Nations unies pour l’environnement (ANUE-4).

Cette première édition régionale du One Planet Summit devra souligner donc le rôle unique de l’Afrique en tant que partenaire mondial faisant face tant à des défis qu’à des opportunités, notamment dans le domaine des solutions innovantes en matière d’adaptation et de résilience.

Ce Sommet devra permettre aux participants de présenter des réalisations concrètes et des initiatives novatrices, suscitant de nouvelles coalitions et de nouveaux engagements.

Alors que l’Afrique n’est responsable que de 4% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, 65% de la population africaine est considérée comme étant directement touchée par le changement climatique, souligne-t-on dans sur le site du sommet.

Lors des travaux de ce sommet, le Groupe de la Banque Mondiale devra annoncer des financements supplémentaires de 22,5 milliards de dollars destinés à renforcer l’action climatique en Afrique et à soutenir les mesures d’adaptation et d’atténuation du changement climatique dans le continent.

À la faveur du soutien solide et constant apporté à l’Association internationale de développement (IDA), son fonds pour les pays les plus pauvres, le Groupe de la Banque mondiale devra mobiliser ainsi 22,5 milliards de dollars de financements pour des mesures d’adaptation et d’atténuation en Afrique entre 2021 et 2025, soit plus du double de ses engagements dans des projets climatiques depuis cinq ans.

Ce financement s’inscrit dans le cadre des cibles en faveur de l’action climatique d’ici 2025 définies par l’institution et présentées en décembre 2018 à la COP24 des Nations Unies, en Pologne. Il s’agit d’aider les pays africains à affronter les conséquences du changement climatique tout en ouvrant de nouvelles perspectives d’investissement.

À l’initiative du président Emmanuel Macron, Antonio Guterres, Secrétaire général des Nations Unies, et Jim Yong Kim, Président de la Banque mondiale se sont unis pour lancer en décembre 2017 le mouvement One Planet, fédérant des acteurs publics et privés.

Le One Planet Summit a pour vocation de favoriser l’émergence de solutions concrètes en faveur de la transition vers une économie bas carbone, et pour l’adaptation au changement climatique. Il a pour objectif aussi de trouver de nouveaux financements et nouveaux partenariats permettant d’assurer la mise en œuvre des négociations internationales sur le climat, en particulier l’Accord de Paris Il est donc complémentaire aux Conférences des Parties ou COP qui rassemblent les acteurs étatiques.

Dans la même catégorie